Hors-série Une heure-lumière 2019

22

Peut-être pas le meilleur texte d’UHL, mais sans conteste le plus beau et le plus poignant

HS_UHL_2019Comme en 2018, le Belial’ a de nouveau proposé, de début septembre à fin octobre 2019, un hors-série de la collection Une heure-lumière (UHL), offert pour l’achat d’exemplaires physiques de deux autres titres (le but étant de soutenir les libraires). Comme le premier numéro, il est (brillamment) illustré par Aurélien Police, et se divise en trois parties, à savoir un édito d’Olivier Girard (le boss du Belial’), une novelette inédite signée Ian McLeod, Isabel des feuilles mortes, et le catalogue de la collection (plus un aperçu de ce qui est à venir dedans -et dont vous pouvez avoir un compte-rendu partiel dans mon article-), qui, en 2019, cite votre serviteur, pour sa critique de Retour sur Titan de Stephen Baxter. Vous trouverez, à la fin de cet article, un récapitulatif de tous les UHL critiqués sur le Culte au moment où je rédige ces lignes, sachant que deux autres sont à venir dans les jours qui viennent (et seront ajoutés à la liste le moment venu). Peu de choses à dire sur le papier du Girard, qui souligne l’importance des « craqueurs », les Jean-Daniel Brèque, Pierre-Paul Durastanti et autres Erwann Perchoc, passionnés qui repèrent des textes prometteurs en anglais et s’en font les avocats, ou qui sont les défenseurs acharnés d’un auteur en France. Je vais donc me concentrer, dans la suite de cet article, sur la novelette. Lire la suite

Émissaires des morts – Adam-Troy Castro – deuxième partie : roman

10

La chute d’Endymion, par Dan-Troy Castro-Simmons

emissaries_castro_manchu_roughAlbin Michel Imaginaire (AMI) va publier, au premier semestre 2020, un ouvrage appelé Émissaires des morts, qui comprend la traduction du roman (le premier d’une trilogie) Emissaries from the dead de l’auteur américain Adam-Troy Castro, précédé de quatre textes courts se déroulant avant, dans la chronologie interne de cet univers, à savoir (dans l’ordre) With unclean hands, Tasha’s fail-safe, The coward’s option et Unseen demons. La critique de l’ensemble étant (selon les standards du Culte, du moins) trop longue pour tenir dans un seul article (d’une taille raisonnable), j’ai décidé de la scinder en deux : vous trouverez donc la chronique des nouvelles sur cette page, tandis que je vous présente dans ce qui suit celle du roman proprement dit.

Et ledit roman me laisse une curieuse impression : il est franchement bon sur la majorité des plans… à condition de laisser au vestiaire une éventuelle connaissance de ses classiques de la SF. Si celui qui n’a pas lu Dan Simmons va probablement crier au génie, en revanche le lecteur qui connaît ses classiques risque fort de se dire que oui, c’est bien, mais que fondamentalement, c’est, sur de nombreux points capitaux, très « inspiré » par La chute d’Hypérion mélangée à un point de worldbuilding de L’éveil d’Endymion, tous deux écrits par l’auteur préféré de Jean-Daniel Brèque. Ce qui ne devrait d’ailleurs pas étonner ceux qui suivaient Gilles Dumay à l’époque Lunes d’encre (il a déjà démontré son intérêt pour les mélanges Banks / Simmons avec -le néanmoins intéressant- Latiumclic et clic-). Alors on est d’accord, un roman n’a pas forcément à être original pour être bon, et ces points de worldbulding ou d’intrigue mis à part, Émissaires des morts a bien d’autres atouts pour séduire (mais aussi, à mon sens, le défaut assez conséquent -et complètement déconnecté de toute histoire d’influences littéraires- d’être trop prévisible), mais je pense qu’il existe assez de livres non-traduits à la fois singuliers et intéressants (ahem, House of suns, hum) pour éviter d’investir dans les « copies », même celles qui sont bien faites. Lire la suite

Émissaires des morts – Adam-Troy Castro – première partie : textes annexes

11

Une antihéroïne misanthrope paradoxalement impliquée dans des histoires profondément humanistes

cort_nouvelles_castroAdam-Troy Castro est un auteur américain dont le seul texte que j’ai lu jusque là (la nouvelle Une brève histoire des formes à venir) m’a impressionné par sa subtilité, son humour et son humanisme. Je suis donc ravi de vous apprendre, si vous ne le savez pas encore, qu’Albin Michel Imaginaire (AMI) va publier le cycle consacré à l’héroïne fétiche (de son propre aveu) de Castro, Andrea Cort. Celui-ci se compose, à la base, de trois romans, mais comprend également un nombre conséquent de nouvelles, novelettes et novellas, dont quatre qui se déroulent avant le premier tome. Ce qu’AMI va donc publier, au premier semestre 2020, sous le nom Émissaires des morts ne correspond, ainsi, pas « juste » à la traduction du tome 1 de la trilogie, Emissaries from the dead, mais comprend aussi les quatre textes courts se déroulant avant, dans la chronologie interne de cet univers, à savoir (dans l’ordre) With unclean hands, Tasha’s fail-safe, The coward’s option et Unseen demons.

