Concours Apophis / Albin Michel Imaginaire

14

ApophisPour fêter la sortie récente du Guide des genres et sous-genres de l’imaginaire, publié par Albin Michel, je vous propose, en partenariat avec cette maison d’édition, un concours qui vous permettra d’éventuellement gagner un des cinq exemplaires mis en jeu de cet ouvrage, et… Pardon ? Comment ? Le Guide est un livre électronique gratuit ? Donc mon concours ne sert à rien ? Eh bien figurez-vous qu’une impression extrêmement limitée à été réalisée (destinée non pas au grand public, mais aux professionnels comme les libraires faisant la promotion du lancement de ce nouveau département éditorial ou bien les commerciaux de la maison Albin Michel), et que ce sont donc des exemplaires physiques qui vous sont proposés. Une version évidemment ultra-collector du fait de sa rareté ! Lire la suite

Dandelion – Elly Bangs

2

Bienvenue dans l’ascenseur émotionnel, vous montez ou vous descendez ?

clarkesworld_144_elly_bangsTout d’abord, rendons au neveu du Baron Harkonnen ce qui lui appartient, c’est l’ami FeydRautha qui m’a menacé d’un séjour de deux ans dans les amplificateurs de douleur, pardon, fait découvrir ce texte (signé Elly Bangs, autrice basée à Seattle) présent au sommaire du 144e numéro du magazine Clarkesworld. Fondé il y a quasiment douze ans jour pour jour au moment où je rédige ces lignes, ce mensuel propose des nouvelles de Fantasy et de SF, dont celles émanant d’écrivains désormais bien connus des adeptes du Culte, comme (par exemple) Elizabeth Bear, Kij Johnson, Caitlin R. Kiernan ou Peter Watts.

Vous pouvez lire gratuitement (en anglais) Dandelion, soit sous forme classique en ligne (clic), soit sous forme audio (clic). Lire la suite

American Elsewhere – Robert Jackson Bennett

60

Cyclopéen ! 

american_elsewhereAmerican Elsewhere est le troisième titre faisant partie du lancement d’Albin Michel Imaginaire, le 26 septembre. aux côtés des tomes 1 d’Anatèm et de Mage de bataille. Gilles Dumay le présente comme « un thriller Kingien / Lovecraftien, lisible par le grand public, peut-être un peu mainstream pour un lectorat hardcore » (la presse US évoquait également Neil Gaiman, au passage). De plus, le livre est plus ou moins rangé sous l’étiquette « Fantastique », à laquelle les gens rattachent de toute façon tout ce qui est lié à Lovecraft (ce qui est absurde : ce dernier a balayé tous les genres, du pur Fantastique au Weird, la SF et la Fantasy). Je ne suis que partiellement d’accord avec cette présentation : oui, c’est « lisible » (et de façon très fluide et agréable, qui plus est) par le grand public, mais clairement, ce dernier va rater des tonnes de clins d’œil à Lovecraft et risque, de plus, d’être un peu décontenancé par les éléments science-fictifs qui ont une importance capitale dans l’intrigue. Lisible, donc, par le lecteur lambda, qui ne sort pas de l’imaginaire mainstream d’habitude, mais disons que celui-là va perdre une partie de la… Pandimensionnalité de l’ensemble (il faudra lire ce roman pour saisir la blague :D) et ne va voir que les ombres sur la paroi de la caverne, pas cette dernière.

Car American Elsewhere relève, à mon sens, bel et bien du Weird / New Weird, ce genre hybride popularisé par Lovecraft puis, plus près de nous, par des gens comme Miéville, Ligotti ou VanderMeer. Ou de la SF un peu barrée et cachée sous des oripeaux Fantastiques à la Stephen King, à la rigueur. Quoi qu’il en soit, même un lecteur peu expérimenté dans les littératures de l’imaginaire (même « mainstream », comme King) devrait vraiment apprécier cette lecture, car ce thriller horrifique s’avère, malgré sa longueur qui peut faire peur (pas loin de 800 pages), extrêmement prenant, et il se lit à une vitesse folle. Et c’est clairement passionnant, on tourne les pages avec fièvre pour savoir le fin mot de l’histoire et le devenir de son héroïne ! Et pour ce qui est du « peut-être trop mainstream pour un lectorat hardcore », clairement pas non plus, car je pense pouvoir sans problème m’inclure dedans et je n’ai pas trouvé ça trop grand public. Je dirais même plus : même pour un amateur éclairé de Néo-Lovecrafteries, ça se place à mon avis clairement dans le haut du panier, et est donc, dans ce registre, à lire et non pas à écarter d’un revers de main car trop orienté vers les gros bataillons du lectorat.

