The fated sky – Mary Robinette Kowal

23

Un tome 2 franchement décevant

the_fated_sky_kowalThe fated sky est la suite de The calculating stars, et le troisième texte du cycle Lady Astronaut dans l’ordre de publication (le second dans la chronologie interne de cet univers). Notez d’ailleurs qu’une scène avec Dorothy fait le lien avec la nouvelle The lady astronaut of Mars. Si le premier roman était globalement intéressant, même si un peu trop marqué par le récit de la vie personnelle de son héroïne (au détriment d’un aspect social, uchronique et Hard SF), sa suite s’avère franchement décevante, tant elle règle finalement peu des défauts du volet initial du diptyque mais les concentre en revanche souvent.

Un point en particulier (même s’il n’est pas le seul) explique en partie ma désaffection pour cette suite par rapport au tome 1, que j’ai comparativement beaucoup plus apprécié : une sensible différence d’atmosphère. Certes, The calculating stars montrait des événements tragiques, injustes, des difficultés, bref un monde, une société et des personnages qui en bavaient, mais globalement, ces derniers faisaient face à ces épreuves dans un esprit positif. Alors que dans The fated sky, dès le début, le ton est plus sombre. Plus réaliste, dirons certains. Certes. Mais il n’empêche que le contraste est violent, sans doute trop.  Lire la suite

The calculating stars – Mary Robinette Kowal

4

Conquête spatiale, conquête des droits

calculating_starsThe calculating stars fait partie du cycle Lady astronaut, dont il est le second texte publié mais le premier dans la chronologie interne de cet univers. Il explique donc (ainsi que le roman suivant, à paraître dans quelques semaines, The fated sky) la façon dont on en est arrivé au monde de The lady astronaut of Mars. Mélange d’Atompunk (Steampunk des années 45-65 ; l’auteure, elle, parle, dans la postface, de « punchcard punk », étant donné que l’informatique plus primitive de son univers fonctionne aux cartes perforées), donc d’uchronie rétrofuturiste, et de Hard SF / SF post-apocalyptique, le roman propose aussi au lecteur une intrigue qui mêle différentes strates de lecture : évolution sociale (possibilités professionnelles offertes aux femmes ou aux personnes de couleur), course à l’espace uchronique avec une exploitation réaliste de la science et de la technique, mais aussi (et peut-être surtout) une immersion pleine de sensibilité et d’émotion dans la vie d’un couple, confronté, de la première à la dernière ligne, à des défis extraordinaires.

Une fois de plus, Mary Robinette Kowal livre un très bon texte, même si pas tout à fait dépourvu de certains défauts, au minimum pour des profils bien précis de lecteurs. Je vais donc essayer de vous décrire le plus précisément possible ce qui peut vous plaire… ou pas là-dedans.  Lire la suite

The lady astronaut of Mars – Mary Robinette Kowal

13

Touchant

lady_astronaut_kowalMary Robinette Kowal est une auteure américaine qui présente l’étonnante particularité d’être, en même temps, une marionnettiste professionnelle, ainsi qu’une narratrice pour les livres audio d’autres auteurs de SFFF, comme John Scalzi, Seanan McGuire, Cory doctorow ou encore Kage Baker. La novelette dont je vais vous parler aujourd’hui a gagné le prix Hugo (la plus prestigieuse récompense dans le domaine de l’imaginaire) en 2014 pour cette catégorie de textes. Je vous rappelle d’ailleurs la nomenclature anglo-saxonne, basée sur le nombre de mots : à moins de 7500, on parle de Nouvelle, de 7500 à 17500 de Novelette (ou de « nouvelle longue » chez nous), de 17500 à 40 000 de Novella (ou de « roman court » en France), et au-delà de Roman (Novel dans la langue de Shakespeare). Mais revenons à nos moutons : cette novelette, donc, s’inscrit dans le même univers que deux romans à paraître en 2018, The calculating stars (sorti en juillet) et The fated sky (prévu en août), et les trois textes font partie du cycle Lady Astronaut. Le plus étonnant dans l’histoire est que les deux romans constituent le prélude de la novelette !

Rendons à la gens Julia, ou plutôt aux Harkonnen, ce qui leur appartient, puisque c’est le camarade FeydRautha qui a attiré mon attention sur ce texte. Je suis toujours à la recherche d’exemples à vous donner pour illustrer mes articles taxonomiques, et cette novelette (ou plutôt les romans qui en constituent le prequel) me paraissant être un exemple d’Atompunk, j’ai décidé de vous en proposer une critique. Notez qu’elle est disponible gratuitement (mais en anglais) sur le site de TorLire la suite