L’œil d’Apophis – Numéro 8

Commentaires 13 Par défaut

Eye_of_ApophisAprès le hors-série de Noël, voici le huitième numéro de la série d’articles l’œil d’Apophis (car rien n’échappe à…) ! Je vous en rappelle le principe : il s’agit d’une courte présentation (pas une critique complète, quoique, pour ce numéro, on peut presque se poser la question 😀 ) de romans qui, pour une raison ou une autre, sont passés « sous le radar » des amateurs de SFFF, qui sont sortis il y a longtemps et ont été oubliés, qui n’ont pas été régulièrement réédités, ont été sous-estimés, mal promus par leur éditeur, ont été noyés dans une grosse vague de nouveautés, font partie de sous-genres mal-aimés et pas du tout dans l’air du temps, sont connus des lecteurs éclairés mais pas du « grand public », et j’en passe. Chaque numéro vous présente trois livres : aujourd’hui, il s’agit de Roma Aeterna de Robert Silverberg, de Au tréfonds du ciel de Vernor Vinge et d’Inversions de Iain M. Banks.

Au passage, sachez que vous pouvez retrouver les anciens numéros de l’œil via ce tag ou bien cette page. Je vous rappelle aussi que les romans présentés ici ne sont pas automatiquement des chefs-d’oeuvre ou ceux recommandés par le site à n’importe quel amateur de SFFF (si c’est ce que vous cherchez, voyez plutôt le tag (Roman) Culte d’Apophis). Lire la suite

L’œil d’Apophis – Hors-série numéro 1 – Trois chefs-d’oeuvre pour Noël

Commentaires 19 Par défaut

Eye_of_ApophisD’habitude, dans L’œil d’Apophis, je vous présente des romans oubliés, méconnus, méprisés, etc, mais pourtant de qualité (pas forcément des chefs-d’oeuvre, mais en tout cas toujours des lectures valables, au moins pour certaines catégories de lecteurs), sous forme d’avis rapide et pas de critique complète. Cela me permet de vous reparler de lectures qui, pour certaines, ont un quart de siècle, et qui nécessiteraient une relecture complète si je voulais écrire une recension correspondant aux standards de qualité habituels de ce blog. Malheureusement, les nouveautés sont si nombreuses et il me reste tant de livres un peu plus anciens à lire que relire un bouquin déjà lu est devenu très difficile, à mon plus grand regret.

Quoi qu’il en soit, pour ce numéro, qui aurait dû être le huitième, j’ai décidé de procéder de façon différente : il y a trois excellents livres, que j’aimerais faire découvrir au plus grand nombre, et qui, pour le coup, bénéficient de critiques complètes (presque) aux standards actuels du Culte. Cependant, les dits avis datent des tout débuts du blog, il y a quasiment deux ans, ce qui fait que l’écrasante majorité des abonnés et lecteurs de passage actuels n’en a probablement jamais pris connaissance. J’ai donc décidé, dans ce hors-série spécial Noël, de remettre ces romans en avant, car s’il y a bien trois livres qui feraient de parfaits cadeaux de Noël SFFF, ce sont ceux-là. Je vais donc vous faire un point rapide sur leurs particularités, comme d’habitude dans l’œil d’Apophis, avant de vous donner un lien vers la critique complète, pour ceux qui voudraient en savoir plus. J’ai réussi à faire lire deux de ces trois ouvrages à au moins l’un d’entre vous à chaque fois, et les retours, que ce soit celui d’Olivier sur Kane ou celui de Renaud / FeydRautha sur Inexistence, ont été majoritairement enthousiastes. J’espère donc que cet article incitera un plus grand nombre d’entre vous à découvrir ces histoires, avec les réserves habituelles sur une certaine complexité pour deux d’entre eux et un côté particulièrement noir, amoral, Lovecraftien et science-fantasy pour le troisième.  Lire la suite

