Deux Faucons de l’autre Terre – Philip José Farmer

2

Classique, parfois bancal, mais efficace

Deux faucons de l’autre Terre (oui, le titre est bizarre, mais pas de panique, vous allez comprendre) est un roman signé Philip José Farmer (1918-2009), plus connu pour ses cycles comme Le fleuve de l’éternité ou La saga des Hommes-dieux, ou son livre Les amants étrangers. L’ouvrage, paru dans la collection poche (Hélios) de chez Mnémos le 11 juin 2021, est en fait une traduction révisée (par Olivier « Le Janissaire » Bérenval) de Two Hawks from Earth (1979), texte qui est lui-même une édition révisée et étendue de The gate of time, publié en 1966. Ce dernier texte ayant déjà été traduit en français en 1983 par Fleuve noir sous le titre La porte du temps (ce qui fait donc de l’édition Mnémos la première version complète du roman disponible en français). C’est bon, vous suivez ?

Notez que l’autrice Heidi Ruby Miller a reçu, en 2017, l’autorisation des héritiers de Farmer d’écrire une suite officielle des aventures de Two Hawks, une novella appelée Man of war. Mais je n’en dis pas plus ici, car je vous reparlerai de ce court roman dès après-demain  😉

Si je ne placerais pas Deux faucons de l’autre Terre au panthéon des littératures de l’imaginaire (je vais vous expliquer pourquoi dans la suite de cet article), j’ai en revanche trouvé que c’était un roman agréable et surtout efficace, avec une dernière trentaine de pages assez bluffante. C’est un honnête bouquin, d’aventures essentiellement (même si le fond n’est absolument pas absent), « à l’ancienne », qui donne envie de lire la suite (ça tombe bien, comme nous l’avons vu, elle existe), qui ne laisse pas un souvenir désagréable une fois achevé, et ma foi, c’est bien tout ce qu’on demande à un achat en SFFF, non ? Mais justement, en parlant d’achat, 11.90 euros pour un livre de poche de 350 pages (il est épais et a l’air d’en faire plus, mais c’est parce que le papier me semble inhabituellement épais), je trouve ça un poil rude, sans pour autant être outrageusement exagéré. Mais bon, ça doit être parce que je suis habitué aux prix ridicules des VO en version électronique, dirons-nous. Lire la suite

Le mystère du tramway hanté – P. Djèli Clark

7

Le Caire des merveilles

Le 10 juin 2021, sortira chez l’Atalante Le mystère du tramway hanté de P. Djéli Clark, une novella se déroulant dans le même univers que la nouvelle L’étrange affaire du Djinn du Caire, présente dans le recueil Les tambours du dieu noir, récemment paru.

Je n’ai aucun doute sur le fait que celles et ceux d’entre vous qui ont découvert et apprécié, à cette occasion, le très sympathique Caire uchronique du début du XXe siècle imaginé par l’auteur vont se ruer sur ce court roman, et pour les autres, je reproduis ici la conclusion de ma critique de la VO, lue il y a deux ans (l’article complet est lisible sur cette page) : dans cette uchronie de Fantasy (ou police procedural du surnaturel, c’est comme vous voulez, mais où on troque l’imper et le feutre contre des vêtements plus adaptés à la terre des pharaons), l’ouverture d’un passage entre notre monde et celui des Djinns dans les années 1880 a tout changé, faisant de l’Égypte une puissance mondiale de premier plan et du Caire une capitale industrielle rivalisant en importance et en extravagance architecturale avec Londres ou Paris. Nous suivons, en 1912, l’enquête de deux agents du Ministère de l’alchimie, des enchantements et des entités surnaturelles, confrontés à ce qui devrait être une affaire simple, la possession de l’IA d’une rame de Tram, mais qui va se révéler bien plus hasardeuse, le tout sur fond d’imminence d’un vote crucial sur le droit de vote à accorder (ou pas) aux femmes égyptiennes. Eh bien voilà un texte à l’univers fascinant, dépaysant par rapport à ce que propose l’imaginaire d’habitude (bien que point par point, il y ait des parallèles à faire avec d’autres œuvres), aux protagonistes sympathiques, à l’intrigue rondement menée, et où le fond sociétal et progressiste n’est pas sacrifié au profit d’une forme pourtant excellente. Bref, je recommande chaudement, surtout si comme moi, vous êtes féru de SFFF arabisante.

