Dans la boucle temporelle – itération 1 : janvier 2016

Snake eating its own tale, Uroboros Snake in a shape of infinity

Lorsqu’un blog dépasse un certain nombre d’années d’existence et / ou d’articles, et à la condition que de nouveaux abonnés rejoignent sans cesse les rangs de sa communauté, il devient de moins en moins probable que les critiques et articles les plus anciens soient lus. Tout le monde n’a malheureusement pas le temps, ou l’envie, de se replonger dans les archives, sans compter qu’il peut être décourageant de débarquer sur un site qui compte des centaines de posts et de ne pas savoir par quelle voie attaquer cette montagne. Dans la boucle temporelle est une série d’articles conçue pour guider les nouveaux venus dans la masse de chroniques et autres articles de fond du blog, leur indiquant ce qu’ils devraient lire en priorité, remettant en lumière des posts oubliés mais potentiellement intéressants. Charge aux aponautes, ensuite, d’explorer les différents menus du blog pour lire le reste. Mais pour faire court, c’est bel et bien d’une sorte de résumé, en forme de best of, de ce qui s’est déroulé de plus marquant dans les précédentes « saisons » (comme on dirait si le blog était une série télévisée) de l’histoire du Culte.

Le concept étant lancé dans le sillage du quatrième anniversaire du blog, en janvier 2020, chacun des « épisodes », appelés itérations, de cette série d’articles remonte de quatre ans en arrière, mettant en lumière en moyenne trois articles du mois concerné (si un mois a été exceptionnellement prolifique et qu’un autre n’est pas spécialement riche en chroniques à remettre absolument en avant, la règle « 4 ans en arrière, mois à mois » peut éventuellement être outrepassée). Ainsi, en janvier 2020, nous allons nous re-pencher sur ceux de janvier 2016, au lancement du Culte, puis, en février 2020, sur ceux de février 2016, et ainsi de suite. La présentation des articles s’accompagnera aussi d’un petit commentaire replaçant, parfois, ces posts dans le cadre plus général de l’histoire du blog.

Vous pouvez retrouver toutes les itérations sur cette page ou via ce tag.

Comme je le disais, janvier 2016 est le lancement du blog. Plusieurs dizaines de critiques sont rapatriées depuis Amazon, où je les postais jusque là. Ces chroniques sont, pour certaines, un vrai traumatisme pour moi, car conçues selon les fondamentaux ayant cours sur le site marchand (où l’audience est très hostile aux longs posts) et non pas sur ceux établis depuis pour le Culte en matière de critiques (à savoir être, au contraire, les plus exhaustives possibles), elles me font, pour tout dire, honte. Un projet à très long terme est de toutes les reprendre pour les remettre au standard actuel, mais vu que je déteste reparler d’un livre sans l’avoir relu, ce n’est clairement pas demain la veille. Bref.

sorcier_terremerDeux des critiques dont je vais vous parler aujourd’hui sont aussi le reflet d’un projet que j’avais au tout début du blog, et que j’ai abandonné depuis, justement parce que cela m’a permis de m’apercevoir à quel point je détestais écrire une critique sans avoir relu un livre immédiatement avant (si je n’ai pas de problème majeur à écrire une courte présentation, comme celles de L’œil d’Apophis, en revanche je suis incapable d’écrire ce qui est supposé être une critique complète de cette manière, ayant toujours l’impression d’oublier des points importants, de ne pas savoir restituer l’ambiance du livre ou, plus généralement, de proposer un travail indigne des standards habituels du Culte) : étant donné que j’adhérais encore au conseil, qu’on trouve largement sur le net, selon lequel il faudrait absolument poster tous les x jours (3, en général, voire 1-2 chez les plus radicaux) pour attirer / garder une communauté (et dont j’ai prouvé, au fil des années, qu’il était faux, dans mon cas, du moins : du coup, je poste quand j’ai de la matière intéressante à proposer, ce qui peut être tous les jours cinq jours de suite ou bien avec un intervalle de sept à dix jours), j’étais assez traumatisé par l’idée que quand je m’attaquerais à de gros livres (500 – 1200 pages), ce qui m’arrive d’ailleurs souvent, je risquais de rester longtemps sans poster (car il faut compter au moins un jour en plus pour la rédaction de la critique). J’ai donc eu l’idée de proposer des critiques de livres lus auparavant, avant de m’apercevoir au bout de moins de deux mois que je détestais le processus, et de l’abandonner.