Au passage, c’est le deuxième livre signé Bennett que je lis en quelques semaines, et les deux fois, ça a été une claque magistrale. Attention cependant, je placerais American Elsewhere deux bons crans au-dessus de Foundryside en terme de qualité, et l’atmosphère, voire même le style d’écriture, sont largement différents, même si à la base, l’idée est un peu la même : la Réalité est malléable.  Lire la suite

Le Guide des genres et sous-genres de l’imaginaire est désormais disponible !

35

Couverture_guideLe Guide des genres et sous-genres de l’imaginaire (également connu des Initiés du culte Apophien sous le nom d’Aponomicon) est désormais disponible, sous forme électronique et gratuitement, sur une demi-douzaine de plates-formes majeures, dont vous trouverez la liste sur une toute nouvelle page du blog. Vous pourrez retrouver en permanence ladite page soit via le menu qui se trouve tout au sommet de n’importe quelle page du blog, soit en cliquant sur l’image représentant la couverture du Guide dans la barre latérale (pratiquement en haut, juste en-dessous du compteur de pages vues), ou encore via la liste des pages du site qui se trouve juste en-dessous.

Pour fêter cette sortie, et remercier les fidèles de l’Apophisme pour leur fidélité, un concours sera prochainement organisé (dans les deux semaines, environ), donnant à cinq d’entre vous la possibilité de gagner un exemplaire physique de cet ouvrage. Oui, vous avez bien lu : une impression papier extrêmement limitée à été effectuée, et je vais vous donner une chance de gagner un de ces exemplaires ultra-collector, puisqu’il s’agit, à la base, uniquement d’un livre électronique ! Plus de détails à suivre bientôt  😉

***

Retour à la page d’accueil

Mage de bataille – tome 1 – Peter A. Flannery

59

Plaisir coupable

mage_de_bataille_AMIMage de bataille (divisé en deux tomes dans son édition française – cette critique ne concernant que le premier-) est un des trois romans faisant partie du lancement d’Albin Michel Imaginaire, le 26 septembre 2018 (il faut aussi remarquer que des titres annoncés jusqu’ici par l’éditeur, c’est le seul qui relève de la Fantasy. Mais j’y reviendrai). Gilles Dumay a un discours très clair à propos des titres qui seront publiés en 2018 : Les étoiles sont légion est un space opera féministe, Anatèm une SF de haut-vol destinée à des amateurs éclairés, American Elsewhere du Fantastique grand public et Mage de bataille, donc, une Fantasy d’initiation, destinée aux débutants dans le genre. Et le moins qu’on puisse dire est que la description faite par l’éditeur est, pour une fois (ses petits camarades devraient d’ailleurs s’en inspirer plutôt que de raconter souvent n’importe quoi en quatrième : nous en avons récemment eu un spectaculaire exemple, avec un bouquin qui fait partie d’un cycle et relève du Young Adult… alors que ce n’est indiqué nulle part dans sa présentation !), rigoureusement exacte : les schémas utilisés dans Mage de bataille sont tellement éculés qu’il a plus l’air d’avoir été écrit en 1985 que dans les années 2010, ce qui fait que, théoriquement, il devrait faire fuir tout lecteur ayant un minimum vital d’expérience en Fantasy, sauf à la rigueur le fanatique de High Fantasy.

Eh bien croyez-le ou non, mais la réalité est un peu plus complexe que cela : vu mon niveau d’expérience et mon aversion pour ce sous-genre et le roman initiatique, cette lecture aurait dû relever du calvaire, et pourtant j’y ai pris un étonnant plaisir. Oh je ne vais certainement pas vous dire qu’il s’agit du bouquin de Fantasy de l’année, ou de vous ruer dessus. Je vous dis en revanche que la personne qui a déclaré à son sujet que AMI faisait « les poubelles de Bragelonne » exagérait quelque peu. Et puis après tout, ce roman bénéficie de l’excellente note de 4.48 (sur plus de 3000 notations) sur Goodreads, donc tant de gens ne peuvent se planter complètement, pas vrai ?  Lire la suite