***

Retour à la page d’accueil

Mort et vie du sergent Trazom – Olivier Boile

13

Plein de qualités, mais…

Cette critique a été réalisée dans le cadre d’un service de presse fourni par les éditions Nestiveqnen et par l’auteur, que je remercie. 

trazomLes plus ancien(ne)s des aponautes s’en souviennent, je vous ai déjà parlé à plusieurs reprises d’Olivier Boile (pour sa nouvelle Le rêve du pont Milvius et son roman Nadejda, sans compter que je possède son recueil Et tu la nommeras Kiev que je dois encore lire), écrivain français de grande qualité et à mon avis très injustement méconnu. Il se trouve que le 19 février 2021, Boile a sorti un nouvel ouvrage, Mort et vie du sergent Trazom, que l’on pourrait qualifier de recueil même si à mon avis, on ferait fausse route. En effet, il réunit le roman éponyme et une courte nouvelle, Il menait le chœur des cieux, qui ne se situe pas dans le même univers, ne relève pas du même genre littéraire, n’a en commun avec le roman que le personnage de Mozart et, pour tout dire, se révèle assez anecdotique, sans être en aucune façon mauvaise. C’est juste un bonus (à mon avis dispensable) à ce qui fait le vrai intérêt du bouquin, à savoir le roman.

Jusqu’ici, j’ai toujours été enchanté par la prose d’Olivier, et c’est donc en toute confiance que je me suis lancé dans cette lecture. Je dois cependant dire que j’en ressors avec un sentiment plus mitigé que dans les cas précédents. Mort et vie du sergent Trazom a de grandes qualités, mais il a aussi quelques défauts qui font que non seulement à titre personnel, il m’a moins séduit que Nadejda, mais que, plus préoccupant, il a des travers plus généraux propres, à mon humble avis, à le réserver à un lectorat de niche. Cela n’enlève toutefois rien, comme nous allons le voir, à l’immense valeur du style de l’auteur, ainsi qu’à son extraordinaire érudition : sur ce dernier plan, ce livre est, très clairement, un véritable monument ! Lire la suite

Les tambours du dieu noir – P. Djèli Clark

27

P. Djèli Clark débarque ENFIN en France !

tambours_dieu_noirLe 15 avril 2021, sortira chez l’Atalante un ouvrage de 144 pages signé P. Djèli Clark, un auteur dont la camarade Lutin et moi vous parlons depuis un peu plus de deux ans, tant ses univers uchroniques nous ont enchantés. Si, officiellement, ce livre porte, sur sa couverture, le titre Les tambours du dieu noir, il s’agit en fait d’un recueil comprenant le court roman éponyme, ainsi que la nouvelle L’étrange affaire du Djinn du Caire, qui est également un texte uchronique mais situé dans un univers différent. La précision est d’importance, car on peut facilement passer à côté de l’information, surtout si on ne lit pas la quatrième de couverture ou si on ne se renseigne pas avant. Et elle est d’autant plus importante quand on sait que si la novella est de qualité, le contexte de ce que j’aime à appeler « Le Caire des merveilles » (par analogie au Paris des merveilles de Pierre Pevel) développé dans la nouvelle L’étrange affaire du Djinn du Caire (ainsi que dans d’autres nouvelles / novellae, dont une, Le mystère du tramway hanté, sera aussi publiée par l’éditeur nantais en juin – nous en reparlerons en temps et en heure-, et dans un roman pleine taille qui sortira en VO en mai, A master of Djinn) est encore plus intéressant.

