Les mensonges de Locke Lamora – Scott Lynch

33

Lamora’s four *

locke_lamora* (allusion au film Ocean’s eleven).                                                    Les mensonges de Locke Lamora est le premier livre d’un cycle, Les salauds gentilshommes, qui, à terme, doit en compter sept (un second cycle, lui aussi de 7 romans, se passant 20 ans plus tard, et suivant de nouveaux personnages, est prévu ensuite -l’auteur est relativement jeune, il a « seulement » 38 ans-). Trois tomes sont déjà parus (et traduits), le quatrième étant attendu (en anglais) fin septembre (il sera suivi de textes courts devant combler certains blancs dans l’intrigue des tomes déjà parus ou remonter à la source de certaines péripéties qui y sont racontées).  Ils racontent une vingtaine d’années de la vie de Locke Lamora, voleur et surtout escroc.

Ce roman, qui est, aussi ahurissant que cela puisse paraître, le premier de son auteur, a créé une formidable onde de choc au moment de sa sortie. Salué comme un chef-d’oeuvre, il a, depuis, été traduit en quinze langues. Lire la suite

Féerie – Paul McAuley

9

Des fées issues… du génie génétique ! 

féerie_mc_auley_2Paul McAuley est un auteur de Science-Fiction britannique (qui s’est également essayé à l’uchronie avec Les conjurés de Florence) plutôt orienté Hard-SF (il est botaniste de formation) mais ayant balayé un grand nombre de sous-genres au travers d’une assez prolifique carrière (plus d’une vingtaine de romans) : Space-Operas très ambitieux et situés dans un futur extrêmement lointain (son cycle Confluence, jamais traduit en France) ou centrés sur le système solaire et un futur plus proche (La guerre tranquille), Planet Opera (Sable rouge) ou encore Univers parallèles (Cowboy Angels). Il a aussi publié des novellas (romans courts), dont Le choix récemment traduit par le Belial’.

Etant donné sa formation, vous ne serez pas surpris d’apprendre qu’il a aussi publié quelques textes basés sur les biotechnologies, dont Les diables blancs et celui dont je vais vous parler aujourd’hui, tous deux considérés comme des piliers du Biopunk (à ce sujet, je vous invite à consulter la critique de Ribofunk pour plus de précisions). Lire la suite

Lankhmar – Intégrale 2 – Fritz Leiber

8

Fafhrd, le Souricier Gris, les Skavens, Odin et Loki

lankhmar_2Voici donc le volume 2 de l’intégrale du Cycle des épées de Fritz Leiber, après Lankhmar – Intégrale 1. Il comprend les volumes 4 (Épées et sorciers), 5 (qui, après avoir été appelé Le royaume de Lankhmar pendant des décennies, retrouve avec les deux éditions Bragelonne dont il a bénéficié un titre français plus conforme à l’original : Épées de Lankhmar) et 6 (La magie des glaces).

Contrairement aux apparences, six des sept romans qui font partie du cycle n’en sont… justement pas ! Ce sont en réalité des fix-ups de nouvelles ou novellas (romans courts) parues entre 1939 et… 1988 (seul le cinquième tome est un vrai roman, la forme étendue d’une nouvelle pré-existante). Donc, il est normal que ça semble « décousu » : on ne peut pas demander à un fix-up mélangeant des textes parus sur un intervalle d’un demi-siècle d’avoir la même cohérence qu’un cycle classique de romans « normaux » parus sur quelques années. Rappelons aussi l’importance indéniable du cycle dans la Fantasy d’après-guerre : le cycle des épées, c’est l’utilisation de l’antihéros (et du duo de protagonistes) en Fantasy bien avant l’heure, c’est une des sagas essentielles et fondatrices de la Sword & Sorcery, et c’est une référence absolue pour tout ce qui concerne les voleurs des mondes médiévaux / antiques-fantastiques. Enfin, vu son ancienneté et le nombre de gens qui ont été inspirés par ce cycle (en matière de Jeu de rôle notamment -Warhammer, Donjons & Dragons-, mais pas seulement : même Terry Pratchett en personne l’a été, de son propre aveu), il est normal que certains trouvent ça « banal », « déjà-vu » ou « classique », précisément parce que ça a été copié des millions de fois depuis.  Lire la suite

Le Culte d’Apophis : la page Facebook !

