The penitent damned – Django Wexler

Commentaires 7 Par défaut

Sombre police secrète, Prêtres de l’Obscur et voleuse employant une magie de l’Ombre, noir c’est noir, il n’y a plus d’espoiiiiir !

penitent_damnedThe penitent damned est une nouvelle (en anglais) qui fait partie du cycle The shadow campaigns, dont Les Mille noms est le premier tome. Elle constitue, d’après l’auteur, un prélude à ce dernier livre, mais peut aussi se lire de façon indépendante. Je trouve cependant que commencer le cycle par ce texte est plutôt une mauvaise idée, car il donne des clefs qui gâchent certaines découvertes des Mille noms et ne peut, à mon avis, pleinement se savourer qu’après avoir lu ce roman (à moins de vouloir s’en servir comme test pour voir si on accroche au style ou à l’univers de l’auteur, ou si son niveau d’anglais est accessible).

Vous pouvez lire cette nouvelle en ligne sur io9, la télécharger gratuitement sur Goodreads, ou en récupérer une version « de luxe » sur Amazon, toujours gracieusement offerte et comprenant également un peu plus de deux chapitres des Mille noms (en anglais). Bref, voilà, si vous lisez la langue de Shakespeare, l’occasion de découvrir l’univers de mousquets & magie développé par Django Wexler.

L’action se passe au Vordan (= le pays dont les troupes interviennent à l’étranger dans Les Mille noms). Le duc Orlanko, ministre royal de l’Information, est également en charge de la Police secrète, le sinistre Concordat. Un informateur le prévient que, chose incroyable, un cambrioleur va s’en prendre à une des archives de ce dernier. Il décide donc de lui préparer une réception musclée…

L’infortuné en question est Alex, 19 ans mais déjà une voleuse expérimentée. Ses activités criminelles sont grandement facilitées par son pouvoir magique : celui de générer des « constructs » d’ombre solide (filins à la Spider-Man, lames si elle tombe sur un garde, outils pour briser n’importe quelle serrure, etc). Ce pouvoir mystérieux (elle n’en connaît pas l’origine) lui est très utile pour commettre ses méfaits. Alors qu’elle croit son cas unique, elle va tomber, dans l’archive, sur quelqu’un qui possède des facultés encore plus radicalement puissantes, un des légendaires Pénitents Damnés, assassins surnaturels au service des Prêtres de l’Obscur, des sortes d’inquisiteurs supposés avoir disparu des lustres auparavant, mais en fait toujours d’actualité. Elle devra alors lutter pour échapper à ce piège infernal et sauver sa vie.

Ce court texte, très vite lu, me paraît être une bonne introduction à l’univers de Flintlock Fantasy développé par Django Wexler, notamment sur le plan des intrigues de palais politico-religieuses, du mélange mousquets et sorcellerie et de l’origine très particulière de cette dernière (évoquée à demi-mots dans la nouvelle et complètement développée dans le roman). Ceux qui téléchargeront sur Amazon auront aussi la possibilité de découvrir le début des Mille noms (en anglais), et de voir s’ils accrochent au style de l’auteur et à l’univers créé. Le niveau d’anglais utilisé étant accessible, vous auriez tort de ne pas tenter l’expérience, quitte à lire le livre complet en français ensuite.

Pour ceux qui ont déjà lu Les Mille noms, la nouvelle apporte un nouvel éclairage bienvenu sur Orlanko et les Prêtres de l’Obscur, qui vont avoir une importance accrue dans les tomes 2 et plus. Elle explique notamment ce que sont les Pénitents et comment ils sont recrutés.

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez avoir un deuxième avis sur cette nouvelle, je vous conseille la lecture des critiques suivantes : celle de Lutin sur Albedo,

Ce texte fait partie d’un cycle : retrouvez sur Le culte d’Apophis les critiques du tome 1, du tome 2,

7 réflexions sur “The penitent damned – Django Wexler

  1. Comme nous en avons discuté, j’aime beaucoup cette idée de mois thématique. Sans proposer 100% des articles sur le thème en question, pour ne pas lasser les lecteur et le rédacteur.

    Pour ce qui est de la Flintlock, je trouve judicieux d’avoir entamer par un article sur la fantasy de demain qui fait écho à ce thème. Et merci de faire partager de belles découvertes. 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: The Shadow Throne – Django Wexler | Le culte d'Apophis

  3. Pingback: Les Mille noms – Django Wexler | Le culte d'Apophis

  4. Pingback: The shadow of Elysium – Django Wexler | Le culte d'Apophis

  5. Pingback: The Penitent Damned – Django Wexler – Albédo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s