« Challenge » printemps / été : sortir de ma « zone de confort »

Commentaires 6 Par défaut

Eye_of_ApophisOn m’a demandé s’il m’arrivait de m’imposer des « challenges » en termes de lectures SFFF, ou de participer à ceux proposés par certains sites ou d’autres blogueurs. Mon côté asocial fait que j’ai du mal à me forcer à lire quelque chose qui, d’une façon ou d’une autre, ne relèverait pas à 100 % de mon propre choix, mais, en revanche, j’ai une sorte de « tradition », dont je vais vous parler aujourd’hui.

En effet, chaque année, au printemps (entre avril et juillet, pour être totalement précis), je me force à sortir de ma « zone de confort » pour une partie de mes lectures SFFF. J’ai pour habitude, avant de lire un roman, de chercher minutieusement des avis préalables dessus, qu’ils soient francophones ou non. De plus, j’évite très soigneusement les genres qui n’ont que de très, très, très faibles chances de me plaire (la Bit-Lit), ou ceux pour lesquels je n’ai quasiment eu que de mauvaises expériences, malgré une certaine persévérance (le Steampunk). Comme ça, je n’ai l’impression de perdre ni mon temps de lecture, ni mon argent, impression extrêmement désagréable pour moi.

Le corollaire est que, parfois, je passe ainsi, à cause de cette « rigidité » (ou disons de ces principes), à côté de romans intéressants. Et pour être honnête, j’ai l’impression de jouer au vieux con avec cette attitude. Depuis 2015, j’ai donc décidé de me « faire violence », et de sortir de ma zone de confort en tentant des lectures soit dans des genres qui ont une chance non négligeable de ne pas me plaire, soit en tentant des lectures « à l’aveugle », sans qu’il y ait suffisamment d’avis provenant de critiques fiables pour que je sois raisonnablement sûr que le roman en question me plaise. D’où les lectures, en 2015, de La septième épée, du Paris des merveilles ou de L’inspecteur Zhen et la traîte des âmes, des romans allant du bon à l’excellent. Mais comme dans toute prise de risque, il y a eu des déchets également, comme Vif-argent qui, bien que doté de qualités certaines, s’est aussi révélé décevant sur certains plans, ou comme Les Nains (intégrale) de Markus Heitz, qui s’est révélé tellement loin de mes attentes que je l’ai abandonné au bout de quelques dizaines de pages (ce qui est rarissime chez moi).

J’attendais la composition du programme « 10 ans, 10 romans, 10 euros » version 2016 de Bragelonne pour avoir une idée raisonnable du Programme de critiques juin-juillet, et maintenant qu’elle est connue, je suis en mesure de vous donner plus de détails sur mon « challenge » de cette année :

En avril

  • Les dragons de sa majesté – Naomi Novik : à la limite extrême du young adult, mais du bon côté de la barrière, d’après deux commentateurs fiables. Autant dire qu’un roman même « limite » YA représente un risque considérable pour moi.
  • Fimbulwinter – E. William Brown : de la Fantasy franchement pas subtile, dans laquelle un gars de chez nous est projeté dans un monde fantasy, se voit doté de pouvoirs magiques monstrueux et couche avec toutes les femmes qu’il rencontre (même les déesses). Je suis en général adepte d’une fantasy plus subtile que ça, mais bon, ça a l’air d’un délire assumé, et d’autre part, j’ai lu une critique d’un des 4-5 commentateurs les plus fiables que je connaisse dessus (hello K !), aussi je m’embarque là-dedans en toute connaissance de cause.
  • Guerre & Dinosaures – Victor Milan : l’improbable mélange entre Jurassic Park et le Trône de Fer (dixit G.R.R Martin en personne), avec un monde de fantasy dans lequel les dinosaures sont présents à tous les niveaux, y compris comme montures pour les chevaliers ! Je suis méfiant envers ce genre de mélange des genres d’habitude, mais j’avoue que je suis plus qu’intrigué dans ce cas précis.
  • Les Mille Noms – Django Wexler : un représentant d’un genre en plein essor dans le monde anglo-saxon, la flintlock Fantasy (ce n’est pas la traduction littérale, mais vous pourriez traduire ça par : Fantasy à mousquets ou bien par fusils & magie). Là aussi, le mélange des genres m’inquiète un peu mais m’intrigue, et de plus, je ne m’engage pas dans cette lecture à l’aveugle, ayant lu un avis particulièrement fiable dessus.