6

ApophisJe vous propose désormais de suivre l’actualité du blog sur Facebook via une page dédiée (et encore un poil en chantier…), à laquelle vous pouvez accéder de deux façons :

  • En cliquant sur ce lien.
  • En utilisant le widget Facebook qui se trouve tout en bas de la colonne de droite du blog, au-dessus du widget Babelio.

Bien entendu, tous les nouveaux articles seront relayés sur cette page, une façon de plus pour vous d’être tenu au courant de l’actualité de ce blog, avec l’abonnement par e-mail ou via WordPress.

Mais pour tout vous dire, cette page Facebook ne va pas se contenter de relayer « bêtement » les seuls articles parus sur Le Culte d’Apophis : elle vous tiendra aussi au courant des publications les plus intéressantes issues d’autres blogs SFFF, elle servira à partager avec vous les bons plans promotions de certains éditeurs (quand je tombe dessus), à annoncer la sortie prochaine de tel ou tel roman que je trouve très intéressant, à (éventuellement) commenter une actualité ciné / séries / BD / etc en lien avec la SFFF et que j’ai choisi de ne pas relayer sur le blog lui-même (qui est et restera uniquement consacré à la littérature SFFF), et ainsi de suite. Cela peut enfin être un espace d’échange, par exemple un canal me permettant de vous demander votre avis sur telle ou telle orientation présente ou à venir du blog si j’en ressens le besoin.

L’automate de Nuremberg – Thomas Day

9

Le roman court qui me réconcilie (presque) avec le Steampunk

automate_nurembergThomas Day est l’identité secrète (comme ils disent dans les comics) de Gilles Dumay, directeur de collection de Lunes d’encre chez Denoël. Nouvelliste prolifique, anthologiste, pilier du magazine Bifrost, et auteur d’une quinzaine de romans, il exerce son style percutant, volontiers provocateur, souvent riche en scènes violentes ou sexuelles, dans toutes les facettes qu’ont à offrir les littératures de l’imaginaire ou plus généralement de genre : Polar, Uchronie, Fantastique, Fantasy, Science-Fiction, et, pour le livre qui va nous occuper aujourd’hui, Steampunk. Ce roman court (ou novella, comme disent les anglo-saxons) de 120 pages est proposé, c’est à signaler, au prix très attractif de 2 euros (votre serviteur l’ayant même eu neuf pour 1 seul misérable euro). Il raconte, comme son nom l’indique, l’histoire de Melchior Hauser, un automate (traduisez : robot à la mode steampunk) qui, dans la quête de ses origines et du dépassement de sa forme physique limitée, va nous faire voyager sur une Terre uchronique de l’époque Napoléonienne.  Lire la suite

Qushmarrah : Le prix de la liberté – Glen Cook

6

Carthago delenda est

QushmarrahQushmarrah fait partie des livres de Fantasy écrits par Glen Cook qui ne se rattachent pas au meta-cycle de la Compagnie Noire (et il y en a beaucoup plus qu’on ne le pense en général). Il s’agit de Fantasy historique à la Guy Gavriel Kay (mais en plus noir et avec plus de magie que dans certains des romans de cet auteur), c’est-à-dire qui se passe dans un monde imaginaire mais qui est tellement inspiré par une période / zone géographique appartenant à notre monde réel qu’il en constitue une allégorie. Seuls les noms changent (plus, évidemment, la présence d’éléments surnaturels), mais derrière les « pseudonymes », on reconnaît parfaitement les véritables acteurs du jeu. Et dans le cas de ce roman, ce sont Rome (ici Hérod) et Carthage (ici Qushmarrah). C’est donc à une transposition Fantasy des guerres puniques que nous avons affaire. Je n’arrive d’ailleurs pas très bien à comprendre pourquoi la quatrième de couverture semble prétendre le contraire, c’est limpide à la lecture du roman (regardez p 220 ou le second épilogue…).  Lire la suite

