Jour J – Tome 28 – L’aigle et le cobra – collectif

16

Ludique mais perfectible à de multiples niveaux

L’aigle et le cobra est le vingt-huitième tome de la série de BD Jour J, qui en comptera quarante-cinq au mois d’octobre 2021. Contrairement à ce que son nom suggère, elle ne relate pas du tout l’histoire du débarquement du 6 juin 1944, le terme « Jour J » étant ici un synonyme de « Point de divergence » tel qu’employé dans les uchronies (genre ou sous-genre littéraire -selon votre conception de la taxonomie- décrivant un monde alternatif ou parallèle où le cours de l’Histoire a divergé par rapport à celui que nous avons connu). Mais même dans ce cadre, il reste trompeur, puisque ces BD ne décrivent pas le point de divergence lui-même mais plutôt ses conséquences, à court, moyen ou long terme. Notez en revanche que la thématique est clairement annoncée à la fois sur la première de couverture (sur celle du tome 28, on lit : -48 : la reine d’Égypte Cléopâtre et son armée marchent sur Rome) et surtout sur la quatrième. Vous remarquerez d’ailleurs qu’alors que l’illustration et le « -48 : etc » de la première de couverture laissent à penser que ce tome est centré sur la reine d’Égypte, le résumé sur la quatrième, lui, indique en revanche clairement que le vrai protagoniste est César (mais bon, j’imagine que représenter Cléopâtre de dos sur la couverture était plus « vendeur »).

Mais revenons un instant sur la série dans son ensemble : la plupart des tomes sont indépendants ou semi-indépendants (ce tome 28 est une suite informelle du 23, mais vous pouvez lire le premier sans avoir lu le second -ce qui est mon cas-), mais certains forment des diptyques ou des trilogies, permettant d’explorer plus en détail certaines divergences historiques. Le trio de scénaristes (Jean-Pierre Pécau, Fred Duval et Fred Blanchard) reste constant (même s’ils n’exercent pas forcément tous sur un tome donné : sur le 28, seuls les deux premiers sont crédités, même s’il est dit qu’ils ont été « assistés » par Fred Blanchard), et le dessinateur et / ou coloriste varie de tome ou de groupes de tomes en tomes / groupes de tomes, même si certains sont plus récurrents que d’autres. Sur le 28, c’est Fafner qui a rempli les deux rôles. Comme c’est de plus en plus souvent le cas en matière de BD, la couverture, elle, est l’œuvre d’un autre dessinateur, ou plutôt de… deux ici, à savoir Fred Blanchard et Ugo Pinson. L’éventail de périodes historiques et de points de divergence balayé par la série est vaste, même si certaines (la guerre froide, notamment) sont plus favorisées que d’autres. Je possède un autre tome et ai prévu d’en acheter (et donc critiquer ici) d’autres, l’avantage du concept étant que si un point de divergence ne vous intéresse pas, vous pouvez zapper le ou les tomes correspondants. D’autant plus que vu les changements de dessinateur, de période, et le côté plus ou moins convaincant des points de divergence et / ou des scénarios, les tomes sont réputés très inégaux. Lire la suite

L’héritage des ancêtres – Przybylski / Nolane / Vladetic

32

Une remarquable adaptation… et bien plus encore !

heritage_ancetresLes aponautes le savent, je ne critique, d’habitude, que des romans ou des essais en rapport avec la SFFF sur ce blog, réservant le reste, BD comprises, à mon (très sous-alimenté) blog secondaire. Toutefois, celle dont je vais vous parler aujourd’hui étant l’adaptation d’un cycle de romans ayant été chroniqués sur ce blog (plus précisément du Château des millions d’années), il m’a paru pertinent de faire une exception. Je suis d’ailleurs curieux d’avoir votre avis sur la question dans les commentaires de cet article : selon vous, les BD relevant de la SFFF doivent-elles être critiquées sur le Culte ou celui-ci doit-il être réservé aux romans comme il l’a été durant ses cinq premières années d’existence ?

Cet album, donc, appelé Le château des millions d’années tome 1 – L’héritage des ancêtres (un tome 2, Depuis la nuit des temps, est d’ores et déjà annoncé sur la quatrième de couverture), est scénarisé par Stéphane Przybylski (l’auteur des romans dont il est tiré), bien sûr, ainsi que par Richard D. Nolane, spécialiste du domaine (on lui doit notamment -entre beaucoup d’autres séries- Wunderwaffen et Space Reich), et dessiné par Zeljko Vladetic, qui a également officié avec Nolane sur une partie de Wunderwaffen ainsi que sur La grande guerre des mondes. D’ailleurs, Przybylski explique, dans la préface, avoir été inspiré, pour son roman, surtout par des œuvres graphiques, principalement… Wunderwaffen, ce qui fait donc que la boucle est bouclée, comme il le dit (ce qui est très intéressant est qu’il liste ses autres influences principales, séries, films ou mangas, un renseignement précieux pour mieux comprendre son bouquin). Hugo Facio, lui, colorise (pour ne pas dire : magnifie) un dessin déjà très solide à la base. La couverture, elle, est signée par Yvan Villeneuve (pour celles et ceux qui ne le sauraient pas, le fait que la couverture d’une BD soit l’œuvre d’un dessinateur autre que celui qui a officié sur les planches est une pratique assez courante). Les éditions Soleil ont donc réuni autour du romancier une équipe, aussi bien scénaristique que graphique, déjà parfaitement rodée aux thématiques et esthétiques abordées dans son roman, et donc à même de parfaitement rendre son histoire sous forme visuelle. Au passage, ce roman a vraiment fait l’objet d’un grand nombre de formes ou adaptations différentes, puisque le Belial’ l’avait aussi diffusé sous forme d’épisodes. Lire la suite