Le mystère du tramway hanté – P. Djèli Clark

7

Le Caire des merveilles

Le 10 juin 2021, sortira chez l’Atalante Le mystère du tramway hanté de P. Djéli Clark, une novella se déroulant dans le même univers que la nouvelle L’étrange affaire du Djinn du Caire, présente dans le recueil Les tambours du dieu noir, récemment paru.

Je n’ai aucun doute sur le fait que celles et ceux d’entre vous qui ont découvert et apprécié, à cette occasion, le très sympathique Caire uchronique du début du XXe siècle imaginé par l’auteur vont se ruer sur ce court roman, et pour les autres, je reproduis ici la conclusion de ma critique de la VO, lue il y a deux ans (l’article complet est lisible sur cette page) : dans cette uchronie de Fantasy (ou police procedural du surnaturel, c’est comme vous voulez, mais où on troque l’imper et le feutre contre des vêtements plus adaptés à la terre des pharaons), l’ouverture d’un passage entre notre monde et celui des Djinns dans les années 1880 a tout changé, faisant de l’Égypte une puissance mondiale de premier plan et du Caire une capitale industrielle rivalisant en importance et en extravagance architecturale avec Londres ou Paris. Nous suivons, en 1912, l’enquête de deux agents du Ministère de l’alchimie, des enchantements et des entités surnaturelles, confrontés à ce qui devrait être une affaire simple, la possession de l’IA d’une rame de Tram, mais qui va se révéler bien plus hasardeuse, le tout sur fond d’imminence d’un vote crucial sur le droit de vote à accorder (ou pas) aux femmes égyptiennes. Eh bien voilà un texte à l’univers fascinant, dépaysant par rapport à ce que propose l’imaginaire d’habitude (bien que point par point, il y ait des parallèles à faire avec d’autres œuvres), aux protagonistes sympathiques, à l’intrigue rondement menée, et où le fond sociétal et progressiste n’est pas sacrifié au profit d’une forme pourtant excellente. Bref, je recommande chaudement, surtout si comme moi, vous êtes féru de SFFF arabisante.

***

Retour à la page d’accueil

Mort et vie du sergent Trazom – Olivier Boile

13

Plein de qualités, mais…

Cette critique a été réalisée dans le cadre d’un service de presse fourni par les éditions Nestiveqnen et par l’auteur, que je remercie. 

trazomLes plus ancien(ne)s des aponautes s’en souviennent, je vous ai déjà parlé à plusieurs reprises d’Olivier Boile (pour sa nouvelle Le rêve du pont Milvius et son roman Nadejda, sans compter que je possède son recueil Et tu la nommeras Kiev que je dois encore lire), écrivain français de grande qualité et à mon avis très injustement méconnu. Il se trouve que le 19 février 2021, Boile a sorti un nouvel ouvrage, Mort et vie du sergent Trazom, que l’on pourrait qualifier de recueil même si à mon avis, on ferait fausse route. En effet, il réunit le roman éponyme et une courte nouvelle, Il menait le chœur des cieux, qui ne se situe pas dans le même univers, ne relève pas du même genre littéraire, n’a en commun avec le roman que le personnage de Mozart et, pour tout dire, se révèle assez anecdotique, sans être en aucune façon mauvaise. C’est juste un bonus (à mon avis dispensable) à ce qui fait le vrai intérêt du bouquin, à savoir le roman.

Jusqu’ici, j’ai toujours été enchanté par la prose d’Olivier, et c’est donc en toute confiance que je me suis lancé dans cette lecture. Je dois cependant dire que j’en ressors avec un sentiment plus mitigé que dans les cas précédents. Mort et vie du sergent Trazom a de grandes qualités, mais il a aussi quelques défauts qui font que non seulement à titre personnel, il m’a moins séduit que Nadejda, mais que, plus préoccupant, il a des travers plus généraux propres, à mon humble avis, à le réserver à un lectorat de niche. Cela n’enlève toutefois rien, comme nous allons le voir, à l’immense valeur du style de l’auteur, ainsi qu’à son extraordinaire érudition : sur ce dernier plan, ce livre est, très clairement, un véritable monument ! Lire la suite

