La rose blanche – Glen Cook

Commentaires 17 Par défaut

Un grand final époustouflant

black_company_3La rose blanche est le troisième roman du meta-cycle de la Compagnie noire, et le dernier des Livres dits du Nord. Cette fois, on entre dans le vif du sujet : la lutte de la nouvelle Rose Blanche contre la Dame (avec un invité surprise à la fête, mais chut !). Six ans après les événements du tome 2, la Compagnie noire (ou plutôt ce qui en reste…) s’est retranchée au fin fond de la Plaine de la Peur (un endroit que même un Rasta ayant abusé de Space Ganja aurait du mal à imaginer…), dans un QG souterrain d’où sont gérées toutes les cellules de Résistance éparpillées à travers la Domination. Un empire qui, d’ailleurs, couvre maintenant la moitié du monde. Le gros problème est que si les prophéties sont correctes, la victoire finale de la Rose sur la Dame ne pourra avoir lieu que lors du prochain passage de la comète, dans quelques décennies. Autant dire que l’attente va être longue pour Toubib et ses camarades…

Changements *

* Changes, Yes, 1983.

La Compagnie est mal en point. Réduite à environ soixante-dix hommes, elle n’est que l’ombre de sa gloire passée. Les figures de proue sont encore là, pour la plupart (Toubib, bien entendu, mais aussi Elmo, Silence, Qu’un-œil ou Gobelin), et c’est le Lieutenant qui mène désormais la danse. Leur volonté de protéger la Rose est farouche, mais leurs moyens sont limités face à ceux, démesurés, de la Dame. D’où le fait de se terrer (au propre comme au figuré) au beau milieu de la Plaine de la Peur, un désert où les menhirs et les arbres se déplacent et parlent, et où existent les titanesques Baleines de vent ou encore des mantes volantes géantes crachant le feu. D’une façon bizarre, toutes ces étrangetés, qui devraient logiquement être de nature magique, sont complètement immunisées au champ annihilant les facultés mystiques projeté en permanence par la Rose.

gobelin_one_eyeLes têtes connues de la Compagnie sont au bout du rouleau, après des années de combats et d’errances sur des milliers de kilomètres, que ce soit au service de la Dame ou, après ça, au service de la Rose Blanche. Il faut dire que leur jeunesse est loin derrière eux, et que la perspective terrifiante d’avoir à échapper aux forces de tout un Empire pendant les décennies qui les séparent du prochain passage de la comète ne fait rien pour contrer le sentiment de lassitude, d’épuisement, qui les oppresse. Heureusement, les créatures de la Plaine de la Peur leur apportent leur aide, ce qui signifie mobilité et puissance de feu (notamment grâce aux redoutables Baleines). Mais l’endroit reste dangereux, notamment à cause des terribles tempêtes transmuantes, qui peuvent vous transformer en tout et surtout n’importe quoi. L’origine des créatures habitant la Plaine et de ses particularités est passionnante (elle sera dévoilée dans le dernier tiers du roman).

Une nouvelle structure narrative

Ce qui est intéressant avec Glen Cook, c’est qu’aucun des trois Livres du Nord ne ressemble au précédent : le tome 1 adoptait un point de vue unique (celui de la Compagnie) et une narration des événements dans l’ordre chronologique, tandis que le tome 2 proposait une alternance de points de vue (pdv) d’un chapitre à l’autre, celui de Toubib dans l’un puis celui de Shed et / ou Corbeau dans le suivant (mais en gardant une unité temporelle : par exemple, une péripétie pouvait débuter à la fin d’un chapitre vu selon le pdv de Shed puis se conclure au début du paragraphe vu selon le pdv de Toubib qui le suivait).

