Crusaders – T1 – La colonne de fer

Une BD… de Hard SF !

Si vous êtes un habitué de ce blog, vous savez que la Hard SF est un sous-genre qui y est particulièrement mis à l’honneur (c’est tout simplement le deuxième le plus représenté dans la catégorie Science-Fiction). Sauf qu’en temps normal, les articles qui en relèvent parlent de romans, pas de BD ! Rappelons, au passage, que « Hard » ne désigne en aucun cas une difficulté de lecture mais plutôt la solidité de l’aspect scientifique de l’univers concerné, sa cohérence avec les lois physiques telles qu’on les comprend au moment de sa création, et / ou le nombre de détails scientifiques / techniques qui sont donnés pour étayer le dit univers.

La colonne de fer est donc le premier tome du cycle Crusaders, qui, au moment où je rédige ces lignes, compte 3 BD. Il relève sans conteste possible de la Hard SF, puisque le scénariste fait (une vaste) œuvre de vulgarisation en matière de planétologie, d’astronomie et de cosmologie. Et il a un vrai talent pour cela, à tel point que je trouve que ce premier tome ferait une bien belle porte d’entrée pour initier quelqu’un au genre (surtout qu’une BD est bien plus digeste qu’un roman, même court, même accessible en terme de difficulté).

Comme nous allons le voir, j’ai été vraiment hautement convaincu par ce tome d’ouverture, et j’espère que les deux autres maintiennent le niveau, aussi bien sur le plan graphique que sur celui du sense of wonder ou de la vulgarisation. C’est, et de très loin, la meilleure BD chroniquée sur le Culte depuis que j’y rédige des critiques de romans graphiques en plus des romans tout court.

Univers / base de l’intrigue

Après un prologue (une prolepse) assez mystérieux, l’action se poursuit sur Titan (le satellite de Saturne), colonisé depuis dix générations par l’Humanité. En effet, on le sait, pour maintenir le niveau de vie des classes moyennes des pays développés, il faudrait déjà, de nos jours, les ressources de plusieurs Terre. On imagine donc que la tendance ne va faire que s’amplifier. Dans l’univers de Crusaders, confrontée au choix entre la restriction démographique et le fait d’aller chercher les ressources ailleurs dans le Système solaire, notre espèce a fait le second.

Un des astéroïdes convoyé en orbite de Titan (pour servir de source d’approvisionnement en minerai) capte un signal d’origine extraterrestre, qui, une fois décodé, fournit les plans de vaisseaux révolutionnaires, ainsi que les coordonnées d’une galaxie située à 32 milliards d’années-lumière. C’est l’héroïne, Natalia (c’est son père qui, via des flashbacks s’inscrivant dans son enfance, fait le gros de la vulgarisation scientifique), qui va être placée à la tête de l’expédition de cinq astronefs envoyée tirer tout cela au clair… mais sans en avertir les autres nations du Système, et surtout pas la Terre !

Mon avis

Je vais commencer par le peu qui m’a gêné, avant de dire tout le bien que je pense du reste. Premièrement, je dirais qu’à part Natalia, les autres personnages ne sont pas très charismatiques (façon polie de dire qu’ils sont quasiment transparents…). Mais bon, vu le côté fort attachant et dure à cuire de cette protagoniste, on va dire que c’est à moitié pardonné. Deuxièmement, certains titres / rangs ou noms d’organisations sont en anglais, ce qui me fait toujours grincer des dents dans une œuvre francophone.

Mais à part ça, quelle claque ! Déjà (parce que c’est, après tout, ce qui se voit en premier dans une BD), le dessin est spectaculaire et de toute beauté (et les quelques doubles-pages le sont encore plus !), que ce soit au niveau des éléments technologiques (vaisseaux, scaphandres, bâtiments, etc), des personnages ou des environnements. Ensuite, j’ai déjà évoqué le côté Hard SF PLUS vulgarisation, mais il est tout à fait remarquable. Tout comme le degré de sense of wonder introduit à l’arrivée dans la galaxie de destination (et rien que la distance à laquelle elle se trouve place carrément cette BD dans la catégorie des Stephen Baxter et autres écrivains les moins « timides », les plus adeptes des échelles spatio-temporelles vertigineuses, de la SF). On sent que les personnages foncent tête baissée dans un truc pas très catholique (rien que le fait que les fameux vaisseaux soient essentiellement des boites noires dont ils ne connaissent pas les principes de fonctionnement et qui déclenchent des choses sans préavis est assez suspect et terrifiant, je trouve), et on a hâte de comprendre de quoi il retourne. Enfin, pour une fois, je n’ai rien à redire sur la colorisation, un point sur lequel je suis très souvent déçu en BD (c’est très fréquemment trop timide, parfois trop flashy à mon goût).

Je suis très difficile en BD de SF (bien plus qu’en romans), parce que pour que l’une d’elles me convienne, il faut une conjonction de style / qualité graphique, d’originalité du scénario (je n’ai guère envie de voir une simple réécriture des classiques des romans de science-fiction…) et de solidité de l’écriture que je ne trouve pas souvent. Eh bien là, par contre, je valide !