L’œil d’Apophis – Numéro 7

Commentaires 24 Par défaut

Eye_of_ApophisSeptième numéro de la série d’articles l’œil d’Apophis (car rien n’échappe à…) ! Je vous en rappelle le principe : il s’agit d’une courte présentation (pas une critique complète) de romans qui, pour une raison ou une autre, sont passés « sous le radar » des amateurs de SFFF, qui sont sortis il y a longtemps et ont été oubliés, qui n’ont pas été régulièrement réédités, ont été sous-estimés, mal promus par leur éditeur, ont été noyés dans une grosse vague de nouveautés, font partie de sous-genres mal-aimés et pas du tout dans l’air du temps, sont connus des lecteurs éclairés mais pas du « grand public », et j’en passe. Chaque numéro vous présente trois romans : aujourd’hui, il s’agit de Kirinyaga de Mike Resnick, de La paille dans l’œil de Dieu de Larry Niven et Jerry Pournelle et de La sphère de Gregory Benford.

Au passage, sachez que vous pouvez retrouver les anciens numéros de l’œil via ce tag ou bien cette page. Je vous rappelle aussi que les romans présentés ici ne sont pas automatiquement des chefs-d’oeuvre ou ceux recommandés par le site à n’importe quel amateur de SFFF (si c’est ce que vous cherchez, voyez plutôt le tag  (Roman) Culte d’Apophis). Lire la suite

L’œil d’Apophis – Numéro 6

Commentaires 19 Par défaut

Eye_of_ApophisSixième numéro de la série d’articles l’œil d’Apophis (car rien n’échappe à…) ! Je vous en rappelle le principe : il s’agit d’une courte présentation (pas une critique complète) de romans qui, pour une raison ou une autre, sont passés « sous le radar » des amateurs de SFFF, qui sont sortis il y a longtemps et ont été oubliés, qui n’ont pas été régulièrement réédités, ont été sous-estimés, mal promus par leur éditeur, ont été noyés dans une grosse vague de nouveautés, font partie de sous-genres mal-aimés et pas du tout dans l’air du temps, et j’en passe. Chaque numéro vous présente trois romans : aujourd’hui, il s’agit de L’échelle de Darwin de Greg Bear, Palimpseste de Charles Stross et La plage de verre de Iain Banks.

Au passage, sachez que vous pouvez retrouver les anciens numéros de l’œil via ce tag ou bien cette toute nouvelle page. Je vous rappelle aussi que les romans présentés ici ne sont pas automatiquement des chefs-d’oeuvre ou ceux recommandés par le site à n’importe quel amateur de SFFF (si c’est ce que vous cherchez, voyez plutôt le tag  (Roman) Culte d’Apophis). Lire la suite

L’œil d’Apophis – Numéro 5

Commentaires 20 Par défaut

Eye_of_ApophisCinquième numéro de la série d’articles l’œil d’Apophis (car rien n’échappe à…) ! Je vous en rappelle le principe : il s’agit d’une courte présentation (pas une critique complète) de romans qui, pour une raison ou une autre, sont passés « sous le radar » des amateurs de SFFF, qui sont sortis il y a longtemps et ont été oubliés, qui n’ont pas été régulièrement réédités, ont été sous-estimés, mal promus par leur éditeur, ont été noyés dans une grosse vague de nouveautés, font partie de sous-genres mal-aimés et pas du tout dans l’air du temps, et j’en passe. Chaque numéro vous présente normalement trois romans, sauf qu’aujourd’hui, ce sera cinq  😀 (ben oui, c’est l’inflation ma bonne dame). Enfin presque. Mais bon vous allez comprendre.

