Apophis Box – Février / Mars 2021

apophis_box_1L’Apophis Box est une série d’articles… n’ayant pas de concept. Enfin presque. Bâtie sur le modèle des « box » cadeau, vous y trouverez à chaque fois trois contenus / sujets en rapport avec la SFFF, qui peuvent être identiques ou différents entre eux, et qui peuvent être identiques ou différents de ceux abordés dans la box du mois précédent. Pas de règle, pas de contraintes, mais l’envie de créer du plaisir, voire un peu d’excitation, à l’idée de découvrir le contenu de la nouvelle Box. Celle-ci est dévoilée au mitan du mois. Le but étant aussi de me permettre de publier des contenus trop brefs pour faire l’objet d’un des types d’articles habituellement proposés sur ce blog ou dérogeant à sa ligne éditoriale standard, et bien sûr de pouvoir réagir à une actualité, à un débat, sans être contraint par un concept rigide.

Vous pouvez retrouver les Apophis Box précédentes via ce tag.

Une blogueuse : Aelinel

bannière_blog_aelinel

Le sujet « Une blogueuse / un blogueur » vous présente un(e) de mes collègues de la blogosphère dont j’estime que, par rapport à la qualité de son travail, sa singularité ou tout autre facteur, il ou elle n’est pas assez connu(e) ou reconnu(e). Je vais vous parler aujourd’hui d’Aelinel, qui tient La bibliothèque d’Aelinel, un blog dont le slogan donne la clef de son principal intérêt : « A la croisée de l’Histoire et de l’Imaginaire ». En effet, vous n’y trouverez pas que des critiques de romans de SFFF, mais aussi celles de nombreux essais Historiques, ce qui n’est guère étonnant vu que la dame a une formation en cette matière. Ce qui est très intéressant, c’est que ladite formation nourrit les chroniques écrites par Aelinel sur des romans de Fantasy Historique ou d’Uchronie d’une expertise inhabituelle dans la blogosphère. Je suis relativement calé en Histoire pour quelqu’un dont ce n’est pas la formation (enfin surtout en Histoire militaire, à vrai dire, vu que j’ai commencé à lire les Keegan, Liddell Hart et autre Luttwak bien avant de quitter le lycée), mais quelqu’un comme Aelinel (ou Boudicca et Dionysos du Bibliocosme, par exemple, qui sont également antiquiste et médiéviste) me bat bien évidemment à plate couture. Inutile de dire qu’en matière, donc, d’Uchronies ou de Fantasy Historique, cela fait, à mon sens, de La bibliothèque d’Aelinel un blog à suivre avec grande attention.

Mais l’expertise de la maîtresse de cette maison n’est pas sa seule qualité, puisqu’elle se conjugue à sa rigueur (ses critiques sont excellemment construites et argumentées), son éclectisme (critiques de SFFF et d’autres types de livres, comptes-rendus de soirées organisées autour du livre par telle ou telle librairie ou autre organisme, de voyages sur des sites d’intérêt Historique, etc) et peut-être surtout à son extrême gentillesse. Bref, je ne saurais trop vous recommander d’aller y faire un tour, car Aelinel fait partie, à mon sens, des blogueuses les plus injustement méconnues par rapport à la combinaison de la qualité et de la régularité de son travail ainsi que du nombre d’années d’existence de son blog, tout comme une blogueuse qui est particulièrement chère à mon cœur et qui fera l’objet de la prochaine mise en lumière. Mais nous en reparlerons !

L’œil de Sekhmet : Olangar – Une cité en flammes, par Clément Bouhélier

Si vous êtes un lecteur régulier de ce blog, vous connaissez sans doute L’œil d’Apophis, série d’articles où je tente de mieux faire connaître des romans qui ont été oubliés, sous-estimés, noyés dans une grosse vague de parutions, etc. L’œil de Sekhmet (du nom de la déesse égyptienne des maladies -entre autres choses-) est un concept dérivé qui va spécifiquement s’intéresser aux livres de SFFF qui ont eu le malheur d’être publiés pendant, juste avant ou dans le sillage immédiat d’un des confinements liés à la pandémie de Covid-19, et qui n’ont donc, pour beaucoup, malheureusement pas eu la carrière qu’ils auraient dû avoir. Et le roman dont je vais vous parler aujourd’hui est, de l’aveu même de son éditeur, un de ceux qui a été le plus frappé par un tel coup du sort. Au passage, vous pouvez retrouver les autres volets de L’œil de Sekhmet sous ce tag.