En mai

  • Infinités – Vandana Singh : recueil de nouvelles mélangeant SF, merveilleux et exotisme. A priori un peu soft-SF pour moi, mais j’en ai entendu beaucoup de bien.
  • Extinction Game – Gary M. Gibson : du post-apo (l’apocalypse, pas post-moi, mouarf !) « optimiste », selon Kallisthène, dont je respecte beaucoup les avis. Je suis vraiment très peu post-apo, j’ai encore des doutes sur ce roman, mais si K en dit du bien, ça me suffit.
  • Les Furies de Boras – Anders Fager : mélange de Fantastique très lovecraftien avec une grosse dose de sexe. Je me suis toujours beaucoup méfié des écrivains « écrivant dans le style de », et plus encore quand ils se sentent obligés de saupoudrer leur oeuvre d’une généreuse pincée de sexe pour attirer le lecteur, mais il se trouve que j’en ai entendu beaucoup de bien.

En juin

(Etant donné la taille des bouquins, le programme de juin risque fortement de déborder sur celui de juillet, au passage).

  • Les mensonges de Locke Lamora – Scott Lynch : j’ai lu à propos de ce livre des avis très divergents, et j’ai toujours hésité à me lancer dedans. C’est celui de Lutin qui m’a convaincu de le faire.
  • Les couleurs de l’acier – K.J. Parker, Le seigneur des Isles – David Drake, Hordes (Intégrale) – Laurent Genefort : comme le précédent, ces trois là font partie de l’opération « 10 ans, 10 romans, 10 euros » 2016. J’ai des doutes sur ces romans / intégrales, mais je suis assez convaincu cependant pour leur donner leur chance. Sauf si l’un d’entre vous les connaît suffisamment pour me dissuader.

Si vous souhaitez partager votre expérience sur vos inhibitions en matière de lecture, sur les challenges, ou sur un des romans cités (pour me le conseiller / déconseiller), n’hésitez pas à réagir en commentaire. On se retrouve à priori demain soir, pour la critique d’un roman prodigieux, Mage de guerre de Stephen Aryan.

6 réflexions sur “« Challenge » printemps / été : sortir de ma « zone de confort »

  1. Ben, je suis surprise de voir Challenge! Bravo. J’adhère totalement à ce genre de « confrontation » personnelle. C’est la raison pour laquelle je participe à certains challenges aussi – sortir de mes sentiers battus.
    En revanche, je ne note que des œuvres de fantasy dans ce défi ?…. tu n’as rien en SF ou fantastique ?
    Bon pour le Locke Lamora, je pense qu’il manque un peu d’ambiguïté pour te séduire totalement d’après ce que j’ai lu de tes critiques en matière de fantasy. Du coup je crains que ma propre critique te déçoive après…

    J'aime

    • Tu peux considérer la suite de la Justice de l’Ancillaire comme un demi-challenge, et dans les livres cités dans l’article, le Vandana Singh est classé en SF, tout comme Extinction Game 🙂 Pour ce qui est du Fantastique, j’en lis très, très peu, donc je dirais presque que chaque lecture est un challenge 😉 Sinon dans la liste ci-dessus, les Furies de Boras est classé en Fantastique.

      Aimé par 1 personne

  2. Concernant Django Wexler, j’avais beaucoup aimé « Memories of Empire », mais très vite lâché « Mille Noms ».
    K.J. Parker est un auteur à part en Fantasy, très original, à savourer.
    Pour le reste je ne demande qu’à lire les critiques, en espérant que les livres dont vous m’attribuez l’envie de lecture ne vous laissent pas tomber !

    J'aime

    • Il y a des aspects relatifs à l’histoire militaire (domaine qui m’intéresse beaucoup) dans « Mille noms » qui m’incitent à croire que ce sera, au pire, une lecture acceptable. Si celui-ci me plaît, j’enchaînerai avec « Memories of Empire ».

      Concernant K.J. Parker, il y a un aspect « artisanat » ou « industrie médiévale » dans cette oeuvre qui m’intéresse beaucoup. Et apparemment, l’écriture à l’air d’être assez habile.

      Concernant Extinction Game, je n’ai pas de doute sur la qualité, plus sur l’originalité à vrai dire (mais nous avons déjà eu l’occasion d’en parler). Sans compter que je ne suis vraiment pas post-apo. Et pour ce qui est de Fimbulwinter, ça me fera des vacances après une série de livres SF / Fantasy militaires très noirs. Un peu de délire assumé xième degré ne me fera pas de mal !

      J'aime

  3. Pingback: Les dragons de Sa Majesté – Naomi Novik | Le culte d'Apophis

  4. Pingback: Challenge Printemps-été 2016 : Le bilan | Le culte d'Apophis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s