L’année 2020 s’annonçant particulièrement riche en sorties VO franchement intéressantes, j’ai décidé de prendre de l’avance, en ce mois de décembre chiche en nouveautés, en lisant en anglais les textes qui seront compris dans l’ouvrage que publiera en français AMI. En commençant les nouvelles, je me suis cependant rapidement aperçu qu’il y avait beaucoup à en dire, en fait tellement qu’un seul article portant sur les cinq textes (le roman + les deux novellas, la nouvelle et la novelette) ferait entrer ladite critique dans ce que l’on pourrait appeler une dimension nébalienne. J’ai donc décidé de découper la chronique de ce que vous pourrez lire en français dans un seul ouvrage, Émissaires des morts, en deux articles : celui que vous êtes en train de lire parle des textes courts, tandis que le suivant, à lire ici, traite du roman Emissaries from the dead proprement dit. Bien entendu, lisant en VO, je ne peux me prononcer sur la qualité de la future traduction et j’utiliserai titres et termes anglo-saxons. Mais place aux nouvelles ! Elles sont présentées non pas dans l’ordre d’écriture, mais dans celui dans lequel elles se placent dans la chronologie interne de cet univers. Lire la suite

Le soulèvement de Persépolis – James S.A. Corey

15

Enthousiasmant

persepolis_risingLe soulèvement de Persépolis est le septième volume du cycle The Expanse, après L’éveil du LéviathanLa guerre de CalibanLa porte d’AbaddonLes feux de CibolaLes jeux de Némésis et Les cendres de Babylone. La saga s’achèvera (en VO) en 2020 avec la sortie du neuvième roman. Le tome 8, Tiamat’s wrath, est, lui, sorti en mars 2019 en anglais (et débarquera donc vraisemblablement dans la langue de Molière l’année prochaine).

Après un tome 6 correct mais pas particulièrement enthousiasmant non plus, ce septième livre repart, lui, sur des bases à la fois vigoureuses et (par certains côtés, du moins), novatrices. Il vous cueille dès les premières pages et ne vous laisse pratiquement plus un moment de répit jusqu’à la fin. Et surtout, il marque de très gros changements, à la fois dans la géopolitique de cet univers mais aussi dans le microcosme que constitue l’équipage du Rossinante. Bref, c’est pour moi un des meilleurs tomes du cycle, avec les 2 et 5, et surtout, il commence enfin à répondre à certaines questions laissées en suspens depuis aussi loin que le tome 4. Reste à espérer que Tiamat’s wrath poursuivra dans la même veine : si c’est le cas, ce pénultième (^^) tome risque d’être, lui aussi, très agréable à lire ! Lire la suite

Les cendres de Babylone – James S.A. Corey

24

Passage obligé

expanse_6_cendres_babyloneLes cendres de Babylone est le sixième volume du cycle The Expanse, après L’éveil du Léviathan, La guerre de Caliban, La porte d’AbaddonLes feux de Cibola et Les jeux de Némésis. La critique du tome 7, Le soulèvement de Persépolis, qui vient tout juste de paraître en VF, suivra celle-ci d’ici quelques jours. Le tome 8, Tiamat’s Wrath, est sorti en anglais en mars, et le neuvième et ultime roman (les auteurs -rappelons qu’ils sont deux à se cacher sous le pseudonyme commun « James S.A. Corey »- ont déjà annoncé qu’ils passeraient à un autre univers de SF ensuite) est prévu (en VO) en 2020. Signalons qu’Actes Sud accélère le mouvement, puisque après avoir longtemps été à la traîne de trois autres pays européens en matière de délai de traduction, l’éditeur a mis les bouchées doubles en 2019, faisant paraître deux tomes en VF la même année (les 6 et 7) alors que de 2014 à 2018 inclus, il n’y en a eu qu’un par an. La maison arlésienne est donc certes presque à jour, mais cette accélération du rythme n’a pas été, comme nous le verrons, sans conséquence sur la qualité de la traduction et de la relecture.