olangar_cité_en_flammesOlangar – Une cité en flammes est la suite de l’excellent diptyque Olangar qui, de one shot, s’est donc mué en premier tome d’une trilogie. Malheureusement passé en grande partie inaperçu lors de sa sortie en juin 2020, ce tome 2 n’a pas eu les ventes auxquelles il aurait dû pouvoir prétendre vu le dithyrambique accueil critique dont a bénéficié le premier. Et ce d’autant plus qu’il en garde les qualités tout en en gommant les rares défauts (de rythme, ainsi qu’un côté militant un peu trop poussé à mon goût). Au moment où je rédige ces lignes, la critique que j’ai écrite pour Bifrost n’est pas encore disponible ici (ce sera le cas dans quelques mois), mais elle reste lisible directement sur le blog du magazine. Si vous avez apprécié Olangar – Bans et barricades mais que vous êtes passé(e) à côté de la sortie de cette suite, je ne saurais trop vous conseiller de vous ruer dessus. Et si vous cherchez une Fantasy Industrielle à la française, un représentant de ce genre littéraire qui a son lot d’elfes et de nains mais où ces derniers sont à la tête du combat syndical, et qui sort donc carrément des sentiers battus du médiéval-« fantastique » pour proposer une « Germinal Fantasy », la lecture des deux tomes / trois volumes est hautement recommandable  😉

Héros de l’Apophisme : Nicholas Van Rijn

Dans cette nouvelle rubrique de l’Apophis Box, je vais vous présenter une sélection des personnages de romans de SFFF qui m’ont le plus marqué, sans volonté de hiérarchiser ou de relater leur découverte dans un quelconque ordre chronologique, mais comme cela me vient spontanément. Et nous ouvrons le bal avec un de ceux qui m’a le plus réjoui ces dernières années, à savoir le truculent Nicholas « Old Nick » van Rijn, un des protagonistes de la pentalogie La Hanse galactique de Poul Anderson, dont le Belial’ a récemment achevé la publication et qui se compose des recueils Le prince-marchand, Aux comptoirs du cosmos, Les coureurs d’étoilesLe monde de Satan et Le crépuscule de la Hanse. Un personnage peut me séduire pour de nombreuses raisons : il peut m’émouvoir (Rachel / Sol / Merin / Siri dans Hypérion), m’impressionner par son charisme ou sa détermination, je peux adorer le détester, et je crois que dans certains cas, je peux même en tomber un peu amoureux. Dans le cas de van Rijn, c’est son côté épicurien, braillard, haut en couleur, hâbleur, adepte de bonne chère, de tabac aromatique, de liqueurs exquises et de jeunes femmes qui le sont tout autant, l’incarnation même du bon vivant qui n’a pas peur d’outrager les mères-la-vertu, du chef bougon mais qui pourtant, mettra sa fortune, sa réputation et jusqu’à sa vie en danger pour sauver ses hommes. Et bien sûr, il y a sa manière très particulière de s’exprimer, cette torture de la langue anglaise (mêlée de néerlandais !) excellemment rendue par le traducteur (le très estimé Jean-Daniel Brèque), ainsi que ses jurons, les plus drôles qu’il m’ait été donné de lire de ce côté-ci du Big Bang  😀 La parution de chacun des cinq tomes a ainsi été mon petit bonheur annuel de 2016 à 2021.

Vu qu’en plus, le cycle où il est mis en vedette est un véritable bijou de Planet Opera tendance Hard SF (et qu’il comprend d’autres personnages également sympathiques), je vous incite vivement à le découvrir si vous ne le connaissez pas encore !

***

Retour à la page d’accueil

14 réflexions sur “Apophis Box – Février / Mars 2021

  1. Très bon concept et un Blog d’Ael qui mérite amplement tes éloges et d’être mis en avant 🙂 puis on en apprend plus sur elle surtout ^^ La Hanse galactique me parle mais les Olanghar par rapport à la période dans laquelle sa se déroule je suis pas chaud.

    Aimé par 2 personnes

  2. Une jolie box à découvrir, bravo ! Je suis entièrement d’accord avec toi concernant Aelinel que je lis toujours avec beaucoup de plaisir ❤️ Je suis vraiment contente qu’elle ait tenu bon après sa panne et qu’elle ait repris son blog.
    J’aime bien cette nouvelle partie où tu évoques un personnage de fiction c’est très sympa :3
    Et heureusement que tu as partagé cet article sur Twitter car à nouveau l’appli wp n’avait pas envie que je le lise..

    Aimé par 2 personnes

  3. Ping : Rétrospective littéraire : Mars 2021 | La Bibliothèque d'Aelinel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s