Les tambours du dieu noir – P. Djèli Clark

27

P. Djèli Clark débarque ENFIN en France !

tambours_dieu_noirLe 15 avril 2021, sortira chez l’Atalante un ouvrage de 144 pages signé P. Djèli Clark, un auteur dont la camarade Lutin et moi vous parlons depuis un peu plus de deux ans, tant ses univers uchroniques nous ont enchantés. Si, officiellement, ce livre porte, sur sa couverture, le titre Les tambours du dieu noir, il s’agit en fait d’un recueil comprenant le court roman éponyme, ainsi que la nouvelle L’étrange affaire du Djinn du Caire, qui est également un texte uchronique mais situé dans un univers différent. La précision est d’importance, car on peut facilement passer à côté de l’information, surtout si on ne lit pas la quatrième de couverture ou si on ne se renseigne pas avant. Et elle est d’autant plus importante quand on sait que si la novella est de qualité, le contexte de ce que j’aime à appeler « Le Caire des merveilles » (par analogie au Paris des merveilles de Pierre Pevel) développé dans la nouvelle L’étrange affaire du Djinn du Caire (ainsi que dans d’autres nouvelles / novellae, dont une, Le mystère du tramway hanté, sera aussi publiée par l’éditeur nantais en juin – nous en reparlerons en temps et en heure-, et dans un roman pleine taille qui sortira en VO en mai, A master of Djinn) est encore plus intéressant.

J’ai, pour ma part, lu ce court roman et cette nouvelle en VO en 2019, et celles et ceux d’entre vous qui souhaitent en savoir plus à leur sujet peuvent se référer à mes critiques (Les tambours du dieu noir, L’étrange affaire du djinn du Caire). Pour résumer, je vous dirais que si vous êtes amatrice ou amateur d’uchronies (premier point) de qualité (second point) au parfum d’exotisme (troisième point), à l’esthétique Steampunk (quatrième point), où le surnaturel est présent (cinquième point) et faisant la part belle aux personnages de couleur / féminins / de culture africaine (y compris égyptienne), voilà une sortie que vous ne devez laisser passer sous aucun prétexte (ce sera également le cas pour les amoureux de La Nouvelle-Orléans et ceux des uchronies américaines post-Guerre de sécession pour le cas spécifique du court roman Les tambours du dieu noir). Et ce sera encore bien plus le cas quand Le mystère du tramway hanté sortira ! Les univers de P. Djèli Clark ont un charme fou, et l’essayer, c’est non seulement l’adopter, mais plus encore, être véritablement envoûté ! Lire la suite

The angel of Khan El-Khalili – P. Djèli Clark

6

Poignant

clockwork_CairoIl y a un an et demi, je vous ai parlé d’une novella et d’une nouvelle (respectivement The haunting of Tram Car 015 et A dead Djinn in Cairo) signées P. Djèli Clark (dont je vous avais aussi présenté un texte qui n’avait rien à voir avec ces deux là, The black god’s drums), qui se déroulaient dans un Caire uchronique des années 1910, dans lequel les humains coexistaient avec des créatures de légende (et avec la magie, l’alchimie) qui avaient pénétré dans notre monde lorsqu’un demi-siècle plus tôt, un mystique / savant fou soudanais avait utilisé d’étranges machines pour percer un passage vers de surnaturelles dimensions. Par analogie avec un contexte similaire d’Uchronie de Fantasy créé par notre Pierre Pevel national, j’avais même surnommé cet univers « Le Caire des merveilles ». Eh bien figurez-vous que ce dernier fait un retour dans l’actualité plus tonitruant qu’un millier de vuvuzelas, puisque d’une part, nous apprenons que le roman pleine taille (par opposition à une novella) qui était annoncé depuis quelques temps a désormais un titre (A master of Djinn), un résumé (où on s’aperçoit qu’il mettra en scène Fatma el-Sha’arawi, la protagoniste de A dead Djinn in Cairo) et une date de sortie (le 11 mai 2021). Et mieux encore, l’Atalante confirme l’achat des droits des trois textes cités plus haut (plus des négociations portant sur deux autres, non précisés), avec une sortie en VF prévue à partir du 2e trimestre 2021 (si tout va bien).

