Anthologie Apophienne – épisode 11

7

Eye_of_ApophisL’anthologie Apophienne est une série d’articles sur le même format que L’œil d’Apophis (présentation de trois textes dans chaque numéro), mais ayant pour but de parler de tout ce qui relève de la forme courte et que je vous conseille de lire / qui m’a marqué / qui a une importance dans l’Histoire de la SFFF, plutôt que de vous faire découvrir des romans (forme longue) injustement oubliés. Si l’on suit la nomenclature anglo-saxonne, je traiterai aussi bien de nouvelles que de novellas (romans courts) ou de novelettes (nouvelles longues), qui sont entre les deux en terme de nombre de signes. Histoire de ne pas pénaliser ceux d’entre vous qui ne lisent pas en anglais, il n’y aura pas plus d’un texte en VO (non traduit) par numéro, sauf épisode thématique spécial. Et comme vous ne suivez pas tous le blog depuis la même durée, je ne m’interdis absolument pas de remettre d’anciennes critiques en avant, comme je le fais déjà dans L’œil d’Apophis.

Dans ce onzième épisode, parce qu’on ne change pas une équipe qui gagne, nous allons reparler d’auteurs déjà abordés dans cette série d’articles, à savoir Robert Silverberg, H.P. Lovecraft et Alastair Reynolds. Sachez que vous pouvez, par ailleurs, retrouver les anciens épisodes de cette série d’articles sur cette page ou via ce tag. Lire la suite

Voile vers Sarance – Guy Gavriel Kay

20

La première partie d’un fabuleux diptyque

Une version modifiée de cette critique est parue dans le numéro 97 de Bifrost (si vous ne connaissez pas ce périodique : clic). Vous pouvez retrouver toutes mes recensions publiées dans le magazine sous ce tag. La critique du deuxième volet du diptyque est présente dans le numéro 101, est beaucoup plus enthousiaste, sera prochainement lisible sur le blog de la revue et dans un an ici-même.

voile_vers_sarancePoursuivant sa démarche consistant à (re)proposer le maximum de la partie Fantasy Historique de l’œuvre de Guy Gavriel Kay en français, l’Atalante publie une nouvelle traduction de Voile vers Sarance (une référence au poème « Voile vers Byzance » de Yeats), roman ouvrant La mosaïque Sarantine, diptyque qui se conclura avec la parution du second volet, Le seigneur des Empereurs. Situé dans le même monde, imaginaire mais modelé sur le pourtour méditerranéen du Moyen Âge et de la Renaissance, que d’autres livres de l’auteur, Les lions d’Al-Rassan, Le dernier rayon du soleil (qui sera lui-même réédité dans une nouvelle traduction également signée Mikaël Cabon au second semestre 2021) et Enfants de la terre et du ciel, Voile vers Sarance recrée avec brio (l’auteur s’est entouré du conseil des meilleurs spécialistes de la période, et le résultat est flamboyant) la Constantinople du VIe siècle, sous le règne de Justinien, ses intrigues de cour Byzantines (c’est le cas de le dire), sa splendeur et ses curiosités (comme l’importance politique démesurée des différentes factions de « supporters » de courses de chars). Lire la suite

Un souvenir nommé empire – Arkady Martine

16

Un prix Hugo de pacotille dont la lecture a tout du calvaire

souvenir_empire_VFLe 3 mars 2021, sortira (si Covid le veut) Un souvenir nommé empire, première partie d’un diptyque signé « Arkady Martine », en réalité AnnaLinden Weller (un jour, il faudra m’expliquer quel est, en 2021, l’intérêt de ce genre de manœuvre, mais passons…). Couronné par le prestigieux prix Hugo (édition 2020), auréolé des louanges d’Ann Leckie (d’ailleurs inspiratrice de l’autrice), comparé à l’œuvre de cette dernière, de John Le Carré et même à celle de Iain M. Banks, et objet d’une hype considérable générée par ses éditeurs, aussi bien anglo-saxons que français (le camarade Eliroff a distribué massivement des épreuves non corrigées de l’ouvrage, accompagnées de plusieurs autres livres et goodies, à toute la blogosphère -sauf votre serviteur, évidemment-), sur le papier ce roman a tout du chef-d’œuvre incontournable. Sauf que pour l’avoir lu à sa sortie anglo-saxonne, le tableau que moi je vais vous en brosser est nettement moins flatteur. Un point est tout à fait juste, par contre : cela ressemble effectivement à du Ann Leckie, dans sa capacité à remplacer sans problème n’importe quel somnifère et à concourir dans la catégorie du prix Hugo le plus immérité de l’histoire de cette récompense (alors que de 2015 à 2019 inclus, la barre avait été bien redressée à ce niveau).

Bref, les goûts et les couleurs mis à part, je vous déconseille vraiment d’investir de l’argent dans une lecture qui a, pour moi, relevé du calvaire et d’une faiblesse littéraire manifeste. Après, vous êtes grand(e)s, et vous ferez ce que vous voulez, je ne prétends certainement pas que mon avis soit à suivre comme les tables de la Loi et universel, chacun sa sensibilité et ses attentes ou sa tolérance à l’incompétence rédactionnelle et éditoriale. Celles et ceux d’entre vous qui veulent en savoir plus pourront se référer à ma critique de la VO (qui est d’ailleurs une des plus drôles, dans son genre, jamais parues sur ce blog : les anciens de l’Apophisme vous le confirmeront, je ne suis jamais plus inspiré que quand j’ai détesté une lecture).

***

Retour à la page d’accueil