Hors-série 2018 – Une heure-lumière

25

Un premier hors-série proposant une nouvelle de Ken Liu absolument extraordinaire

HS1_UHLLa collection Une heure-Lumière (UHL), créée par le Belial’, s’est imposée, en à peine trois ans, comme un vrai succès commercial et critique (si j’en juge par le nombre de réimpressions de certains titres et par ce que je vois passer dans la blogosphère ou sur Babelio, par exemple), attirant vers les littératures de l’imaginaire (ou y faisant revenir) des lecteurs qui, jusqu’ici, n’en lisaient pas, ou en tout cas pas des textes du calibre de ceux proposés. Il était temps de tirer un certain bilan, et de récompenser la fidélité des plus acharnés des lecteurs, ceux qui se ruent sur toute nouvelle parution, ce que fait un hors-série de 96 pages. L’ouvrage est distribué gratuitement par les libraires participants, ainsi que sur le site de l’éditeur, pour tout achat de deux UHL, parmi les seize existant actuellement, effectué entre le 6 septembre et le 31 octobre (sauf à la FNAC, où l’opération se termine le 25 septembre). Histoire de vous aider à faire votre choix, si vous voulez pouvoir lire ce numéro collector, je vous propose en fin d’article des liens vers les critiques des UHL que j’ai eu l’occasion de chroniquer.

Le contenu de ces cent pages est divers mais invariablement intéressant. Ce qui fait l’intérêt de ce petit livre est, outre la splendide couverture signée Aurélien Police (ma préférée avec celle de Poumon Vert au sein de la collection), la nouvelle de Ken Liu proposée, qui sera une baffe monumentale pour tout amateur de SF qui se respecte.  Lire la suite

Anatèm – tome 1 – Neal Stephenson

55

Magistral, mais ardu (ou l’inverse)

anatem_T1Anatèm est la version française d’Anathem, roman de Neal Stephenson paru en 2008, et qui avait déjà fait l’objet d’une tentative avortée de traduction par Bragelonne. En effet, l’auteur emploie tout un écosystème de néologismes qui rendent toute tentative de les faire passer dans une autre langue prodigieusement ardue. On peut donc, avant toute chose, féliciter Jacques Collin, le traducteur de la version complète qui paraîtra en deux tomes (le 26 septembre et le 31 octobre) chez Albin Michel Imaginaire, pour l’incroyable travail effectué. On peut aussi remarquer que placer ce roman dans le lancement de ce nouveau département éditorial de la prestigieuse maison est un pari audacieux, tant, comme je vais vous l’expliquer, ce n’est certainement pas un livre tout-public, sans doute au contraire des autres titres initiaux (surtout Mage de bataille, qui fera l’objet de ma prochaine critique).

Ce livre a beau avoir reçu le prix Locus 2009, ainsi que bénéficier d’une réputation particulièrement flatteuse de véritable monument de la science-fiction, je dois dire que je l’ai abordé avec une certaine méfiance, tant mes expériences précédentes avec l’auteur se sont révélées contrastées, allant d’extrêmement positive avec L’âge de diamant jusqu’au très pénible avec Le samouraï virtuel. Au final (et en tenant compte du fait que je réserve mon jugement puisque je n’ai en fait lu qu’une moitié du texte), cette lecture s’est avérée prenante, intéressante, stimulante, mais aussi (et peut-être surtout) longtemps particulièrement exigeante. C’est clairement un livre à lire… mais pas par tout le monde ! Lire la suite

Bloody Rose – Nicholas Eames

14

Et de deux !

bloody_rose_eamesBloody Rose est le deuxième opus (je pense que ce terme, d’habitude employé pour des disques, n’est ici en rien usurpé) du cycle The Band, par Nicholas Eames. C’est la suite du formidable Kings of the Wyld, dont je vous disais il y a un peu plus d’un an le plus grand bien et que j’ai hâte de voir débarquer en français (il a été acheté par Bragelonne : source). Le tome 3, lui, est prévu pour 2019 (vivement !). Kings of the Wyld proposait un univers qui était, paradoxalement, à la fois extrêmement classique (notamment du fait de sa filiation assumée avec celui de Donjons & Dragons) et complètement novateur : le point central de sa construction était en effet que les compagnies d’aventuriers et de mercenaires étaient structurées comme des groupes de Rock et adulées comme eux. Ce qui faisait son énorme charme était aussi le cocktail unique, à la fois épique, humoristique et plein d’émotion, que Nicholas Eames avait su créer.