J’ai, pour ma part, lu ce court roman et cette nouvelle en VO en 2019, et celles et ceux d’entre vous qui souhaitent en savoir plus à leur sujet peuvent se référer à mes critiques (Les tambours du dieu noir, L’étrange affaire du djinn du Caire). Pour résumer, je vous dirais que si vous êtes amatrice ou amateur d’uchronies (premier point) de qualité (second point) au parfum d’exotisme (troisième point), à l’esthétique Steampunk (quatrième point), où le surnaturel est présent (cinquième point) et faisant la part belle aux personnages de couleur / féminins / de culture africaine (y compris égyptienne), voilà une sortie que vous ne devez laisser passer sous aucun prétexte (ce sera également le cas pour les amoureux de La Nouvelle-Orléans et ceux des uchronies américaines post-Guerre de sécession pour le cas spécifique du court roman Les tambours du dieu noir). Et ce sera encore bien plus le cas quand Le mystère du tramway hanté sortira ! Les univers de P. Djèli Clark ont un charme fou, et l’essayer, c’est non seulement l’adopter, mais plus encore, être véritablement envoûté ! Lire la suite

Anthologie Apophienne – épisode 11

7

Eye_of_ApophisL’anthologie Apophienne est une série d’articles sur le même format que L’œil d’Apophis (présentation de trois textes dans chaque numéro), mais ayant pour but de parler de tout ce qui relève de la forme courte et que je vous conseille de lire / qui m’a marqué / qui a une importance dans l’Histoire de la SFFF, plutôt que de vous faire découvrir des romans (forme longue) injustement oubliés. Si l’on suit la nomenclature anglo-saxonne, je traiterai aussi bien de nouvelles que de novellas (romans courts) ou de novelettes (nouvelles longues), qui sont entre les deux en terme de nombre de signes. Histoire de ne pas pénaliser ceux d’entre vous qui ne lisent pas en anglais, il n’y aura pas plus d’un texte en VO (non traduit) par numéro, sauf épisode thématique spécial. Et comme vous ne suivez pas tous le blog depuis la même durée, je ne m’interdis absolument pas de remettre d’anciennes critiques en avant, comme je le fais déjà dans L’œil d’Apophis.

Dans ce onzième épisode, parce qu’on ne change pas une équipe qui gagne, nous allons reparler d’auteurs déjà abordés dans cette série d’articles, à savoir Robert Silverberg, H.P. Lovecraft et Alastair Reynolds. Sachez que vous pouvez, par ailleurs, retrouver les anciens épisodes de cette série d’articles sur cette page ou via ce tag. Lire la suite

Apophis Box – Janvier 2021

15

apophis_box_1L’Apophis Box est une série d’articles… n’ayant pas de concept. Enfin presque. Bâtie sur le modèle des « box » cadeau, vous y trouverez à chaque fois trois contenus / sujets en rapport avec la SFFF, qui peuvent être identiques ou différents entre eux, et qui peuvent être identiques ou différents de ceux abordés dans la box du mois précédent. Pas de règle, pas de contraintes, mais l’envie de créer du plaisir, voire un peu d’excitation, à l’idée de découvrir le contenu de la nouvelle Box. Celle-ci est dévoilée le 15 du mois (environ, hein, c’est pas une science exacte 😀 ). Le but étant aussi de me permettre de publier des contenus trop brefs pour faire l’objet d’un des types d’articles habituellement proposés sur ce blog ou dérogeant à sa ligne éditoriale standard, et bien sûr de pouvoir réagir à une actualité, à un débat, sans être contraint par un concept rigide.

Vous pouvez retrouver les Apophis Box précédentes via ce tag. Lire la suite

Eifelheim – Michael J. Flynn

33

Sidérant anonymat

EifelheimCeci n’est pas une critique du roman Eifelheim de Michael J. Flynn. Enfin, pas seulement. Considérez que c’est aussi un épisode de plus de L’œil d’Apophis, cette série d’articles où je tente de remettre en lumière des romans qui sont passés inaperçus ou bien n’ont pas eu la réception commerciale ou critique qu’à mon avis (les goûts et les couleurs mis à part) ils méritaient. Eh bien avec ce livre, on est en plein dedans. Cela faisait des années que je voulais le lire, essentiellement parce qu’il constitue une curiosité taxonomique (sur laquelle s’étend d’ailleurs Gérard Klein dans sa préface -qui, comme tous les textes de ce genre émanant de l’illustre directeur de collection, doit se lire en fait en tant que postface pour éviter de se voir divulgâcher l’ensemble de l’intrigue), mais je n’avais pas pris la mesure du bijou que constituait ce roman dans son ensemble.

