Riding the crocodile – Greg Egan

5

Iain M. Banks + Alastair Reynolds = Greg Egan ! 

oceanic_eganIl existe, dans l’œuvre de Greg Egan, une sorte de cycle informel, dit de l’Amalgame, qui est composé de trois nouvelles et de son roman (sorti en 2008) Incandescence (qui n’a, au moment où je rédige ces lignes, pas été traduit). Ces trois textes courts sont disponibles dans le recueil Oceanic, qui n’est pas identique à son quasi-homonyme en VF, Océanique, publié par le Belial’. La première de ces nouvelles, sortie en 2005, est Riding the crocodile, qui n’a pour l’instant pas été traduite non plus, et dont je vais vous parler aujourd’hui (les deux autres, ainsi que le roman, seront chroniqués dans les 4-5 semaines qui viennent, sauf catastrophe). Outre dans Oceanic, on peut aussi la lire gratuitement (en anglais) directement sur le site de l’auteur. La seconde nouvelle (sortie en 2007) est Glory, qui est disponible dans Oceanic en VO ou sous forme électronique en VF (éditée par Bragelonne) sous le titre Gloire. Enfin, la troisième nouvelle, Hot Rock, est postérieure à la sortie d’Incandescence, puisqu’elle a été publiée dans Oceanic en premier lieu en 2009.

Les quatre textes (nouvelles + roman) s’inscrivent dans un univers commun, qui ressemble un peu à une fusion entre celui de la Culture de Iain M. Banks et celui de House of suns d’Alastair Reynolds (même si ce dernier roman est sorti en 2008, et qu’on peut se demander si Reynolds ne s’est pas inspiré d’Egan). L’auteur précise, sur son site, que Riding the crocodile se déroule environ 300 000 ans avant les événements d’Incandescence. Lire la suite

Sidewise in time – Murray Leinster

11

L’oeuvre pionnière d’un génie méconnu de la SF

sidewise_in_timeMurray Leinster était le pseudonyme de William Fitzgerald Jenkins (1896-1975), écrivain américain de SF aujourd’hui quasiment inconnu du grand public (rien à voir avec Asimov, par exemple) mais pourtant très important dans l’histoire de la SF. En effet, outre son extraordinaire productivité (plus de 1500 nouvelles et articles, entre autres écrits), c’était aussi un incroyable visionnaire, crédité de l’invention, en science-fiction, des mondes parallèles (dans Sidewise in time, en… 1934 !), du traducteur universel (en 1945) et même d’un équivalent de l’internet, imaginé en… 1946 ! Leinster était donc extraordinairement en avance sur son temps, et d’autres écrivains, des séries télévisées et ainsi de suite lui doivent beaucoup.

En ce début septembre 2020, Orion publie, dans sa collection patrimoniale, sous le label Gateway (qui a, en SF, une démarche similaire à celle de Mnémos chez nous), un recueil des nouvelles les plus essentielles de Leinster. Je ne vais pas vous le présenter en totalité aujourd’hui (ça viendra sans doute plus tard, ou les textes les plus importants un par un, on verra), mais plutôt vous parler du texte éponyme, Sidewise in time, qui, au passage, a donné son nom au prix Sidewise qui, depuis 1995, récompense les meilleures uchronies (un prix forme courte, un forme longue) de l’année précédente. En effet, je suis en train de lire The doors of Eden d’Adrian Tchaikovsky (qui, par sa productivité, est -toutes proportions gardées- le Leinster de notre époque), qui parle également d’univers parallèles uchroniques, et j’ai voulu revenir aux origines de cette thématique. Et ce d’autant plus qu’aussi sidérant que cela puisse paraître, Sidewise in time, le texte fondateur du genre, n’a jamais été traduit ! (d’autres écrits de Leinster l’ont été, toutefois). Lire la suite