atuanIl n’en demeure pas moins que pendant ces quelques semaines, j’ai produit les critiques de plusieurs classiques, dont les deux premiers tomes du cycle de Terremer d’Ursula Le Guin, et que même si, de mon point de vue, elles sont imparfaites, les livres dont elles traitent méritent largement d’être remis en avant, et même si elles pourraient être plus riches, je trouve qu’elles tiennent plutôt bien la route (surtout la seconde). Je vous invite donc à lire (ou relire, pourquoi pas) les chroniques du Sorcier de Terremer et des Tombeaux d’Atuan, la rolls (et un précurseur) en matière de récit d’apprentissage dans une école de magie (dans un monde secondaire / imaginaire, du moins) et de magicbuilding. De toute façon, sur quelque plan que ce soit, le cycle de Terremer est, de mon point de vue, une des lectures les plus essentielles à faire en Fantasy, et vous pouvez compter sur moi pour le remettre périodiquement en avant  😉

kane_1Une autre critique que je voudrais remettre sous la lumière des projecteurs (avec la même remarque sur l’importance du cycle dont fait partie le livre concerné, cette fois pour la Sword & Sorcery) est celle du premier tome de l’intégrale de la saga de Kane, par Karl Edward Wagner. Il s’agit très clairement d’une de mes meilleures lectures en Fantasy depuis trente-cinq ans que j’explore le genre, et rien que pour la qualité du personnage hors-normes qui en est au centre, vous devriez jeter un coup d’œil à la recension en question, surtout que cette critique, même ancienne et ne correspondant plus vraiment aux standards actuels du Culte, tient encore relativement la route. Si vous aimez les mélanges magie et technologie, la fantasy politique, l’inclusion d’éléments Lovecraftiens et les antihéros au puissant (bien que sombre) charisme, alors vous allez a-do-rer ce bouquin. Nous reparlerons d’ailleurs, dans l’itération 2, du second des trois volets de cette intégrale.

***

Retour à la page d’accueil

36 réflexions sur “Dans la boucle temporelle – itération 1 : janvier 2016

  1. Une très bonne idée ! Effectivement depuis que j’ai découvert ton blog je n’ai pas eu le courage/le temps de me replonger assidument dans les anciennes critiques (j’en ai lu quelques unes tout de même mais je cherchais un auteur/un livre en particulier, ou suivais des liens depuis des articles plus récents).
    C’est avec plaisir que je suivrai ces articles « boucle temporelle » 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Merci ! C’est clair que je n’arrive absolument pas à comprendre par quelle espèce de malédiction le cycle de Kane n’est pas plus connu, parce que c’est tout de même un des personnages les plus fascinants de toute l’histoire de la Fantasy, à mon humble avis.

      Aimé par 1 personne

    • Oui, je vois effectivement dans les statistiques du blog que quelques lecteurs parcourent les archives, mais vous restez malheureusement assez rares. L’écrasante majorité des gens qui prennent le « train » du blog en cours de route se contentent de lire les articles parus à partir du moment où ils ont commencé à le suivre. J’espère que cette nouvelle série d’articles incitera les gens à explorer un peu plus le menu chronologique, le menu par auteurs, etc. D’autant plus que je me suis donné beaucoup de mal pour que les lecteurs puissent trouver ce qui les intéresse par différents menus thématiques.

      J'aime

  2. C’est une excellente idée, bravo !
    Et je te comprends tellement concernant le fait de réécrire un avis sur un livre qu’on n’a pas relu, raison d’ailleurs pour laquelle je n’ai jamais fait de chronique d’oeuvres telles que « Le Seigneur des Anneaux » alors que j’ai lu les livres de nombreuses fois. Allez, sur ce, je m’en vais découvrir ces vieilles chroniques 😉

    Aimé par 1 personne

    • Si ça peut te rassurer, je ne le fais moi-même que rarement, faute de temps. C’est pour ça qu’il m’a semblé particulièrement intéressant de dire « ok, si tu n’as pas le temps de tout lire, voilà ce que tu devrais lire en priorité ». Sachant qu’avec 3 articles remis en lumière par mois, ça laisse pas mal de temps pour le faire entre deux numéros de cette série d’articles.

