Painless – Rich Larson

Une grande réussite, une fois encore

painless_larsonAprès Meat and salt and sparksThe ghost ship Anastasia et Extraction request (lu mais non chroniqué), je poursuis mon exploration de l’oeuvre de Rich Larson avec une autre nouvelle, disponible gratuitement (en anglais) sur cette page du site de Tor.com, Painless. De fait, ce nouveau texte mélange l’aspect biotechnologique de la seconde nouvelle citée plus haut avec le cadre militaire de la troisième, mais en plaçant non pas l’action dans l’espace ou sur une lointaine planète mais sur Terre, dans un futur assez proche.

Si j’ai apprécié, à des degrés divers, les trois autres textes, celui-ci est, à mon sens, le plus réussi et surtout le plus marquant, et ce sur deux plans : l’ambiance, d’une part, et la révélation finale, d’autre part. Bref, si vous lisez la langue de Shakespeare, je vous conseille vivement de vous intéresser non seulement à cette nouvelle (disponible, je le répète, gratuitement) mais aussi, par extension, à l’ensemble de l’oeuvre de l’auteur, qui mérite vraiment d’être découverte.

Univers, intrigue, personnage

Afrique, futur proche. Mars est un soldat d’élite, modifié grâce à la biotechnologie via une procédure qu’il a été le seul à pouvoir supporter, du fait d’une mutation génétique qui le rend insensible à la douleur (au passage, ce n’est en rien irréaliste, vu que vous avez peut-être vu ces jours derniers un reportage parlant précisément d’une femme anglaise ayant une telle capacité et qui évidemment, intéresse beaucoup les médecins et chercheurs). On fera d’ailleurs les parallèles qui s’imposent avec Wolverine (dont la mutation lui conférant un pouvoir auto-guérisseur le rend aussi seul capable de supporter l’injection d’Adamantium dans son squelette). Cette modification fait de lui un militaire aux impressionnantes capacités, utilisé pour des assassinats ciblés censés ramener la stabilité sur le continent africain (même si, du fait qu’on lui ment ou qu’on l’endoctrine depuis son enfance, on peut avoir des doutes sur le but réel de ces éliminations). Lorsque l’intrigue commence, il a déserté et cherche à retrouver plusieurs hommes qui sont venus chercher quelque chose de grande valeur dans la ville africaine où il se cache. Et ce dont il s’agit est à la fois inimaginable et bluffant !

Analyse et ressenti

J’ai tout d’abord été frappé par la façon dont l’auteur rendait l’ambiance africaine, le texte étant à la fois érudit (via sa façon de jongler entre plusieurs langues, via la crédibilité de ce qui nous est montré) et très immersif, très visuel. L’Afrique montrée, entre traditions et hyper-modernité (imprimantes 3D, biotechnologies, etc), rappelle celle de Complainte pour ceux qui sont tombés de Gavin Chait.

Ensuite, l’aspect biopunk (variante du post-Cyberpunk plus orientée biologie qu’implants cybernétiques) est encore une fois très mis en avant par Larson, comme j’ai déjà pu le voir dans d’autres nouvelles. Et une fois encore, il se révèle vraiment solide.

L’histoire de Mars, qui se révèle peu à peu, est remarquable, prenante et pleine d’émotion, grâce à la plume de qualité de l’auteur. Enfin, le cœur de l’intrigue, l’aspect science-fictif, est bluffant du fait de ses implications vertigineuses (et, coïncidence, vaguement lié à un autre texte majeur qui sort ces jours-ci. Même si je me demande si ce n’est pas aussi un clin d’œil à Dan Simmons).

Bref, à moins que l’aspect militaire ou un certain aspect gore ne vous insupporte totalement, voilà une nouvelle à ne surtout pas manquer !

Niveau d’anglais : plutôt facile.

Probabilité de traduction : plus que correcte. Ce serait bien !

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez avoir un deuxième avis sur cette nouvelle, je vous conseille la lecture des critiques suivantes : celle du blog Constellations, celle de Gromovar,

***

Retour à la page d’accueil

14 réflexions sur “Painless – Rich Larson

  1. Je prends aussi, les thématiques me plaisent bien et j’avais apprécié The ghost ship Anastasia.
    Vu tes bonnes expériences avec cet auteur, j’espère voir d’autres critiques de ses nouvelles !

    J'aime

    • Tu devrais en voir une d’ici quelques jours, normalement. J’avais prévu de lire une ou deux novellas ce mois-ci, mais vu que j’ai pris du retard dans mes lectures Bifrostiennes, je vais les remplacer par une ou deux nouvelles, dont au moins une de Larson.

      Aimé par 1 personne

  2. Je partage ton enthousiasme pour cette nouvelle. On y trouve ce mélange de dureté (voire de gore) et de sentiment typique de Larson. Pour ce qui est de la description de l’Afrique, il faut rappeler qu’il est né au Niger avant de partir (à quel âge ?) pour l’Amérique. Enfin, Mars m’a fait penser à un autre personnage de Larson, Scipio, le tueur à la mauvaise conscience de The King and His Court, disponible sur Internet : https://www.tor.com/2018/03/21/our-king-and-his-court-rich-larson/

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s