Le deuxième sang – Emilie Querbalec

7

Un aperçu gratuit du style de l’autrice

deuxième_sang_querbalecAlbin Michel Imaginaire nous offre aujourd’hui (sous forme électronique, téléchargeable directement sur votre site marchand habituel ou via le site de l’éditeur) une nouvelle gratuite, Le deuxième sang, signée Émilie Querbalec, l’autrice de Quitter les monts d’automne qui paraîtra le 2 septembre. Le but étant évidemment de vous proposer un aperçu du style de la dame, histoire de vous inciter, si vous étiez hésitant, voire pas tenté du tout, à lire son roman. Précisons que ce texte est une version retravaillée d’une nouvelle précédemment parue dans l’anthologie Rouge de Nice Fictions, sous le titre alternatif (et à mon avis bien meilleur) Le prix du sang. Mais précisons surtout que Le deuxième sang ne s’inscrit PAS dans le même univers que Quitter les monts d’automne, même si, que ce soit au niveau de la protagoniste, du ton et de l’ambiance asiatique, nous n’en sommes pas si loin que ça. À une grosse différence près : nous sommes ici sur de la Fantasy, pas de la SF. 

Si cette nouvelle s’avère assez intéressante, on précisera toutefois qu’au niveau du style, on est facilement un cran en-dessous du roman. Mais tout compte fait, si vous accrochez à ce texte, il y a toutes les chances pour que cela soit aussi le cas pour Quitter les monts d’automne. Si, par contre, l’héroïne, le ton ou l’écriture vous donnent de l’urticaire, vous avez plus intérêt à vous tenir éloigné du roman. Lire la suite

Noirs vaisseaux apparus au sud du paradis – Caitlin R. Kiernan

9

La… suite des Agents de Dreamland ! 

bifrost_99C’est aujourd’hui, 13 août 2020, que paraît le 99e numéro de Bifrost, magazine auquel j’ai l’insigne honneur de collaborer (bien qu’à titre exceptionnel, ma contribution à ce numéro précis soit… minuscule. Rassurez-vous, je me suis largement rattrapé sur le numéro 100 😉 ). Entre autres choses, ce numéro contient la traduction de la nouvelle Black ships seen south of Heaven de Caitlin R. Kiernan, dont la novella Les agents de Dreamland est à la fois un prélude et une des deux prochaines sorties dans la collection Une heure-lumière (UHL). J’en profite d’ailleurs pour vous rappeler que si ce dernier texte sort le 27 août, l’opération menée chaque année par l’éditeur (2 UHL achetés en version papier = 1 hors-série offert) ne commence, elle, que début septembre (pas de précipitation sur les précommandes si vous voulez votre exemplaire du Hors-série, donc). Je vous informe aussi qu’à titre exceptionnel, Les agents de Dreamland n’existera qu’en version papier, l’agent de l’autrice ayant refusé qu’une éventuelle version électronique soit dépourvue de DRM (ce qui est la politique habituelle de l’éditeur, à laquelle il n’a logiquement pas voulu déroger).

Nos sacrés mammesiens opérant selon d’indicibles géométries non-euclidiennes, Noirs vaisseaux apparus au sud du paradis paraîtra donc AVANT la novella qui est supposée lui servir… de prélude. Ce qui a cependant un avantage : donner un aperçu à ceux d’entre vous qui ne sont pas spécialement férus de Lovecrafteries de ce qui les attend dans l’UHL à venir, sachant que ce dernier est encore (légèrement) meilleur que la nouvelle. Si vous êtes convaincu d’avance, en revanche, il est plus pertinent de lire Les agents de Dreamland d’abord et ce texte ensuite, à mon avis, histoire de se ménager le maximum de surprises. Pour les plus indécis d’entre vous, je conseille la lecture de la critique que j’avais consacrée, début 2018, à la version anglaise de Noirs vaisseaux apparus au sud du paradis, traduite dans le magazine par Mélanie Fazi en personne, fine connaisseuse de l’oeuvre Lovecraftienne.

***

Retour à la page d’accueil

Seven cities of gold – David Moles

0

Le voyage compte plus que la destination ! 

seven_cities_of_goldDavid Moles est un auteur américain de SF et de Fantasy, spécialisé dans la forme courte. Je vous reparlerai d’un autre de ses textes (de science-fiction) d’ici quelques jours dans le sixième numéro de l’Anthologie Apophienne, mais la nouvelle qui va nous occuper aujourd’hui, Seven cities of gold, relève, elle, d’un autre registre des littératures de l’imaginaire, à savoir l’Uchronie. Précisons que Moles ne s’embarrasse guère ici de subtilité, puisque le point de divergence et les fondamentaux de cet univers sont déballés à la fois en quatrième de couverture et dans un prologue en début de nouvelle.