Après un bon premier tome, un tome 2 très bon, un troisième fort décevant, un 4 plutôt passable (mais avec de bons moments) et un 5 qui relevait vraiment le niveau, j’étais curieux de savoir ce qu’allait donner ce sixième roman. Pour tout dire, sans être mauvais, il est tout de même bien long pour ce qu’il a à raconter (c’est le plus gros des huit livres parus en VO pour le moment), et son issue ne fait guère de doutes. Quand on a compris le schéma général du cycle (nous allons en reparler), on a le sentiment que, certes, son écriture et son intrigue étaient un passage obligé, mais on a tout de même hâte de passer au tome suivant. Qui, lui (je suis en plein dedans, au moment où je tape ces lignes), est beaucoup plus intéressant et surprenant. Tout compte fait, on a cependant affaire à un tome qui se lit sans trop de frustrations, et qui globalement, est meilleur que les tomes 3-4, même s’il n’atteint pas (à part peut-être dans son dernier quart) la qualité du tome 5. Lire la suite

Peter F. Hamilton – Guide de lecture

69

cropped-apophis-ra_symbolJe vois souvent passer, sur Babelio, dans la blogosphère, par mail ou sur ce blog, en commentaires, des questions de gens ayant entendu parler de Peter F. Hamilton, souhaitant découvrir l’auteur mais ne sachant pas par quel bout prendre son oeuvre, il est vrai considérable. Le même genre de questionnements se pose pour une personne ayant lu un livre ou cycle, et ne sachant pas trop quoi lire ensuite, surtout si elle sait que certains desdits cycles sont liés entre eux. Il se trouve toujours une bonne âme (dont votre serviteur) pour répondre à ces questions, mais les réponses données sont forcément subjectives, et ne correspondront donc pas forcément aux goûts de la personne. Sans écarter cette dimension là, le présent article va essayer de vous donner le maximum de données pour faire votre choix, sachant que plusieurs parcours de lecture sont possibles, en fonction de vos préférences en tant que lecteur, mais aussi (et c’est bien malheureux) de la disponibilité du livre majeur (il fallait que ce soit celui-là…) de l’auteur.

Si la formule vous plaît ou vous est utile, je vous proposerai d’autres guides de lectures dans le même style (sachant que j’en propose déjà par genre / sous-genre des littératures de l’imaginaire –clic– ou par thématique – clic et clic-). De nombreuses personnes se posent, en effet, des questions similaires à propos (par exemple) du cycle de la Culture de Iain M. Banks ou de l’Honorverse de David Weber, donc il y a de quoi faire.  Lire la suite

Howling Dark – Christopher Ruocchio

4

Certains défauts restent présents, mais quelle dramaturgie, quelle intensité, quelle dimension grandiose ! 

howling_darkHowling dark est le second tome de la tétralogie Sun Eater, après Empire of silence (qui devrait paraître chez Bragelonne en 2020). Ce dernier m’avait laissé des sentiments contrastés : sur le plan d’une froide analyse littéraire, cérébrale, je lui ai trouvé des défauts (principalement beaucoup de longueurs et le fait d’être bien trop inspiré par d’autres œuvres), mais par contre, lorsque je me suis contenté de vivre l’histoire, eh bien j’ai adoré. Vraiment. Ce second tome, s’il est toujours trop long et outrageusement inspiré par des auteurs antérieurs sur certains points, réconcilie en revanche mon cerveau et mon cœur, parce qu’il est beaucoup plus profond que son prédécesseur tout en offrant des scènes d’une intensité dramatique prodigieuse et extraordinairement immersives (et une fascinante allégorie de La divine comédie).

Bref, avec lui, le cycle prend une autre dimension, et s’inscrit parmi les sagas les plus intéressantes sorties ces dernières années. Et clairement, ce qu’on devine du futur tome 3, qui s’appellerait By several stars d’après Amazon et Demon in white d’après Goodreads, promet d’être absolument passionnant ! Lire la suite

The warship – Neal Asher

11

Statique mais dynamique

warship_asherThe warship est le nouveau roman de Neal Asher, le dix-septième (!) de la vaste saga Polity et le second du sous-cycle Rise of the Jain, après The soldier. Si vous suiviez déjà le blog l’année dernière à la même époque, vous vous souviendrez peut-être que ce dernier avait été une de mes plus grosses baffes de l’année, et m’avait (enfin, diront les mauvaises langues…) incité à lire ce cycle de référence en matière de New Space Opera, sorte de Culture de Iain M. Banks sous amphétamines, avec une GROSSE dose de SF militaire et de Hard SF dedans. Pour être honnête, si j’attendais évidemment la suite avec une grande impatience (à part Diaspora de Greg Egan et le Ada Palmer, c’est le roman que j’avais le plus hâte de lire cette année), je me doutais bien que l’effet de surprise étant passé et que cet opus étant le tome de transition d’une trilogie, ça n’allait pas forcément être une lecture aussi étourdissante. Eh bien je n’avais que partiellement raison, comme je vais vous l’expliquer plus en détails.

