Crusaders – T1 – La colonne de fer

40

Une BD… de Hard SF !

Si vous êtes un habitué de ce blog, vous savez que la Hard SF est un sous-genre qui y est particulièrement mis à l’honneur (c’est tout simplement le deuxième le plus représenté dans la catégorie Science-Fiction). Sauf qu’en temps normal, les articles qui en relèvent parlent de romans, pas de BD ! Rappelons, au passage, que « Hard » ne désigne en aucun cas une difficulté de lecture mais plutôt la solidité de l’aspect scientifique de l’univers concerné, sa cohérence avec les lois physiques telles qu’on les comprend au moment de sa création, et / ou le nombre de détails scientifiques / techniques qui sont donnés pour étayer le dit univers.

La colonne de fer est donc le premier tome du cycle Crusaders, qui, au moment où je rédige ces lignes, compte 3 BD. Il relève sans conteste possible de la Hard SF, puisque le scénariste fait (une vaste) œuvre de vulgarisation en matière de planétologie, d’astronomie et de cosmologie. Et il a un vrai talent pour cela, à tel point que je trouve que ce premier tome ferait une bien belle porte d’entrée pour initier quelqu’un au genre (surtout qu’une BD est bien plus digeste qu’un roman, même court, même accessible en terme de difficulté).

Comme nous allons le voir, j’ai été vraiment hautement convaincu par ce tome d’ouverture, et j’espère que les deux autres maintiennent le niveau, aussi bien sur le plan graphique que sur celui du sense of wonder ou de la vulgarisation. C’est, et de très loin, la meilleure BD chroniquée sur le Culte depuis que j’y rédige des critiques de romans graphiques en plus des romans tout court. Lire la suite

L’héritage des ancêtres – Przybylski / Nolane / Vladetic

34

Une remarquable adaptation… et bien plus encore !

heritage_ancetresLes aponautes le savent, je ne critique, d’habitude, que des romans ou des essais en rapport avec la SFFF sur ce blog, réservant le reste, BD comprises, à mon (très sous-alimenté) blog secondaire. Toutefois, celle dont je vais vous parler aujourd’hui étant l’adaptation d’un cycle de romans ayant été chroniqués sur ce blog (plus précisément du Château des millions d’années), il m’a paru pertinent de faire une exception. Je suis d’ailleurs curieux d’avoir votre avis sur la question dans les commentaires de cet article : selon vous, les BD relevant de la SFFF doivent-elles être critiquées sur le Culte ou celui-ci doit-il être réservé aux romans comme il l’a été durant ses cinq premières années d’existence ?

Cet album, donc, appelé Le château des millions d’années tome 1 – L’héritage des ancêtres (un tome 2, Depuis la nuit des temps, est d’ores et déjà annoncé sur la quatrième de couverture), est scénarisé par Stéphane Przybylski (l’auteur des romans dont il est tiré), bien sûr, ainsi que par Richard D. Nolane, spécialiste du domaine (on lui doit notamment -entre beaucoup d’autres séries- Wunderwaffen et Space Reich), et dessiné par Zeljko Vladetic, qui a également officié avec Nolane sur une partie de Wunderwaffen ainsi que sur La grande guerre des mondes. D’ailleurs, Przybylski explique, dans la préface, avoir été inspiré, pour son roman, surtout par des œuvres graphiques, principalement… Wunderwaffen, ce qui fait donc que la boucle est bouclée, comme il le dit (ce qui est très intéressant est qu’il liste ses autres influences principales, séries, films ou mangas, un renseignement précieux pour mieux comprendre son bouquin). Hugo Facio, lui, colorise (pour ne pas dire : magnifie) un dessin déjà très solide à la base. La couverture, elle, est signée par Yvan Villeneuve (pour celles et ceux qui ne le sauraient pas, le fait que la couverture d’une BD soit l’œuvre d’un dessinateur autre que celui qui a officié sur les planches est une pratique assez courante). Les éditions Soleil ont donc réuni autour du romancier une équipe, aussi bien scénaristique que graphique, déjà parfaitement rodée aux thématiques et esthétiques abordées dans son roman, et donc à même de parfaitement rendre son histoire sous forme visuelle. Au passage, ce roman a vraiment fait l’objet d’un grand nombre de formes ou adaptations différentes, puisque le Belial’ l’avait aussi diffusé sous forme d’épisodes. Lire la suite