Le tome 3 est nettement plus complexe du point de vue narratif : cette fois, ce sont trois (et non plus deux) points de vue qui alternent (Compagnie noire / Choucas / Bomanz), à raison d’un par chapitre (jusqu’à la page 170 environ, après on peut avoir le même pdv dans plusieurs chapitres consécutifs). Mais la grande particularité est que ces récits se situent à différentes époques de l’histoire de cet univers : le point de vue de l’Unité est situé six ans après les événements du tome 2, celui de Bomanz juste avant la libération de la Dame et des Asservis, et celui de Choucas se situe entre la fin du tome 2 et le début du 3. De plus, tout est lié : Choucas fait des recherches sur Bomanz, et expédie des courriers à Toubib pour lui expliquer l’implication de ce dernier dans l’évasion de la Dame des Tumulus. A partir d’un certain stade de l’intrigue, les différents points de vue se rejoignent, tout simplement parce que les personnages le font : Toubib et les autres vont se rendre aux Tumulus, et connaître le destin de Choucas et Bomanz.

Il y a beaucoup de révélations dans ce tome 3, et le rythme auquel elles ont lieu est bien maîtrisé. Certaines se voient venir des kilomètres avant (Choucas, Saigne-Crapaud le Chien), d’autres en revanche sont hautement inattendues. En tout cas, entre l’entrelacement de lignes narratives, de lignes temporelles, et la chronologie des révélations, on peut dire que Glen Cook a fait preuve à la fois de maîtrise et d’ambition.

Personnages

Les nouveaux personnages sont énigmatiques : je ne pense pas tellement à Choucas mais plutôt à Traqueur et surtout à Saigne-Crapaud le Chien. Remarquons d’ailleurs la présence significative dans ce livre de personnages non-humains (arbres, chiens, etc) assez fascinants. Bomanz, dont on entend parler depuis le tome 1, se révèle également intéressant. J’ai apprécié le fait que Glen Cook boucle la boucle en nous révélant comment tout a commencé, et en donnant une conclusion satisfaisante aux différents mystères ou questions laissé(e)s en suspens.

the_ladyMais le gros point fort, le gros changement au niveau personnages (outre un rôle très accru de Chérie, évidemment) est la présence beaucoup plus nette et la participation beaucoup plus « directe » (difficile d’en dire plus sans spoiler) de la Dame aux événements. La Dame n’est clairement pas un personnage original, mais en tout cas elle capte l’attention du lecteur tel un aimant. « Hein, quoi, qu’est-ce qu’il raconte, la Dame n’est pas un personnage original ? », vous dites-vous peut-être… Ben non. La Dame, c’est juste Galadriel qui a pris l’Anneau quand Frodon le lui a proposé, qui a viré Côté Obscur, qui a piqué son Œil à Sauron, qui s’est rebaptisée et qui appelle les Spectres de l’Anneau des Asservis. C’tout. Et j’en veux pour preuve ce passage de La Communauté de l’Anneau :

Et maintenant enfin il vient. Vous me donnerez librement l’Anneau ! A la place du Seigneur Ténébreux, vous établirez une Reine ! Et je ne serai pas ténébreuse, mais belle et terrible comme le matin et la nuit ! Belle comme la mer et le soleil et la neige sur la montagne ! Terrible comme la tempête et l’éclair ! Plus forte que les fondements de la terre. Tous m’aimeront et désespéreront !
Elle leva la main et de l’anneau qu’elle portait jaillit une grande lumière qui l’illumina elle seule, laissant tout le reste dans l’obscurité. Elle se dressait devant Frodon, paraissant à présent d’une taille démesurée et d’une beauté insoutenable, terrible et digne d’adoration.

Troublant, non ?

Un final époustouflant pour la trilogie des Livres du Nord

Glen Cook fait preuve d’une imagination prodigieuse pour ce tome 3 : on pense à la Plaine de la Peur, à ses créatures et à leur origine, bien sûr, mais aussi aux nouveaux tapis volants, véritables chasseurs-bombardiers avant l’heure.

Les scènes à grand spectacle ne manquent pas, comme les incursions de Bomanz ou de Choucas sous forme physique ou astrale dans les Tumulus, comme les combats impliquant Asservis, Baleines de Vent et Mantes, ou comme, évidemment, le combat final contre… mais j’en dis trop.