Il se trouve qu’il y a une troisième nouvelle, The angel of Khan El-Khalili, qui se déroule dans cet univers et que je n’avais pas eu l’occasion de lire jusqu’ici. L’annonce de la sortie prochaine du roman m’a donné envie de combler cette lacune, et de vous en parler aujourd’hui. Cette nouvelle est au sommaire d’une anthologie, Clockwork Cairo, mélangeant justement Égypte et engrenages / dirigeables / vapeur / magie, bref « Steampunk / Clockpunk » ou, comme ici, Uchronie de Fantasy (PS : elle est aussi lisible gratuitement -en anglais- sur cette page du site de Tor depuis le 28 avril 2021). Si sa couverture ne paie pas de mine, en revanche la présentation intérieure est bien plus soignée, vu que chaque nouvelle est précédée d’une illustration en noir et blanc pleine page de fort bonne facture. Il n’est d’ailleurs pas exclu que je vous reparle de certains de ces autres textes à l’avenir. Lire la suite

Le septième fils – Orson Scott Card

22

Seventh son of a seventh son, seventh son of a seventh soooon oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh

alvin_card_1En cette fin d’hiver 2020, l’Atalante a décidé d’entamer la réédition d’une des plus célèbres œuvres d’Orson Scott Card (avec le cycle d’Ender), à savoir les Chroniques d’Alvin le Faiseur, dont Le septième fils est le premier des sept (évidemment…) tomes prévus (six sont parus, le dernier se faisant attendre depuis… 2003). Et d’après ce que j’ai vu passer sur les sites marchands, le rythme de cette réédition va être très vigoureux : le tome 2 est annoncé pour le 16 avril 2020 et le 3 pour le 28 mai. On peut d’ailleurs se demander si il ne faudrait pas plutôt parler de réimpression avec « simple » changement de couverture que d’autre chose (illustration, au passage, à la fois esthétique, parfaitement dans l’esprit de l’époque représentée dans le livre et montrant une de ses scènes les plus importantes), puisqu’il n’y a ni changement dans la traduction, ni ajout de paratexte (à l’exception d’un petit mot de Card saluant la qualité de la traduction), etc. Paru en 1987 en anglais et en 1991 en VF, ce roman est titulaire du prix Locus 1988.

Ce cycle est le plus souvent incorrectement classé en Fantasy, alors qu’il s’agit en réalité d’une Uchronie de Fantasy, nuance (j’y reviendrai plus loin), et même d’un des représentants les plus emblématiques de ce sous-genre. Vu que j’ai eu pas mal de demandes pour plus de critiques de classiques sur ce blog, je profite de sa réédition pour vous en proposer une chronique.

Notez que pratiquement toute l’illustration musicale de cet article (et son sous-titre !) est issue de l’album Seventh son of a seventh son d’Iron Maiden (un opus largement sous-estimé, à mon avis), dont les paroles ont été inspirées par ce livre. Lire la suite

The black god’s drums – P. Djèli Clark

9

Un worldbuilding au top, encore une fois

black_god_s_drumsSi vous suivez ce blog depuis un moment, vous savez sans doute que lorsque je découvre un auteur et que j’apprécie vraiment ce que je lis, j’ai tendance à aller farfouiller dans sa bibliographie, histoire de prolonger cette bonne expérience. Après avoir adoré The haunting of Tram Car 015 et A dead djinn in Cairo de P. Djèli Clark, j’ai eu envie de lire l’œuvre la plus connue de cet écrivain, à savoir sa novella The black god’s drums. Tout comme les deux textes ayant pour cadre une Égypte alternative, ce roman court relève de l’uchronie de Fantasy, c’est-à-dire qu’il se déroule certes sur Terre et pas dans un monde imaginaire, mais que d’une part le cours de l’Histoire a été modifié, et que d’autre part des éléments fantastiques (magie, créatures surnaturelles, etc) y sont présents. On ajoutera, pour être complet, que chez P. Djèli Clark, il y a également une esthétique Steampunk, ce qui n’est pas le cas dans toutes les uchronies de Fantasy, évidemment.