Dès lors, deux questions se posaient à propos de sa suite : l’auteur allait-il réussir à maintenir l’intérêt de son lecteur une fois l’effet de surprise du premier tome passé, et pourrait-il maintenir l’équilibre parfait entre les ingrédients précédemment cités dans un second roman ? Eh bien si l’on prend Bloody Rose dans sa globalité, la réponse est oui, même si son premier tiers peut faire un peu douter et si l’ambiance est bien plus sombre que dans le livre précédent (ce qui n’empêche pas les scènes humoristiques !). Au final, cependant, ce tome 2 s’est avéré être plus qu’à la hauteur de son prédécesseur et de mes attentes, et ne devrait pas décevoir celles des fans de SagaLire la suite

Parution du Guide des genres et sous-genres de l’imaginaire chez Albin Michel

96

Couverture_guideJe suis très heureux de vous dévoiler aujourd’hui la parution le 17 septembre 2018 chez Albin Michel Imaginaire d’un ouvrage appelé Guide des genres et sous-genres de l’imaginaire, dont je suis l’auteur (vous pouvez aussi retrouver l’annonce officielle de l’éditeur sur cette page de son blog). Publié sous forme de livre électronique, il sera disponible gratuitement via de multiples plates-formes, dont vous trouverez la liste ici.

Comme vous vous en doutez probablement, ce guide est basé sur ma série d’articles taxonomiques, mais ne se contente pas d’en être une simple fusion. D’abord, si certains articles sont restés en grande partie inchangés, d’autres ont été découpés en petits morceaux et insérés à des endroits plus pertinents, le but étant de vous donner une expérience de lecture plus logique, plus agréable, plus complète dans chaque partie abordée. Ensuite, s’il y a eu des coupes mineures, il y a aussi eu des ajouts, notamment pour clarifier certains points. Il y a également eu quelques réécritures, afin de préciser ma pensée ou de prendre en compte des évolutions postérieures à la rédaction de l’article. Et après tout cela, il y a eu un travail éditorial, réalisé par Gilles Dumay himself. C’est seulement ensuite que le texte a été soumis a un correcteur professionnel, illustré et mis en forme par l’équipe d’AMI ou grâce au concours de collaborateurs ou amis de la maison d’édition, dont le moindre n’est certainement pas Aurélien Police, qui a participé à la conception de la couverture. Cet ouvrage est aussi leur oeuvre, et je tiens à les remercier chaleureusement pour tout le travail (et excellent, qui plus est : vous verrez, le résultat final est très beau !) effectué. Et bien entendu, des remerciements tout particuliers sont à adresser à messieurs Dumay et Esménard, sans lesquels rien de tout cela n’aurait été possible ! Lire la suite

War cry – Brian McClellan

16

Machine-gun & Sorcery

war_cryBrian McClellan est un auteur américain qui a produit le meilleur cycle de la jeune histoire de la Flintlock Fantasy (voir mon article), les Poudremages. Il sort aujourd’hui un roman court qui n’y est pas lié et propose un tout nouvel univers. Comme vous pouvez vous en douter avec un écrivain qui semble avoir, comme votre serviteur, développé une profonde lassitude envers le médiéval-fantastique, ce nouveau contexte ne s’inspire pas tout à fait de l’Europe, et certainement pas du Moyen Âge. On aurait pu penser que McClellan allait, comme Adrian Tchaikovsky avant lui (dans Guns of the dawn), placer son histoire dans un cadre rappelant la Guerre de Sécession, mais il a en fait décidé de sauter une étape, et, grimpant dans les branches de l’arbre taxonomique, de passer de la Flintlock Fantasy à l’Arcanepunk, dont il devra désormais être considéré comme un des maîtres, à l’égal de Max Gladstone. Car War cry rappelle la Seconde Guerre mondiale… mais dans un monde secondaire (imaginaire) où la sorcellerie existe ! Bref, après la sword & sorcery, il faudra désormais aussi parler de machine-gun (ou de bomber) & sorcery !

Même si je lui ai trouvé quelques facilités sur la fin, il n’en reste pas moins qu’une fois de plus, McClellan nous offre un texte magistral, plein d’émotions variées, au rythme haletant et à l’univers totalement hors-norme dans un genre, la Fantasy, ultra-sclérosé.  Lire la suite