Autant j’avais été impressionné par A soldier of the city, autant Seven cities of gold n’est pas du même niveau, sans pour autant être un mauvais texte (à part une fin incontestablement ratée), juste trop surchargé en inspirations et thématiques pour son propre bien. Dans cette nouvelle encore plus que dans d’autres, ce n’est pas tant la destination qui compte que le voyage, la description de cet univers à l’atmosphère unique. On remarquera que son ambiance également très singulière était, d’ailleurs, un des points forts et remarquables du texte de SF cité plus haut. Lire la suite

A tall tail – Charles Stross

6

Jouissance chimique

a_tall_tailA tall tail est une nouvelle signée Charles Stross, publiée en 2012 et lisible soit directement en ligne (gratuitement mais en anglais) sur cette page du site de Tor.com, soit, pour une modique somme, sous la forme plus traditionnelle d’un texte électronique Kindle (toujours en anglais uniquement) sur cette page du site d’Amazon (lien affilié). Toujours en recherche de nouvelles intéressantes pour alimenter mon anthologie Apophienne (ou pour donner des idées de lecture à ceux qui participent au Projet Maki, ce qui n’est pas mon cas vu que mon programme de lecture s’accommode mal des lectures imposées -en taille, en temps, en genre, etc- associées aux challenges de toutes sortes), je suis tombé par hasard sur celle-ci, et j’ai été franchement intrigué par les commentaires la concernant. Et autant le dire, j’ai passé un court mais excellent moment avec ce texte ! Lire la suite

Hors-série Une heure-lumière 2019

23

Peut-être pas le meilleur texte d’UHL, mais sans conteste le plus beau et le plus poignant

HS_UHL_2019Comme en 2018, le Belial’ a de nouveau proposé, de début septembre à fin octobre 2019, un hors-série de la collection Une heure-lumière (UHL), offert pour l’achat d’exemplaires physiques de deux autres titres (le but étant de soutenir les libraires). Comme le premier numéro, il est (brillamment) illustré par Aurélien Police, et se divise en trois parties, à savoir un édito d’Olivier Girard (le boss du Belial’), une novelette inédite signée Ian McLeod, Isabel des feuilles mortes, et le catalogue de la collection (plus un aperçu de ce qui est à venir dedans -et dont vous pouvez avoir un compte-rendu partiel dans mon article-), qui, en 2019, cite votre serviteur, pour sa critique de Retour sur Titan de Stephen Baxter. Vous trouverez, à la fin de cet article, un récapitulatif de tous les UHL critiqués sur le Culte au moment où je rédige ces lignes, sachant que deux autres sont à venir dans les jours qui viennent (et seront ajoutés à la liste le moment venu). Peu de choses à dire sur le papier du Girard, qui souligne l’importance des « craqueurs », les Jean-Daniel Brèque, Pierre-Paul Durastanti et autres Erwann Perchoc, passionnés qui repèrent des textes prometteurs en anglais et s’en font les avocats, ou qui sont les défenseurs acharnés d’un auteur en France. Je vais donc me concentrer, dans la suite de cet article, sur la novelette. Lire la suite

Ellipses – Audrey Pleynet

29

Une autrice d’exception

EllipsesEn août 2018, je vous ai fait découvrir une autrice française prometteuse, Audrey Pleynet, lorsque j’ai chroniqué sa nouvelle Citoyen+. Il se trouve que ce texte est l’un des huit proposés dans un recueil, Ellipses, et que je vais vous parler aujourd’hui des sept autres qui le composent. Comme c’est mon habitude en pareil cas, je vais vous donner un résumé de chaque nouvelle avant d’indiquer mon analyse et mon ressenti à son sujet. Sur un plan bassement matériel, je commencerais par ailleurs par préciser que je trouve la couverture de ce dernier nettement plus esthétique que celle de Citoyen+.

