Vers Mars – Mary Robinette Kowal

Décevant

Le 6 octobre 2021, paraîtra chez Denoël, dans la collection Lunes d’encre, la très attendue suite de Vers les étoiles de Mary Robinette Kowal, un roman appelé Vers Mars. Notez que depuis la parution de ce second volet du diptyque, l’autrice a signé un contrat pour (au moins) trois romans supplémentaires, dont un, The relentless moon (dont les événements se déroulent en parallèle de ceux décrits dans Vers Mars), est déjà paru en anglais au moment où je rédige ces lignes (les deux autres seront consacrés à la base martienne et -et j’attends celui-là de pied ferme- à une colonie vénusienne).

J’ai, pour ma part, lu la VO de Vers Mars (The fated sky) à sa sortie anglo-saxonne, il y a trois ans, et j’en suis sorti déçu, en raison d’un changement radical d’atmosphère, de maladresses au niveau des personnages, de la structure, de la narration et de l’intrigue (le fameux coup de l’incident à l’intérieur de l’incident à l’intérieur de l’incident !), et peut-être surtout à cause du fait que dès qu’on évoque Mars, certaines références incontournables (Robinson, Weir, etc) viennent logiquement à l’esprit, et que la comparaison n’est pas vraiment flatteuse pour Kowal. Mais ce qui fait, à mon humble avis, le plus de mal à Vers Mars est tout simplement la comparaison avec Vers les étoiles, qui est bien meilleur (ce qui est étrange vu que les deux volets ne formaient à l’origine qu’un seul roman, coupé en deux par l’éditeur anglo-saxon).

J’invite celles et ceux d’entre vous qui voudront en savoir plus sur Vers Mars à lire ma critique détaillée de la VO, sachant que, de mon point de vue, son propre successeur, The relentless moon, est à peine plus enthousiasmant. Reste à voir ce que vont donner les deux tomes suivants. J’étais très enthousiaste pour le 5, consacré à ce rare sujet qu’est un traitement hard SF de la colonisation de Vénus, mais depuis, est sorti The house of Styx de Derek Künsken, qui, dans le domaine, me paraît aussi difficile à dépasser, désormais, que la trilogie martienne de Kim Stanley Robinson l’est en ce qui concerne la planète rouge. On verra…

***

Retour à la page d’accueil

5 réflexions sur “Vers Mars – Mary Robinette Kowal

    • Après, c’est relativement partagé. Parmi ceux qui l’ont lu en VO (tu trouveras les liens vers leurs critiques dans ma chronique de The fated sky), la majorité a été plus ou moins déçue (Feyd et moi nous situant nettement du côté « plus » plutôt que « moins »), mais certains ont aimé sans réserves.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s