Maintenant que c’est fait, je suis absolument sidéré qu’il n’ait pas eu plus d’écho en France lors de sa sortie (et on peut même se demander comment le Hugo a pu lui échapper, même si, avec entre autres Rainbow’s end de Vernor Vinge -le lauréat- et Vision aveugle -bientôt réédité par le Belial’- de Peter Watts, cette année là, c’était vraiment très concurrentiel et que le verdict ne pouvait donc faire que des déçus), et je croise les doigts très fort pour que, maintenant que Klein a fait de la nécromancie sur son Ailleurs & Demain en catalepsie dans son sarcophage (N’est pas mort ce qui à jamais dort, etc), il ait la bonne idée de rééditer ce bijou (et puis deux-trois autres trucs, hein, du genre L’aube de la nuit, notamment), si possible avec une couverture pas conçue sous LSD et pas aussi émétique que la dernière fois, merci (la preuve). Même si, comme nous allons le voir, oui, c’est une pépite, mais non, elle ne sera sans doute pas destinée à tous les profils de lectrices et de lecteurs. Quand on voit, en 2020, des adultes qui lisent à 99% du YA (ce qui est toutefois leur droit, ce n’est pas la question) et qui trouvent les romans de SFFF les plus basiques « difficiles », on imagine sans mal l’effet (laisser tomber le livre concerné par terre) qu’un bouquin vraiment exigeant peut produire sur eux !

Un dernier mot : il est impossible d’analyser de façon décente Eifelheim sans dévoiler une partie de son intrigue, et ce d’autant plus que c’est la connaissance desdits éléments qui peut vous inciter à lire ce roman… ou pas. Soyez donc averti que si vous ne voulez rien savoir de plus sur lui que « c’est un livre inhabituel, génial mais exigeant et peut-être pas fait pour moi », vous devez stopper votre lecture de cet article ici-même. Lire la suite

The Tindalos asset – Caitlin R. Kiernan

6

Le cycle revient sur les bons rails

Tindalos_assetAlors que les non-anglophones parmi vous viennent juste de découvrir Les agents de Dreamland de Caitlin R. Kiernan, sorti dans la collection Une heure-lumière du Belial’, son autrice publie la troisième novella du cycle (Tinfoil dossier) auquel ce texte appartient (après le très décevant et extrêmement cryptique Black Helicopters), un roman-pas-si-court (près de 170 pages tout de même) appelé The Tindalos asset. Celles et ceux d’entre vous qui sont les plus versés dans les arcanes lovecraftiennes auront bien entendu instantanément reconnu la référence aux Chiens de Tindalos créés par Frank Belknap Long. Pourtant (et l’illustration de couverture devrait vous donner un indice en ce sens), c’est en fait un autre pan de la mythologie du génie de Providence qui est ici mis en avant. Pour tout dire, alors que Les agents de Dreamland montraient une apocalypse possible due à une des races du Mythe, The Tindalos asset en montre une autre, à vrai dire bien plus convenue, qui pourrait advenir (si on ne l’empêche pas) si les activités occultes (dans tous les sens du terme) d’une autre race (bien plus mise en avant dans les Lovecrafteries) ne sont pas stoppées.

Si The Tindalos asset est un texte bien plus digeste que Black Helicopters, agréable et intéressant (sauf dans quelques chapitres mettant en scène l’antagoniste, qui sont presque aussi cryptiques que Black Helicopters) et remet donc le cycle sur les bons rails, il a cependant un défaut (au moins pour certaines catégories de lecteurs, même si je ne me compte pas vraiment dans leurs rangs) : la répétitivité. De structure (identique à celle des Agents de Dreamland -j’y reviendrai-) et scénaristique (il s’agit une fois de plus d’empêcher une future apocalypse possible). Toutefois, j’ai pris plaisir à lire cette novella, et en matière de néo-Lovecrafteries, l’œuvre de Kiernan reste très clairement le haut du haut du panier. Lire la suite