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez avoir un deuxième avis sur cette BD, je vous recommande la lecture des critiques suivantes : celle du blog Constellations, celle des Portes du multivers, celle d’Alias, de Gromovar,

Envie de soutenir le blog ?

Cette BD vous intéresse, vous êtes client d’Amazon et souhaitez soutenir le blog ? Passez par les liens affiliés suivants pour votre achat, cela ne vous coûte strictement rien de plus !

Acheter en version papierélectronique

Si vous lisez sur Kindle, vous pouvez également soutenir le blog en vous inscrivant pour un essai gratuit de l’abonnement Kindle, via ce lien, et si vous audiolisez, vous pouvez aider le Culte en essayant gratuitement Audible via ce lien.

***

Retour à la page d’accueil

40 réflexions sur “Crusaders – T1 – La colonne de fer

  1. Ping : Crusaders 1 : La colonne de fer — Christophe Bec & Leno Carvalho – Constellations

  2. Hard SF et BD tu sais me parler ! Bizarrement je suis passé complètement à côté de sa sortie alors que j’ai près de 600 BD…
    C’est moi ou tu as oublier de citer les auteurs : scénariste, dessinateur et couleur ?

    Aimé par 1 personne

  3. Je ne suis pas acheteur de BD car je trouve que le temps passé lecture/prix est moins intéressant qu’un livre mais là c’est tout à fait personnel. Par contre, j’en emprunte beaucoup en biblio 😉 A voir s’ils l’ont donc.
    Par contre, je vois que la sortie du tome 1 est de septembre 2019. La suite n’est pas parue ? Il est vrai que le Covid n’aide pas.
    La dernière claque en BD SF que je me suis pris c’est Universal War one , cela commence à dater …
    Les graphismes ont l’air sympa même si j’aime plus fouillé (mais tout le monde ne s’appelle pas Druillet 🙂 , reste l’histoire pour moi plus qu’important.
    Merci pour ce post et les chroniques des collègues , très instructives aussi !

    J’aime

    • Si, deux autres tomes sont parus. Et j’aime beaucoup le seul tome d’UW1 que j’ai lu (il faudrait que je lise la suite, d’ailleurs). Pas impossible que je le chronique, d’ailleurs, même si comme tu dis, ce n’est pas une BD récente.

      J’aime

      • Je te conseille la suite pour UW1;) Pour UW2, comme d’hab, j’attends la fin. C’est l’une des BD que j’ai lues en biblio et dont j’ai vraiment hésité à acheter pour UW1.
        Ok pour crusaders et les tomes suivants, cool, cela, on va surveiller donc au niveau biblio 🙂

        J’aime

  4. Oh oui lance toi stp. Je serai curieux de lire tes critiques de UW1 que j’adore ! Le premier cycle comprend 6 tomes. Le second UW2 est en cours et comprend pour l’instant 3 volumes.

    J’aime

  5. Est-ce que dans « ce programme (où il y a déjà énormément de choses) » on trouve la Ligue des gentlemen extraordinaires (pas l’étron cinématographique) et Xoco ? Si c’est le cas j’en frétille d’avance !

    J’aime

  6. Je te confirme que les deux volumes suivants sont bien dans le tempo !
    Tu peux également jeter un œil sur le très beau et très intéressant « Renaissance » (4 volumes parus) où une fédération galactique lance une opération de sauvetage sur une terre mourante et une humanité décimée… Mais bon, même dans la m…. jusqu’au cou, les terriens, ça reste des gens pas faciles !
    Quant à la Ligue des Gentlemans Extraordinaire, le 4 ème et dernier cycle est sorti cette année et que dire à part qu’Alan Moore est vraiment un auteur unique dans ce media.
    Je suis curieux par avance de lire ta critique quand tu auras mis le doigt dedans ! ;)))

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ces conseils ! Je suis très moyennement fan du graphisme et des couleurs de Renaissance, mais d’après ce que j’en sais, sur le plan des (bonnes) idées, c’est du lourd. Moralité : il est possible que je critique le tome 1 (et on verra après), mais ce ne sera pas en 2022, vu que le programme BD de l’année prochaine est déjà bouclé.

      J’aime

  7. Ping : Bonne année 2022 et Bilan 2021 – Constellations

  8. Je te rejoins tout à fait sur la difficulté de trouver une bonne BD de SF qui rejoint tous les critères que tu évoques. Du coup, même si la hardSF et moi ça ne fait pas souvent bon ménage, je serai bien curieuse de découvrir ce titre.

    Aimé par 1 personne

  9. Juste pour info, le scénariste de « Crusaders » (Christophe Bec) réalisera prochainement l’adaptation de « Terre errante » de Liu Cixin, aux éditions Delcourt (fin mars 2022) : intitulée « La Terre vagabonde », cette BD sera le première d’une collection dédiée aux nouvelles de Cixin, et donc appelée « Les futurs de Liu Cixin »…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s