Si, sur le papier, cette novella relève de codes similaires à ceux employés dans la nouvelle et le roman court égyptiens, l’ambiance et le monde créés se révèlent pourtant sensiblement différents. De plus, globalement, j’ai moins apprécié ce texte que les deux autres, sans le trouver mauvais pour autant. Toutefois, si vous souhaitez vous projeter dans un univers qui sort vraiment des sentiers battus, et particulièrement si vous appréciez tout ce qui tourne autour de la Nouvelle Orléans et des Caraïbes, vous trouverez difficilement plus exotique, comme nous sommes sur le point de le voir. Lire la suite

A dead Djinn in Cairo – P. Djèli Clark

21

Le culte d’Hathor ! 

a_dead_djinn_in_cairoA dead Djinn in Cairo est, dans l’ordre de parution, la première nouvelle qui s’inscrit dans l’univers uchronique mêlant magie et technologie imaginé par P. Djèli Clark, univers qui a été repris dans le roman court dont je vous parlais hier, The haunting of Tram Car 015. Et c’est justement parce que j’ai beaucoup apprécié ce texte que j’ai eu envie de prolonger ma balade dans ce Caire d’un 1912 fantasmé. Signalons d’ailleurs que A dead Djinn in Cairo est disponible gratuitement (an anglais) sur cette page du site de Tor, pour ceux qui souhaiteraient faire comme moi.

Si je ne pensais évidemment pas être déçu, je dois dire que quelque part, j’ai encore plus apprécié cette nouvelle que le roman court sorti avant-hier, car elle comprend deux éléments qui ont eu un puissant effet « waouh ! » sur moi : des anges très particuliers et un aspect Lovecraftien qui fonctionne toujours aussi bien, même plus de trente ans après ma découverte des écrits blasphématoires du Maître. La combinaison des deux textes dépeint un univers au potentiel inouï, sans doute au niveau (mais dans un style différent) de celui dépeint dans le cycle The Craft sequence de Max Gladstone. Et au passage, l’inclusion (pour ne pas dire l’incursion) d’éléments Lovecraftiens renforce la ressemblance avec l’oeuvre de Stross, du moins sur certains plans (d’existence, mouahaha !). Bref, je ne saurais trop vous conseiller de jeter plus qu’un coup d’œil (d’autant plus que c’est gratuit et dans un anglais très accessible) à cette nouvelle, dépaysement garanti ! Lire la suite

The haunting of Tram Car 015 – P. Djeli Clark

26

Le Caire des merveilles

tram_car_015P. Djèli Clark est un auteur américain né à New York mais ayant passé sa jeunesse dans le pays d’origine de ses parents, Trinité-et-Tobago, avant de revenir s’installer aux U$A. Exerçant dans la forme courte, il a publié sa prose dans divers magazines et anthologies, et surtout via Tor, que ce soit sous forme de novella (The black god’s drums) ou de nouvelle (A dead djinn in Cairo, dont je vous reparlerai dès demain). La novella dont je vous parle aujourd’hui s’inscrit d’ailleurs dans le même univers que ce dernier texte, uchronique tout comme l’était celui de The black god’s drums (mais la nature de la divergence est différente). En effet, le contexte de A dead djinn in Cairo s’est révélé si populaire que l’auteur a reçu une forte demande pour y revenir, dont acte. Il faut dire qu’il a un charme fou : le Caire d’un 1912 parallèle, où magie et technologie cohabitent tout comme le font Djinns et humains.

