Maître des Djinns – P. Djèli Clark

10

Clark se révèle (presque…) aussi à l’aise dans la forme longue que dans la courte

Le 17 février 2022, sortira chez l’Atalante Maître des Djinns, premier roman (par opposition aux novellae et nouvelles que l’auteur publiait jusque là) de P. Djèli Clark, situé dans le même univers uchronique que Le mystère du tramway hanté et L’étrange affaire du Djinn du Caire. Il est d’ailleurs dommage que l’éditeur Nantais n’ait pas également proposé une traduction de l’excellente nouvelle The angel of Khan El-Khalili. Signalons qu’il est fait mention des événements des deux textes traduits dans Maître des djinns, ce qui fait qu’on conseillera fortement de les lire (au minimum L’étrange affaire du djinn du Caire) d’abord puis le roman ensuite, car même si ce n’est pas strictement indispensable à la compréhension, on perdra tout de même beaucoup à ne pas le faire (notamment en matière de relations antérieures entre les personnages, au sujet des Anges, etc.).

Pour terminer sur le chapitre éditorial, signalons que l’Atalante a choisi, en plus d’une version électronique, de proposer deux déclinaisons de la version papier, une brochée à 26.50 euros, et une reliée (« collector ») à 28.50 ; si le tarif de cette dernière est plus ou moins (et je dis bien : plus ou moins) justifié vu la beauté de l’objet-livre et la reliure, le prix de la version brochée me parait, lui, clairement exagéré pour un roman de 500 pages. On conseillera donc aux gens qui ne lisent pas en VO de se tourner vers la version électronique française (proposée au tarif bien plus attractif de 9.99 €) ou d’attendre la future version poche. Histoire de comparer, en VO, les tarifs sont de 2.99 € en version électronique, de 11.34 en version brochée et de 21.05 en reliée…

J’ai, pour ma part, acheté la VO, A master of Djinn, à sa sortie le 11 mai 2021, et à force de faire passer devant des lectures jugées plus prioritaires dans le programme, je me retrouve à vous la chroniquer alors que la VF est imminente (je ne peux donc me prononcer sur la qualité de la traduction, de la correction ou de la relecture dans cette dernière, sachant qu’avec cet éditeur, on a parfois eu un travail perfectible ces dernières années). Ce qui est un peu un comble alors qu’avec Lutin, nous avons été les premiers à vous parler 1/ de P. Djèli Clark et 2/ de ce Caire uchronique dans la blogo française (à ma connaissance). J’ai mis un moment pour entrer dans le roman, et j’ai transitoirement eu un doute sur la capacité de l’auteur à retrouver dans la forme longue ce qui avait fait le charme de ses nouvelles et de sa novella. Doutes balayés une fois un certain stade du livre passé, et roman indubitablement marqué du sceau ophidien de l’appréciation apophienne dans sa globalité !  😉 Lire la suite

The century blade – Rob J. Hayes

7

Une bonne façon de découvrir le cycle Mortal Techniques

Étant, en ce moment, dans une sorte de cycle de lecture informel faisant la part belle aux lectures de Fantasy aux contextes exotiques, le moment me parait bien choisi pour vous reparler de Rob J. Hayes. Auteur britannique auto-édité et très expérimenté (une quinzaine de romans au compteur, tout de même), Hayes m’avait bluffé avec son roman Never Die, titulaire du SPFBO 2017, prix littéraire chapeauté par Mark Lawrence couronnant chaque année le meilleur des auto-édités anglo-saxons. Fantasy à monde secondaire d’inspiration asiatique et très héroïque, Never Die était un bouquin sympathique mais sans plus jusqu’à sa fin, tout bonnement extraordinaire, qui remettait tout le reste en perspective. Il se trouve que depuis ma chronique, l’auteur (très prolifique) a étendu cet univers à deux autres romans (Pawn’s Gambit et Spirits of vengeance) et une nouvelle, The century blade (à la couverture magnifique –la preuve en grand format), dont je vais vous parler aujourd’hui. Le tout forme un cycle informel, The mortal techniques, car si chacun de ces textes s’inscrit dans le même univers, chacun peut se lire de façon totalement indépendante de tous les autres.