      Aimé par 1 personne

  3. Super concept ! C’est clair qu’on (je) prend rarement le temps de lire ce qui a été publié avant alors que des pépites doivent s’y cacher. Heureusement que tu penses à tout 😉
    Ça me fait sourire ce que tu dis sur tes anciennes chroniques. Déjà moi quand je lis des retours de 2017 je suis catastrophée… Rien que mon utilisation du mot auteure me donne envie de tout rééditer pour marquer autrice mais ça me prendrait trop de temps. Je suis nulle. Bref tout ça pour dire, j’ai hâte de lire les prochains !

    Aimé par 1 personne

    • Merci ! Personnellement, j’ai un « truc » : chaque fois que je vais sur un vieil article pour n’importe quelle raison (souvent pour ajouter un lien vers la chronique d’un autre blogueur / d’une autre blogueuse), j’en profite pour le relire et regarder ce que je peux y améliorer. De cette façon, ça ne représente pas une montagne de travail en une seule fois mais ça se fait « tout seul », petit à petit, article par article.

      Aimé par 1 personne

        • Oublier quelqu’un, ça nous arrive à tous, donc je ne pense pas que quelqu’un t’en voudra pour ça (même si cela m’est arrivé une fois…). Après, ça demande moins de travail qu’on pourrait le penser : il suffit souvent 1/ d’aller sur Babelio / les autres réseaux sociaux de lecteurs, où la plupart d’entre nous font le relais de leurs chroniques et / ou 2/ d’aller sur le site de l’éditeur (Lunes d’encre ou le Belial’, par ex, font le relais de toutes les critiques, donc il n’y a plus qu’à suivre les liens ; pour d’autres éditeurs, c’est plus compliqué, car tu n’y trouveras que les critiques positives) ; enfin, 3/ certains blogueurs te mâchent le travail en ayant déjà recensé pas mal de liens, donc il n’y a plus qu’à copier / coller. Sinon, personnellement, même si je ne connais pas un blogueur / une blogueuse, si j’ai un ping sur un de mes articles, je rends la politesse.

          Aimé par 2 personnes

  4. C’est une excellente idée, je dis cela en tant que blogueur, car m’étant abonné dès les débuts de ton blog, j’ai eu le bonheur et le plaisir de découvrir ces articles, et même de lire les dits livres sous ton impulsion.
    Superbe idée, oh!yeah!!!

    Aimé par 2 personnes

  5. Ce type d’articles est une excellente idée ! Bravo! Même si je suis ton blog depuis le début, je suivrai tout de même cette petite piqûre de rappel. Pour ma part, j’ai crée dans le sommaire de mon blog, une section Coup de coeur que je décline selon les années depuis 2015. Comme ça, c’est plus facile à retrouver pour un nouveau lecteur.
    Et je suis entièrement d’accord avec toi, poster tous les jours ou presque sans un gage minimum de qualité, cela ne sert à rien. Après chacun fait comme il veut, mais je sais que si je devais poster tous les jours, je ne pourrai pas maintenir le niveau. Je préfère prendre mon temps.

    Aimé par 1 personne

    • Merci. Ton système est intéressant également.

      Le fait de poster de façon un minimum régulière sans pour autant que le blog ne devienne un fardeau et en proposant des posts qui ne soient pas que du remplissage mais offrent un vrai contenu, ça a été une question épineuse pour moi pendant longtemps. J’en reparlerai dans d’autres numéros de cette série d’articles, d’ailleurs, pour expliquer quelle a été ma démarche au fur et à mesure des mois.

      Là, ça fait une semaine que je n’ai rien posté (parce que je finalise des lectures / critiques pour Bifrost), et arrivé à la 5e année de vie du blog, honnêtement ça ne me traumatise pas des masses, même si ça se ressent fortement sur la fréquentation. D’une part, ces derniers temps, je privilégie d’autres loisirs, et d’autre part, on ne peut pas non plus espérer maintenir la même motivation que lors des 1-2 premières années indéfiniment.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s