Il est important de noter que ce tome 3 relève nettement moins de la Dark Fantasy et de la Fantasy militaire que ses deux prédécesseurs, on a le sentiment d’avoir affaire à une Fantasy épique (certes sombre) le plus souvent. A moins que vous ne soyez complètement réfractaire à la première et / ou allergique à la seconde, le côté épique de ce tome 3, et par extension de la trilogie des Livres du Nord, fait, à mon humble avis, de cette dernière un cycle incontournable pour tout amateur de Fantasy qui se respecte.

En conclusion *

Lady d’Arbanville, Cat Stevens, 1970.

Glen Cook a su, avec ce tome 3, comme il l’avait fait avec le tome 2, ne pas s’enfermer toujours dans le même schéma et nous surprendre, d’abord grâce à une structure narrative différente et plus complexe, ensuite grâce à de nombreux rebondissements dont tous, loin de là, ne sont pas prévisibles. On ne s’ennuie jamais, on est happé, on tourne les pages avec envie et frénésie car on veut savoir. La fin est extrêmement réussie, bouclant la trilogie des Livres du Nord de façon satisfaisante tout en posant de fascinants jalons pour ceux du Sud. Une fois de plus, le destin de la Compagnie noire est modifié de façon radicale, tout comme le sont ceux des personnages que nous avons appris à aimer (ou à détester aimer, pour certains). Et le lecteur n’a qu’une hâte : ouvrir le roman suivant, ce que je ferai, pour ma part, fin Août (maudit programme en flux tendu !).

(Les magnifiques fan-arts des personnages de la Compagnie Noire sont l’oeuvre d’Irontree.)

Pour aller plus loin

  • Si vous souhaitez avoir un deuxième avis sur ce roman, je vous conseille la lecture des critiques suivantes : celle de Boudicca sur le Bibliocosme, celle de l’Ours inculte sur l’ensemble de la trilogie des Livres du Nord, de Lorhkan, de Lutin sur Albedo,

 

17 réflexions sur “La rose blanche – Glen Cook

  1. Pingback: La Compagnie Noire – Glen Cook | Le culte d'Apophis

  2. Pingback: Le château noir – Glen Cook | Le culte d'Apophis

  3. Pingback: Les annales de la Compagnie noire, tome 3 : La rose blanche | Le Bibliocosme

  4. Mais oui, je prends, et si j’avais une hésitation pour commencer le cycle, cette critique si alléchante et convaincante finirait par me séduire.
    Déjà, je trouvais génial l’accompagnement musical de tes chroniques et l’ajout d’images est aussi très agréable.
    Merci encore Apo!
    Cela faisait un moment que tu n’avais pas publier ( je commençais à m’impatienter)!

    J'aime

    • Merci 🙂 L’ajout d’images est une suggestion d’Alfaric sur Babelio. Je ne dis pas qu’il va se systématiser, mais il sera en tout cas appelé à se renouveler (sur les articles longs et si je trouve des images 1/ esthétiques et 2/ conformes à l’idée que je me fais des personnages / de l’univers).

      Oui, une bonne semaine sans publication, en effet. J’ai eu moins de temps pour lire ces derniers jours, ceci expliquant cela. Normalement, tu devrais avoir droit à une autre critique d’ici 2 ou 3 jours, et encore une autre environ 2 jours après.

      Aimé par 1 personne

  5. Pingback: Qushmarrah : Le prix de la liberté – Glen Cook | Le culte d'Apophis

  6. Pingback: Juin 2016, sans jus ni soleil – Albédo

  7. Pingback: La pointe d’argent – Glen Cook | Le culte d'Apophis

  8. Pingback: Jeux d’ombres – Glen Cook | Le culte d'Apophis

  9. Pingback: Rêves d’acier – Glen Cook | Le culte d'Apophis

  10. Pingback: Saisons funestes – Glen Cook | Le culte d'Apophis

  11. Pingback: Elle est les ténèbres – Glen Cook | Le culte d'Apophis

  12. Pingback: L’eau dort – Glen Cook | Le culte d'Apophis

  13. Pingback: La Rose Blanche de Glen Cook – Albédo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s