Quoi qu’il en soit, une chose est certaine : on peut amèrement regretter que l’auteur ne soit plus traduit en France, parce que Asher est à la SF ce que Steven Erikson est à la Fantasy. Plus extrême dans son exploitation des technologies (de la magie / des dieux pour Erikson), plus épique dans sa description des combats, des décors ou des enjeux, plus noir, plus gore, vous prenant aux tripes plus vite, plus fort et plus définitivement que l’écrasante majorité des autres écrivains. Bref, si vous lisez l’anglais… Lire la suite

Braises de guerre – Gareth L. Powell

6

Peut-être pas très original, mais en tout cas très agréable !

braises_de_guerreLe 11 avril 2019, sortira chez Denoël, dans la prestigieuse collection Lunes d’encre, Braises de guerre de Gareth L. Powell, tome d’ouverture d’une trilogie et traduction de Embers of war, que j’ai pour ma part lu en VO. Si vous voulez en savoir plus, je vous invite donc à lire ma critique.

Très inspiré par Iain M. Banks, ce roman, centré sur les traumatismes ou les atrocités liés à la guerre, et à la façon d’y faire face ou d’obtenir une forme de rédemption, est un New Space Opera à l’écriture fluide et agréable, mettant en scène des personnages principaux crédibles et très travaillés. Les scènes d’action sont convaincantes, l’intrigue, même si elle est prévisible et, là encore, tire sa substance de chez Banks, se suit sans déplaisir aucun, et la fin ouvre de vastes perspectives sur les deux tomes suivants, que ce soit en terme de thématiques ou de sense of wonder. Au final, même si tout n’est pas pleinement convaincant dans ce livre, cela reste un NSO parfaitement recommandable, surtout si vous n’avez jamais lu Banks. Bref, pour paraphraser un de mes philosophes préférés, Tong Po, « Bonne  braise ! ».

Si vous avez encore des doutes sur le fait de vous lancer dans un nouveau cycle, je signale à ceux qui n’ont pas peur de se spoiler la fin de ce tome 1 que ma critique de la VO du tome 2 est d’ores et déjà disponible !

Si vous êtes client d’Amazon et souhaitez soutenir le blog, je vous invite à passer par un des liens affiliés suivants pour votre achat, cela ne vous coûte rien de plus : Acheter en version physique / Acheter en version Kindle. Si vous lisez sur cette liseuse, vous pouvez également soutenir le blog en vous inscrivant pour un essai gratuit de l’abonnement Kindle, via ce lien.

***

Retour à la page d’accueil

A memory called empire – Arkady Martine

28

Le somnifère « Ann Leckie » est désormais disponible en médicament générique ! 

empire_martineArkady Martine est… eh bien en fait rien du tout. C’est juste le pseudonyme du Dr AnnaLinden Weller, historienne spécialisée dans tout ce qui concerne l’empire Byzantin. A memory called empire est à la fois son premier roman et la première partie d’un diptyque (le second volet s’appellera A desolation called peace). À lire le personnel de son éditeur ou ses propres déclarations, on se prend à rêver devant les références évoquées, de John Le Carré à Iain M. Banks et Ann Leckie. On évoque aussi un roman nerveusement rythmé, « un livre vraiment spécial », et on nous assène même un « à qui ne plairait-il pas ? » (la phrase qu’aucun directeur de collection sain d’esprit ne devrait jamais employer). Eh bien ma bonne dame, je lève la main. Et j’ajoute que parler d’un rythme haletant pour ce bouquin est tout de même osé. Et puis tant qu’on y est, il faut arrêter d’invoquer l’héritage de Banks à tout bout de champ, surtout que le plus souvent, ça concerne comme par hasard la publication la plus médiocre de l’année (dans le genre de celle là), vous savez, celle qui ramasse tous les prix prestigieux (comme celle-ci).  Donc vous laissez Iain reposer en paix, merci.

Bon, mais est-ce que, au moins, ça ressemble à l’autre référence SF évoquée avec le plus d’insistance, à savoir Ann Leckie ? Tout à fait. C’est aussi soporifique, avec en plus un style parfois lourd, confus, voire les deux. Et question originalité, c’est autant pompé sur d’autres que l’oeuvre de l’inspiratrice. Il est d’ailleurs étrange de voir Leckie copier Banks, et Martine copier Leckie. Bref, je déconseille : fan de Banks, passe ton chemin, il n’y a rien de valable pour toi ici. Et vu à quel point la lecture de cette oeuvre a été un calvaire, je ne lirai pas la suite : je me suis déjà infligé l’intégralité de la trilogie de l’Ancillaire, donc niveau masochisme, j’ai déjà donné, merci.  Lire la suite