Au passage, sachez que vous pouvez retrouver les anciens numéros de l’œil via ce tag ou bien cette toute nouvelle page. Lire la suite

L’œil d’Apophis – Numéro 4

Commentaires 48 Par défaut

Eye_of_ApophisQuatrième numéro de la série d’articles l’œil d’Apophis (car rien n’échappe à…) ! Je vous en rappelle le principe : il s’agit d’une courte présentation (pas une critique complète) de romans qui, pour une raison ou une autre, sont passés « sous le radar » des amateurs de SFFF, qui ont été sous-estimés, mal promus par leur éditeur, ont été noyés dans une grosse vague de nouveautés, font partie de sous-genres mal-aimés et pas du tout dans l’air du temps, et j’en passe. Chaque numéro vous présente trois romans : il s’agit aujourd’hui de BIOS de Robert Charles Wilson, Les chroniques des crépusculaires de Mathieu Gaborit (eh oui, un peu de Fantasy dans cette série d’articles, pour une fois !), et Vision aveugle de Peter Watts. Certains d’entre vous seront peut-être étonnés de voir ce dernier titre dans cette liste, vu qu’il s’agit probablement d’un des plus grands-chefs d’oeuvre de la SF (au moins récente). Mais il se trouve que si les vieux loups de mer connaissent évidemment ce livre, ce n’est pas forcément le cas des gens qui lisent un peu de science-fiction par-ci, par-là, mais n’ont pas obligatoirement conscience des romans à lire ab-so-lu-ment.

Au passage, je rappelle que les anciens numéros de l’œil d’Apophis sont disponibles via ce tag. Lire la suite

L’œil d’Apophis – Numéro 3

Commentaires 15 Par défaut

Eye_of_ApophisTroisième numéro de la série d’articles l’œil d’Apophis (car rien n’échappe à…) ! Je vous en rappelle le principe : il s’agit d’une courte présentation (pas une critique complète) de romans qui, pour une raison ou une autre, sont passés « sous le radar » des amateurs de SFFF, qui ont été sous-estimés, mal promus par leur éditeur, ont été noyés dans une grosse vague de nouveautés, font partie de sous-genres mal-aimés et pas du tout dans l’air du temps, et j’en passe. Chaque article vous présente trois romans : après Les envoyés, Reconstitué et Voyageurs dans le numéro 1, puis La voie terrestre, L’IA et son double et Suprématie dans le numéro 2, je vous propose aujourd’hui de (re ?)découvrir La ruche d’Hellstrom par Frank Herbert, Voyage par Stephen Baxter et Point d’inversion par Catherine Asaro.

Il peut paraître étonnant de mettre des auteurs du calibre d’Herbert et Baxter dans une série d’articles consacrés à des auteurs ou livres méconnus (voire quasi-inconnus), négligés, sous-évalués, et ainsi de suite. C’est oublier un peu vite que tout le monde n’est pas un amateur éclairé suivant de près l’actualité, et que par exemple, Baxter n’a pas, auprès du grand public, l’aura de Clarke ou d’Asimov : il est connu des aficionados, pas de ceux qui lisent un peu de SF de temps en temps (et jusqu’à une date récente, on aurait pu faire le même genre de constat pour Ian McDonald ou les auteurs qui ont été publiés dans la collection Une heure-lumière). Quant à Frank Herbert, l’aura de Dune a complètement éclipsé le reste de son oeuvre, alors qu’il y a des choses très intéressantes dedans. Et comme nous le verrons dans le numéro 4 de L’œil d’Apophis, un roman peut faire partie des plus grands chefs-d’oeuvre du genre et pourtant être inconnu de la grande majorité des lecteurs de SF.

Attention, je ne vous dis pas forcément que les romans que je vous présente sont des chefs-d’oeuvre à acheter absolument, ils peuvent avoir des défauts parfois importants. En revanche, ils ont aussi de grandes qualités, qui en font des lectures très intéressantes pour certains lecteurs ou dans le cadre de certaines thématiques précises de la SFFF.

Vous pouvez retrouver tous les articles de la série en cliquant sur ce tag, également présent en fin d’article et en bas de la barre latérale du blog.  Lire la suite