Comme tout recueil (ou anthologie, d’ailleurs), celui-ci propose des textes de qualité inégale, mais aucun n’est mauvais, et certains sont au sommet de ce que la science-fiction est capable de proposer. Et je pèse mes mots : quand on en vient à faire des comparaisons avec des gens comme Ken Liu, Marion Zimmer Bradley ou Peter Watts, c’est qu’on tient vraiment une autrice d’exception, surtout en matière de SF française, genre où, en 2019, on a du mal à trouver de nouveaux écrivains de qualité (le Girard s’en plaint bien assez dans les éditos de Bifrost pour que la chose soit connue et reconnue de tous). Outre la qualité du texte moyen de ce recueil, on relèvera aussi avec intérêt qu’il balaye de nombreux sous-genres ou thèmes de la SF (et des lieux très divers, de mondes extrasolaires à notre bonne vieille capitale), du Planet Opera au Post-apocalyptique en passant par le Transhumanisme, tout en adoptant toujours une approche Soft-SF à dominante sociale / sociétale. En fin de compte, voilà une lecture qui, au minimum, est dans l’ensemble très recommandable, et dont certaines nouvelles (Dolores, par exemple) relèvent du must-read. Rien de moins ! Bref, ce recueil confirme sans peine ce que la seule nouvelle Citoyen+ suggérait : nous tenons là un vrai talent français en matière de SF, et il devient urgent pour l’édition Hexagonale de s’y intéresser de plus près ! Lire la suite

La perle – Serge Lehman

3

la perle_lehmanSerge Lehman est un écrivain de SF, critique et scénariste de BD français. Il est (entre autres) l’auteur d’une quinzaine de romans et de plusieurs recueils de textes courts, dont Le livre des ombres, paru en 2005 chez L’Atalante et contenant vingt-cinq nouvelles, dont celle dont je vais vous parler aujourd’hui, La perle.  J’ai, pour ma part, lu ce texte en août 1997 dans le numéro 327 du magazine Ciel & Espace, consacré à l’astronomie mais publiant à l’occasion une nouvelle de science-fiction (et / ou quelques critiques relevant de ce genre également). Il est plus sympathique que marquant un jalon incontournable dans l’histoire du texte court en SF (donc il n’était pas forcément pertinent de le faire figurer dans ma flambant neuve anthologie personnelle de nouvelles / novellas), mais il s’est révélé suffisamment marquant pour que je m’en souvienne plus de vingt ans après. Je vous reparlerai d’ailleurs, à l’occasion, d’un autre texte de l’auteur, Le collier de Thasus, qui figurait également dans C&E deux ans auparavant et qui est aussi au sommaire du Livre des ombres (ce qui fait déjà deux bonnes raisons de l’acheter !). Lire la suite

Anthologie Apophienne – épisode 1

29

Eye_of_ApophisDans les commentaires du quinzième numéro de L’œil d’Apophis, l’un de vous m’a demandé si j’avais pensé à faire des articles évoquant les nouvelles qui m’avaient le plus marqué. Pour tout dire, je n’y avais jamais réfléchi, mais j’ai trouvé l’idée tout à fait excellente. J’ai vaguement commencé à faire ça avec les Lovecrafteries, mais pas avec le reste des nouvelles. J’ai donc décidé de lancer une autre série d’articles, l’Anthologie Apophienne, sur le même format que L’œil d’Apophis (présentation de trois textes dans chaque numéro), mais ayant pour but de parler de tout ce qui relève de la forme courte et que je vous conseille de lire / qui m’a marqué, plutôt que de vous faire découvrir des romans (forme longue) injustement oubliés.

La périodicité sera aléatoire, en gros il y en aura un quand j’aurai le temps d’en faire un, mais il n’est pas du tout impossible, vu que ce n’est pas franchement long à faire par rapport à une critique ou un gros article de fond (comme un Guide de lecture), qu’elle soit assez régulière. Si l’on suit la nomenclature anglo-saxonne, je traiterai aussi bien de nouvelles que de novellas (romans courts) ou de novelettes (nouvelles longues), qui sont entre les deux en terme de nombre de signes. Histoire de ne pas pénaliser ceux d’entre vous qui ne lisent pas en anglais, il n’y aura pas plus d’un texte en VO (non traduit) par numéro, sauf épisode thématique spécial. Et comme vous ne suivez pas tous le blog depuis la même durée, je ne m’interdis absolument pas de remettre d’anciennes critiques en avant, comme je le fais déjà dans L’œil d’Apophis.

J’espère que ce nouveau format vous plaira et vous intéressera, les retours étant les bienvenus en commentaires. J’ai décidé de consacrer exclusivement cet épisode inaugural à Arthur C. Clarke, même si dans les épisodes suivants, trois auteurs différents seront plutôt la norme. Lire la suite