Au final, je ressors enchanté par la balade (il faut dire qu’il était temps, je viens d’enchaîner la pire série d’abandons -ou de « mises en pause » indéfinies- de l’histoire du Culte d’Apophis…), à un point tel que comme dit plus haut, je poursuis directement mon exploration de cet univers avec l’autre nouvelle. On pourrait d’ailleurs penser que j’aurais dû faire l’inverse, mais je voulais voir si Tram Car 015 était lisible sans rien savoir de son texte parent (ce qui est le cas). Pour finir, remarquons que les deux textes sont liés d’une sympathique façon : à la fin de celui-ci, l’héroïne de la nouvelle initiale rend visite au protagoniste de Tram Car, et lui raconte les détails (classifiés) de l’intrigue dont elle fut au centre. On peut donc se dire que paradoxalement, lire A dead djinn in Cairo après cette novella postérieure n’est donc pas si dépourvu de sens que cela ! Lire la suite

Brother’s ruin – Emma Newman

12

Et là, c’est le drame…

brothers_ruinEmma Newman est une autrice anglaise, écrivant aussi bien de l’Urban Fantasy (parfois mélangée avec du post-apocalyptique) que de la SF (le récent -et acclamé- Planetfall, le premier tome d’une trilogie -le second sortira en VO dans un an-). C’est aussi une narratrice professionnelle de livres audio et la co-créatrice et animatrice du podcast Tea & Jeopardy (nominé pour le Hugo), avec Peter Newman, l’auteur de The Vagrant (qui, si j’en juge par la postface, serait son mari).

Brother’s Ruin relève de la Gaslamp Fantasy (voir plus loin). Cette novella est présentée comme le premier texte d’un potentiel cycle (tout dépendra des ventes, selon son propre aveu), Industrial Magic, qui, comme son nom l’indique, se déroule dans une variation uchronique de l’Angleterre Victorienne dans laquelle la Révolution industrielle a été impulsée par la magie et non la technologie. Lire la suite

Descendance – Graham Masterton

13

Un anti-Twilight sympathique mais un peu plat par moments et surtout prévisible

descendance_mastertonGraham Masterton est un auteur écossais de Fantastique et surtout d’Horreur, genre dont il est considéré comme un des plus grands maîtres, à l’égal d’un Stephen King ou d’un Dean Koontz (il écrit aussi des romans historiques, policiers et des thrillers). Il a comme particularité de souvent introduire une généreuse dose de sexe dans ses livres. Sans doute le fait qu’il ait été, dans sa jeunesse (il a, au moment où je rédige ces lignes, 70 ans), rédacteur en chef de magazines érotiques (dont la version anglaise du légendaire Penthouse), et qu’il ait rédigé une trentaine de manuels d’instruction sexuelle (vendus à… trois millions d’exemplaires !) n’est-il pas étranger à cette habitude.

Mr Masterton est un auteur très prolifique, aussi bien en terme de romans que de nouvelles. En plus des histoires issues de sa propre imagination, il est également connu pour ses réinterprétations de grands classiques du Fantastique et / ou de l’Horreur, comme Le portrait du mal, qui est une variante de celui de Dorian Gray, ou Apparition, qui reprend le Brown Jenkin de la formidable nouvelle La maison de la sorcière de Lovecraft.

Le livre que je vous présente aujourd’hui est une variante de l’uchronie de fantasy (voir plus loin) et / ou de la Fantasy Historique, où, lors de la Seconde Guerre Mondiale, les vampires roumains  (les strigoï) servent « d’arme biologique » aux Nazis afin de décimer la Résistance européenne. James Falcon junior, un anthropologue spécialiste de ces créatures et capitaine dans le Contre-espionnage US, va les traquer, mais le sort de leur chef, Duca, va rester incertain (peut-être tué dans une explosion, peut-être pas). En 1957, James est de nouveau sur la trace des vampires, à Londres cette fois, la ville étant sous le choc d’une vague de meurtres commis par ces créatures. Inutile donc de dire que l’aspect Horreur est bel et bien présent… Lire la suite