The angel of Khan El-Khalili – P. Djèli Clark

6

Poignant

clockwork_CairoIl y a un an et demi, je vous ai parlé d’une novella et d’une nouvelle (respectivement The haunting of Tram Car 015 et A dead Djinn in Cairo) signées P. Djèli Clark (dont je vous avais aussi présenté un texte qui n’avait rien à voir avec ces deux là, The black god’s drums), qui se déroulaient dans un Caire uchronique des années 1910, dans lequel les humains coexistaient avec des créatures de légende (et avec la magie, l’alchimie) qui avaient pénétré dans notre monde lorsqu’un demi-siècle plus tôt, un mystique / savant fou soudanais avait utilisé d’étranges machines pour percer un passage vers de surnaturelles dimensions. Par analogie avec un contexte similaire d’Uchronie de Fantasy créé par notre Pierre Pevel national, j’avais même surnommé cet univers « Le Caire des merveilles ». Eh bien figurez-vous que ce dernier fait un retour dans l’actualité plus tonitruant qu’un millier de vuvuzelas, puisque d’une part, nous apprenons que le roman pleine taille (par opposition à une novella) qui était annoncé depuis quelques temps a désormais un titre (A master of Djinn), un résumé (où on s’aperçoit qu’il mettra en scène Fatma el-Sha’arawi, la protagoniste de A dead Djinn in Cairo) et une date de sortie (le 11 mai 2021). Et mieux encore, l’Atalante confirme l’achat des droits des trois textes cités plus haut (plus des négociations portant sur deux autres, non précisés), avec une sortie en VF prévue à partir du 2e trimestre 2021 (si tout va bien).

Il se trouve qu’il y a une troisième nouvelle, The angel of Khan El-Khalili, qui se déroule dans cet univers et que je n’avais pas eu l’occasion de lire jusqu’ici. L’annonce de la sortie prochaine du roman m’a donné envie de combler cette lacune, et de vous en parler aujourd’hui. Cette nouvelle est au sommaire d’une anthologie, Clockwork Cairo, mélangeant justement Égypte et engrenages / dirigeables / vapeur / magie, bref « Steampunk / Clockpunk » ou, comme ici, Uchronie de Fantasy (PS : elle est aussi lisible gratuitement -en anglais- sur cette page du site de Tor depuis le 28 avril 2021). Si sa couverture ne paie pas de mine, en revanche la présentation intérieure est bien plus soignée, vu que chaque nouvelle est précédée d’une illustration en noir et blanc pleine page de fort bonne facture. Il n’est d’ailleurs pas exclu que je vous reparle de certains de ces autres textes à l’avenir. Lire la suite

Vers les étoiles / Lady Astronaute – Mary Robinette Kowal

14

Conquête spatiale, conquête des droits

vers_les_étoiles_kowalDans trois semaines, le 7 octobre 2020, sortira Vers les étoiles de Mary Robinette Kowal, premier roman du cycle Lady Astronaute (ce que ne précise pas la quatrième de couverture, apparemment, et ce même si ce livre peut tout à fait se lire de façon isolée : on rappellera d’ailleurs que ses deux suites, The fated sky et le récent The relentless moon, ne sont pas, de mon point de vue, à la hauteur de cette très bonne ouverture de cycle). Anecdote aussi cocasse que sidérante, un autre roman, émanant d’un auteur différent (Brandon Sanderson) et sortant chez un éditeur concurrent, sera publié le même jour et sous le même titre, Vers les étoiles !

Rappelons également que le premier octobre, sortira un recueil de cinq nouvelles, Lady Astronaute, situé dans le même univers (et mentionnant cette fois l’existence du cycle) et comprenant le texte éponyme, couronné par le prix Hugo. Et d’ailleurs, Vers les étoiles a réalisé un sans-faute, puisqu’il a obtenu, excusez du peu, le prix Hugo, le Locus, le Nebula et le prix Sidewise dont nous discutions récemment sur ce blog.

Ce n’est pas le premier roman à nous arriver en provenance du monde anglo-saxon bardé de prix et auréolé d’une réputation flatteuse, et certaines fois, les désillusions sont cruelles, tant les attentes du public français et celui des USA ou d’Angleterre sont parfois différentes. Rien de tel ici : même s’il a quelques défauts, Vers les étoiles reste (contrairement, à des degrés divers, à ses deux premières suites) un livre de grande qualité et parfaitement recommandable. Lire la suite