Outre la (courte) nouvelle The century blade proprement dite, le « livre » électronique qui vous est vendu contient aussi le premier chapitre du roman Spirits of vengeance. Pour… 0.99 euros, vous avez donc l’occasion d’avoir un aperçu de l’univers (fascinant) et du style (fluide, agréable et puissamment évocateur) de l’auteur, ce qui vous permettra de voir si vous voulez investir dans les trois romans de The mortal techniques (c’est toujours plus rapide à lire et moins cher de prendre la température de l’eau avec une nouvelle à moins d’un euro qu’avec un roman de plusieurs centaines de pages, forcément plus onéreux). Et en plus, la nouvelle est très plaisante, même si elle a, comme nous le verrons, un défaut non négligeable. Lire la suite

Apophis Box – Janvier 2022

48

apophis_box_1L’Apophis Box est une série d’articles… n’ayant pas de concept. Enfin presque. Bâtie sur le modèle des « box » cadeau, vous y trouverez à chaque fois trois contenus / sujets en rapport avec la SFFF, qui peuvent être identiques ou différents entre eux, et qui peuvent être identiques ou différents de ceux abordés dans la box du mois précédent. Pas de règle, pas de contraintes, mais l’envie de créer du plaisir, voire un peu d’excitation, à l’idée de découvrir le contenu de la nouvelle Box. Celle-ci est dévoilée au mitan du mois. Le but étant aussi de me permettre de publier des contenus trop brefs pour faire l’objet d’un des types d’articles habituellement proposés sur ce blog ou dérogeant à sa ligne éditoriale standard, et bien sûr de pouvoir réagir à une actualité, à un débat, sans être contraint par un concept rigide.

Vous pouvez retrouver les Apophis Box précédentes via ce tag. Lire la suite

A fool’s hope – Mike Shackle

14

Un très bon tome intermédiaire

A fool’s hope est le deuxième tome de la trilogie The last war, par Mike Shackle, et la suite de l’excellent We are the dead. Un an après sa sortie, et alors que le troisième et dernier roman (Until the last) se profile déjà à l’horizon (il sortira en avril), il était plus que temps de le lire. Non pas que je n’avais pas envie de le faire, mais vu la noirceur de We are the dead, j’avoue ne pas avoir été spécialement pressé de le faire compte tenu du contexte actuel. Et évidemment, hein, cela s’est avéré être une très bonne lecture, que je regrette de ne pas avoir fait plus tôt.

La particularité de We are the dead est qu’on avait l’impression que quelqu’un avait expliqué à Mike Shackle le principe du Hopepunk (l’anti-Grimdark, pour résumer), qu’il était parti d’un immense éclat de rire maléfique, avant de décider d’aller complètement à rebours de la tendance actuelle en écrivant, au contraire, la Fantasy la plus sombre et désespérée possible. Si l’espoir est un peu plus présent dans A fool’s hope (mais bon, ce titre, hein, si c’est pas du troll, je ne sais pas ce que c’est  😀 ), l’ambiance est toujours ultra-sombre et désespérée, et le roman finit franchement mal pour un grand nombre de personnages (enfin pour les survivants, je veux dire, parce que la mortalité est impressionnante, même pour de la Dark Fantasy).

Un certain nombre d’entre vous doivent se dire, à la lecture de ces lignes, « Oh, ce n’est pas pour moi, donc ! ». Pas si vite, chers aponautes. N’oubliez pas que c’est au cœur des ténèbres les plus absolues que la plus infime flamme brillera d’autant plus. Et franchement, si vous ne vous attachez pas à certains des personnages justement à cause des tourments qu’ils subissent, vous n’avez pas de cœur. Sans compter que le troisième tiers, en gros, est prodigieux d’originalité (pour de la Fantasy), de rythme, de côté épique et de « Oh Apophis, ils ne vont jamais s’en sortir ! ». Alors certes, si ce tome 2 a amélioré certains des menus défauts de son prédécesseur, il y a sans doute un peu perdu en profondeur au passage, donnant plus dans l’épique que dans les thématiques de fond. Mais le plaisir de lecture reste égal, dans les deux cas. Et j’aurais même tendance à dire que ce tome 2 sera significativement plus attractif pour les gros bataillons du lectorat Fantasy que We are the dead. Ne serait-ce que par sa très grande dimension maternelle  😉 Lire la suite

Bilan 2021 – Memento Mori

110

Chaos_Inside_V2En ce premier janvier 2022, il est temps de tirer un bilan de l’année écoulée et de donner un aperçu de ce que celle à venir vous réserve sur le Culte. Mais d’abord, permettez-moi de vous souhaiter à toutes et à tous une bonne année, ainsi que mes meilleurs vœux !

Si vous me suivez depuis un moment, vous connaissez ma manière de procéder, et donc après un point statistique, je vais revenir sur ce qui était supposé arriver sur le blog en 2021 et sur ce qui s’est effectivement passé (ou pas), avant de conclure en vous donnant un aperçu de mes projets et de mes objectifs pour 2022. Lire la suite