Le sang du roi – Daniel Hanover

5

Encore plus intéressant que le tome 1 (et pourtant la barre était placée haut)

sang_roi_hanoverLe sang du roi est le deuxième tome du cycle La dague et la fortune, après La voie du dragon. Connaissant la propension de Daniel Hanover (et de Ty Franck) à faire disparaître ou apparaître des personnages principaux dans chaque nouveau tome de The Expanse, vous vous demandez peut-être si on retrouve Cithrin, Geder, Marcus, Dawson, Clara et l’Apostat, les protagonistes (et narrateurs) de La voie du dragon, dans cette suite. La réponse est oui : nous retrouvons nos héros quelques mois après les événements ayant eu lieu à la fin du tome 1. Chaque chapitre est aussi vu selon le point de vue de l’un d’entre eux. Par contre, il y a des différences dans le nombre de chapitres auquel chacun a droit (sachant que leur nombre total est quasiment égal -46 au lieu de 47- par rapport au tome 1) : les deux changements les plus notables concernent Clara (qui passe de 2 à 7 chapitres) et Cithrin, qui est le personnage le plus représenté, avec 12 d’entre eux (au lieu de 14 pour Geder dans La voie du dragon).  Lire la suite

Plus de vifs que de morts – Frederik Pohl

4

Une histoire avec un gros potentiel, malheureusement loin d’être complètement exprimé

plus_de_vifsFrederik Pohl (1919-2013) est typiquement le genre d’auteur dont le grand public qui lit un peu de SFFF n’a jamais entendu parler (il n’a pas l’aura de Tolkien, G.R.R. Martin ou Isaac Asimov), mais qui, pourtant, est fondamental dans le paysage SF. Au cours de sa longue carrière, il a été un éditeur, un agent littéraire et bien entendu un écrivain de premier ordre, lauréat de quatre prix Hugo et de trois Nebula, les plus prestigieux du genre (il est la seule personne a avoir reçu le Hugo à la fois comme auteur et comme éditeur -du magazine If-).

Sous sa casquette d’auteur, il est particulièrement connu des aficionados de SF pour La Grande Porte (Hugo / Locus / Nebula / prix John W. Campbell 1978), et peut-être surtout pour Planète à gogos (co-écrit avec Cyril M.  Kornbluth), satire féroce de la publicité et du capitalisme débridé. Ce spécialiste des dystopies a également écrit des livres comme Homme Plus (qui décrit, dans un futur proche, la transformation par la NASA d’un astronaute, par le biais de la cybernétique et de la chirurgie, afin de lui permettre de vivre de façon autonome sur Mars -ainsi que la transformation psychologique qui s’ensuit-) ou Plus de vifs que de morts, le roman court que je vous présente aujourd’hui.  Lire la suite

Par les chemins de la soie – Naomi Novik

9

Feuer Frei !

temeraire_3Le titre (français) de ce troisième tome de la saga Téméraire, Par les chemins de la soie, est particulièrement trompeur, car si son intrigue nous conduit bien sur la route de la soie, les parties se déroulant en Asie puis à Constantinople sont finalement mineures par rapport à la deuxième moitié du livre, qui se concentre sur la Campagne de Prusse et de Pologne. Laurence et Téméraire, faisant escale à Macao après leurs aventures du tome 2, reçoivent l’ordre de filer ventre à terre vers l’Empire Ottoman, où ils doivent assurer le transport vers la verte Albion de trois œufs de dragons vitaux pour l’effort de guerre contre Napoléon (et de préférence avant qu’ils n’éclosent, faute de quoi ils ne seront bons qu’à être refilés à Daenerys Targaryen à prix discount). Problème : l’Allegiance, le transport de dragons qui les a convoyés en Chine, a subi un feu et ne sera opérationnel que dans deux mois. Une seule solution pour tenir les délais : partir par l’intérieur des terres, sous la conduite d’un guide anglo-asiatique mystérieux.  Lire la suite

La rose blanche – Glen Cook

17

Un grand final époustouflant

black_company_3La rose blanche est le troisième roman du meta-cycle de la Compagnie noire, et le dernier des Livres dits du Nord. Cette fois, on entre dans le vif du sujet : la lutte de la nouvelle Rose Blanche contre la Dame (avec un invité surprise à la fête, mais chut !). Six ans après les événements du tome 2, la Compagnie noire (ou plutôt ce qui en reste…) s’est retranchée au fin fond de la Plaine de la Peur (un endroit que même un Rasta ayant abusé de Space Ganja aurait du mal à imaginer…), dans un QG souterrain d’où sont gérées toutes les cellules de Résistance éparpillées à travers la Domination. Un empire qui, d’ailleurs, couvre maintenant la moitié du monde. Le gros problème est que si les prophéties sont correctes, la victoire finale de la Rose sur la Dame ne pourra avoir lieu que lors du prochain passage de la comète, dans quelques décennies. Autant dire que l’attente va être longue pour Toubib et ses camarades… Lire la suite